Mon compte Devenir membre Newsletters

Alittlemarket, les créateurs français à l'honneur

Publié le par

Commercialiser des créations artisanales françaises, tel est le concept du site alittlemarket.com. Lancé il y a moins de deux ans, son modèle d'expansion repose sur la viralité, le dynamisme de sa communauté et un business model solide.

Le made in France n'est pas mort! Les fondateurs du site alittlemarket.com y croient, et le succès progressif du site atteste de l'appétence des internautes pour les produits issus des ateliers d'artisans français. Fruit de l'imagination de deux amis de longue date, Nicolas d'Audiffret et Nicolas Cohen, et des compétences informatiques de Loïc Duvernay, créateur du site communautaire Misscara.com dans les années 2000, son fonctionnement repose sur un principe simple: promouvoir et commercialiser les produits de créateurs français sur la vitrine de vente alittlemarket.com. « Certains petits créateurs de talent ne savent pas comment vendre leurs produits, ou ne souhaitent simplement pas s'installer à Paris pour se faire connaître. C'est là que nous intervenons », explique Nicolas d'Audiffret. Deux ans après son lancement, alittlemarket compte déjà plus de 12 000 créateurs actifs, ayant produit à ce jour 270 000 produits uniques.

En ligne, tout a été conçu pour faciliter la tâche des créateurs en leur permettant, notamment, d'ouvrir eux-mêmes leur boutique en cinq minutes avec, à disposition, outils pour le paiement, mise en ligne rapide des produits, téléchargement et système de retouche de photos, statistiques de performances, ouverture d'un blog... « Chaque créateur dispose d'une URL spécifique, précise Nicolas Cohen. Il peut ainsi promouvoir son site comme il l'entend, en communiquant son adresse à ses amis par exemple. » Et le tout, gratuitement. S'il ne dégage pas encore de bénéfices, alittlemarket est sur la bonne voie: ses dirigeants visent la rentabilité d'ici la fin de l'année, et prévoient de multiplier le volume d'affaires par trois en 2012. Ils misent sur un modèle économique consistant à prélever une commission de 5 % sur les ventes.

Alittlemarket doit son succès et sa force à sa communauté.

Alittlemarket doit son succès et sa force à sa communauté.

Coup double économique

A la manière d'un supermarché commercialisant plus cher ses têtes de gondoles, des encarts produits sur la page d'accueil peuvent être achetés par les créateurs. Leur prix? Cinq euros pour 4 000 vues. L'acheteur s'acquitte de cette somme lorsque les 4 000 internautes ont été touchés. Le temps de présence d'un encart sur la home page est variable, notamment en fonction de la catégorie de produits à laquelle il appartient. Mais, selon Nicolas Cohen, « le temps de rotation des produits dans un encart est rapide ». Car le site comptabilise près de 10 millions de pages vues par mois, « un chiffre qui ne cesse de croître depuis l'ouverture du portail », assure-t-il.

Conscients du potentiel commercial des 12 000 créateurs du site, les dirigeants ont décidé, en février dernier, de lancer Alittlemercerie.com, un site B to B et B to C, commercialisant les matières premières dont peuvent avoir besoin les artisans de alittlemarket. Un succès immédiat, puisque le site a atteint en seulement deux mois la taille de alittlemarket après 10 mois d'activité: son offre de produits compte déjà près de 30 000 références.

Une communauté virale

Le secret de la rapidité d'expansion du site réside dans sa communauté. Elle a activement participé à son développement en incitant d'autres artisans à devenir membres, en créant la fan page Facebook, ou encore en se regroupant pour organiser des rencontres. L'effet? Une viralité pour le moins efficace et surtout gratuite, complétée par une présence très active de alittlemarket sur les sites communautaires. « Aujourd'hui, 60 % du trafic vient du bouche à oreille, le reste étant dû au référencement naturel, explique Nicolas Cohen. Le trafic sur le site progresse ainsi de 20 % par mois. »

Ce dynamisme procure assez d'audace à ses fondateurs pour lancer des innovations majeures, dont un algorithme permettant de proposer à chaque internaute un site personnalisé, pour une expérience d'achat unique. Car, pour Nicolas d'Audiffret, il s'agit « d'être innovant dans un secteur qui pousse sans cesse à imaginer de nouvelles choses ». Avec un tel leitmotiv, gageons que le site alittlemarket deviendra très rapidement la vitrine web de référence des artisans créateurs français.

Mot clés : produit |

François Deschamps