Mon compte Devenir membre Newsletters

Business Intelligence

Communément appelée [Bi Aie], cette discipline désigne les applications décisionnelles en mesure de transformer des données en informations pertinentes en vue d'affiner, par exemple, une stratégie marketing. Le terme associé est parfois la net intelligence. Fondamentale pour les personnes ayant des fonctions opérationnelles dans l'entreprise, la BI favorise à la fois la vision, le savoir, la compréhension et l'anticipation. Dans les faits, la BI recouvre des réalités souvent bien différentes pour désigner des attentes que l'on peut catégoriser en quatre grands domaines :

  • le petit " plus " graphique qui permet de mieux appréhender une info (la vision),
  • l'outil exploratoire pour comprendre les chiffres (la compréhension),
  • le reporting hebdomadaire sous forme de tableaux (le savoir),
  • l'outil qui permet d'isoler et mettre en évidence des typologies de clients (l'anticipation).

Les " widgets " graphiques

Ces widgets permettent d'afficher des graphiques qui sont visuellement parlants, ce qui contribue à accélérer les prises de décision. L'objectif est d'apporter une certaine facilité de lecture.

L'exploration dynamique des données

En favorisant l'analyse des comptes rendus sur les processus commerciaux et marketing, l'exploration dynamique des données permet de comprendre les rouages du bon fonctionnement (ou au contraire, les dysfonctionnements) de ces processus. L'outil d'exploration dynamique des données facilite la compréhension.

Les outils de reporting

Grâce à ces outils de reporting et de compte-rendu automatisé, les utilisateurs disposent d'éléments leur permettant d'analyser les processus des rendez-vous commerciaux, de connaître les courbes des statistiques clients... L'objectif est d'apporter de l'information, du savoir.

La mise en évidence des typologies clients

Les solutions qui permettent d'isoler et d'identifier des typologies clients, appelées également data mining (ou text mining plus récemment), facilitent la création d'informations stratégiques pour déterminer par exemple, la valeur d'un client (Est-il un client à risque ? Est-il sur le point de quitter l'entreprise ?... ), ou pour créer des profils de consommateurs.

L'objectif d'un outil d'assistance à l'analyse des données est de permettre l'anticipation. Vision, savoir, compréhension et anticipation sont les quatre vertus associées à la business intelligence qui confèrent à ses utilisateurs des atouts précieux en matière de pratiques commerciales et marketing.

Ces outils apportent une réponse adaptée à des besoins variés, il est donc important de bien faire la différence au cours des phases d'analyse pour déterminer son degré de nécessité en matière de BI. A une époque où les informations affluent de toute part, où la prise de décision doit être plus rapide que jamais, la BI se trouve à la croisée des chemins. Les leaders recourent à la BI pour faire des choix aussi bien stratégiques à grande échelle, que dans le cadre de leurs activités courantes. Sachant que les entreprises moyennes se fient très souvent à leur instinct pour prendre des décisions majeures, certains de leurs responsables accusent un retard important par rapport aux leaders qui investissent dans la BI.

A ce titre, selon une étude menée par IDC et parrainée par Teradata*, l'écart qui existe, entre les leaders du marché et les sociétés de taille moyenne, au niveau de l'utilisation d'outils technologiques pour la prise de décision, ne cesse de progresser. En effet, parmi les leaders, 66 % estiment que leurs gestionnaires ont parfaitement compris la nécessité d'investir dans la BI, contre 15 % seulement dans les entreprises moyennes.

Les grandes sociétés ont davantage tendance à utiliser la BI en première ligne et à la recommander à leurs clients et fournisseurs. Un nombre croissant de leaders pense qu'une panne de leur système de BI aurait un impact négatif immédiat. De plus, les leaders auraient plus tendance à considérer la BI comme une initiative commerciale prioritaire et à l'utiliser pour évaluer la rentabilité de leurs investissements. D'autre part, toujours selon le cabinet IDC**, l'univers digital va connaître une telle croissance que le volume de données estimé en 2020 est de 40ZB, l'équivalent de 40 trillions de GB.

Ce volume va doubler, selon les prédictions, tous les deux ans. La majorité de ces données étant textuelles, audio et vidéo, les entreprises qui réussiront à les décoder obtiendront dès lors un avantage compétitif indéniable.

Finalement, l'enjeu de la BI est de permettre aux utilisateurs de ne plus simplement expliquer ce qui s'est passé, mais bel et bien anticiper et se projeter dans le futur. En d'autres termes, la BI contribue à l'adoption d'une nouvelle logique de l'information de l'entreprise axée sur l'anticipation des besoins et des attentes des clients/consommateurs.

* Etude mondiale de novembre 2007 Taming Information Chaos: A State of the Art Report on the Use of Business Intelligence for Decision Making menée par IDC et parrainée par Teradata.** Etude mondiale de décembre 2012 The Digital Universe in 2020: Big Data, Bigger Digital Shadows, and Biggest Growth in the Far East menée par IDC et commanditée par EMC.