Mon compte Devenir membre Newsletters

Soldes flottants

Définis par le code du commerce, puis modifiés par la loi de modernisation de l'économie de 2008, les soldes se déclinent en deux types : les soldes fixes et les soldes flottants. Ces derniers, également qualifiés de soldes complémentaires ou libres, constituent un total de deux semaines supplémentaires de soldes par an que les commerçants peuvent organiser à certaines conditions.

Que sont les soldes flottants ?

Mis en ouvre depuis 2009, les soldes flottants peuvent être fixés librement par les professionnels du commerce. D'une durée de deux semaines, ils peuvent être organisés en une seule fois ou en deux périodes d'une semaine ; dans les deux cas, ils doivent obligatoirement être terminés un mois minimum avant le début des soldes fixes, c'est-à-dire des soldes d'été ou d'hiver. D'autre part, le commerçant devra effectuer une déclaration préalable par lettre recommandée avec avis de réception, ou directement en ligne, auprès du préfet de son département. Cette démarche administrative doit être réalisée au moins trente jours avant la date prévue des soldes flottants.

Les soldes flottants, vecteurs de polémiques

Depuis leur instauration par la loi de modernisation de l'économie, les soldes flottants n'ont de cesse de créer du débat chez les commerçants. Certains d'entre eux reconnaissent que l'autorisation de deux semaines supplémentaires par an constitue un outil promotionnel efficace pour stimuler leur vente ou écouler leur stock d'invendus. À l'inverse, d'autres professionnels mettent en avant le fait que les consommateurs s'habituent du coup à consommer uniquement en période de soldes. Avec l'explosion de l'e-commerce, l'accès à des tarifs avantageux est en outre devenu permanent, déséquilibrant le commerce traditionnel.