54% des 25-49 ans rêvent d'une autre vie

Publié le par

Un Français âgé de 25 à 49 ans sur deux rêve d'une vie meilleure. C'est le constat que dresse l'étude menée par Ipsos et NRJ Global. À défaut de tourner la page et de recommencer une nouvelle vie, les 25-49 ans consomment sans modération. Avec un unique objectif : la quête du plaisir.

54% des 25-49 ans rêvent d'une autre vie

La quête d'une vie meilleure ? Plus d'un Français de 25 à 49 ans sur deux en rêve. 47 % avouent même qu’ils "ne referaient pas les mêmes choix de vie", si c’était à refaire. C'est ce qu'indique l'étude menée par Ipsos et Nrj Global sur cette tranche d'âge. Mais à quoi rêvent-ils ? Pour 33% des interrogés, devenir riche. « Cette génération veut devenir riche pour faire le tour du monde, fuir la civilisation pour la nature », explique Rémy Oudghiri, directeur du département Tendances et Insight chez Ipsos. Autrement dit, plutôt que de "bling-bling", les 25-49 ans rêvent de simplicité : 51% souhaiteraient vivre retirés du monde, 42% rester à ne rien faire, et 56% se consacrer à des activités spirituelles. 

Mais s'emploieront-ils vraiment à changer de vie ? Si l'étude ne peut répondre à cette question, elle fournit quelques éléments. 58% d'entre eux se cachent derrière le manque d'argent pour justifier leur réticence à accomplir leur rêve. Et, de manière unanime, cette tranche d'âge se donne le temps de la réflexion – 10 ans en moyenne – pour changer définitivement de vie. Enfin, 78% d'entre eux estiment qu'ils peuvent recommencer une nouvelle vie à n'importe quel âge.

Consommer faute de mieux

En attendant l'échéance, les 25-49 ans consomment sans modération. Leurs dépenses de consommation vont croître de 11% d'ici à 2015, soit près du double de celles de la population française. Et si l'étude rappelle que cette génération est rationnelle dans l'acte d'achat, celle-ci n'en reste pas moins impulsive : 61% achètent sur un coup de tête et 71% profitent des promotions.

Quelles sont les motivations d'achat qui ont la cote ? Sans surprise, les garanties d'hygiène sur le produit (82%) et des prix compétitifs (80%). Mais la qualité compte de plus en plus. 72% privilégient les produits made in France (+ 4 points par rapport à 2009) et 65% déclarent que la marque leur inspire confiance (+ 5 points par rapport à 2009).   

Cette priorité donnée à la qualité a pour dessein de contribuer à la hausse du confort de vie pour cette génération. « La peur du monde extérieur, renforcée par un contexte de crise, procure des envies de qualité et d'exceptionnel chez les 25-49 ans, quitte à faire des sacrifices », constate Rémy Oudghiri. Cela peut aller d'un gros achat pour leur garde-robe (57%) à une nuit dans un hôtel de luxe (46%) en passant par un dîner dans un restaurant gastronomique (43%).

Le plaisir, une priorité

Comme l'annonçait déjà l'étude précédente, ces incertitudes liées à l'avenir de la société de consommation font de la recherche du plaisir une priorité pour les 25-49 ans. 46% d'entre eux placent le plaisir en troisième priorité dans leur vie (36% pour le reste de la population). Un sentiment qui n'est pas prêt de s'éteindre, puisque la jeune génération s'apprête déjà à prendre le relais : 45% des 15-24 ans accordent la même importance au plaisir que les 25-49 ans.

À défaut de faire le tour de monde, l'envie d'évasion demeure récurrente : pour 58% des femmes, le voyage constitue la dépense plaisir n°1 ; pour 52% des hommes, c'est avant tout l'automobile. D'ailleurs, 40% des 25-49 ans souhaiteraient encore acheter plus de "produits plaisir" au cours des prochains mois. Refaire sa décoration intérieure et privilégier des achats liés au domaine de l'informatique et du mobile figurent dans la liste des priorités. « Il s'agit d'une nouvelle tendance, le "cocooning connecté", résume Rémy Oudghiri, tout en indiquant qu'il s'agit là aussi d'un mouvement lié à cette fameuse crainte du monde extérieur. Privilégier la sphère privée fait partie des envies de vie des 25-49 ans désormais », ajoute-t-il. La preuve, 35% des interrogés veulent construire une famille.