Mon compte Devenir membre Newsletters

B2L/BBDO prône le "téléwebbing"

Publié le par

Lassée d'attendre l'avènement de la TV interactive dans les foyers, l'agence lance "Smach !", une offre de synchronisation site web/émission TV.


La famille des nouveaux concepts nés de l'interactivité des médias s'est agrandie : le petit dernier se nomme le "téléwebbing", et consiste à regarder la télévision et surfer sur Internet simultanément. Une pratique courante aux Etats-Unis, si l'on en croit une étude Ipsos Médiangles/Jupiter MMXI menée pour B2L/BBDO, puisque près de 50 % des internautes américains s'y adonnent, favorisés en cela par le multiéquipement en téléviseurs dans les foyers. La France compterait, pour sa part, 22 % d'adeptes, 35 % se déclarant "très souvent" connectés au Web pendant qu'ils regardent la télévision, et 51 % "parfois". La pratique du téléwebbing concerne particulièrement les jeunes, puisqu'elle touche 31 % des 15-34 ans (contre 17 % des 35-49 ans et 10 % des 50 ans et +). « D'après l'étude, 36 % des "téléwebbers" français se connectent à un site immédiatement après avoir vu la mention de son adresse à la télévision. Il existe donc un impact réel des publicités télévisuelles sur la fréquentation des sites », soutient Godefroy Jordan, président de B2L/BBDO. Pour les individus exposés à la pratique du "téléwebbing", les émissions les plus adaptées à l'interactivité entre Internet et télévision sont les journaux télévisés (26 %), les talk-shows (21 %), les jeux télévisés (17 %) et les événements caritatifs ou sportifs (respectivement 13 % et 11 %).

Une nouvelle façon de regarder la télévision


En s'appuyant sur ces résultats, B2L/BBDO a décidé de lancer "Smach !", une plate-forme de services permettant la mise en place d'émissions télé synchronisées avec un site web. « Nous souhaitons proposer une nouvelle façon de regarder la télévision en apportant de la valeur ajoutée aux programmes diffusés à travers une interactivité accrue, mais en nous démarquant des solutions technologiques proposées aujourd'hui, explique Godefroy Jordan. Nous ne sommes pas du tout convaincus de l'économie des solutions proposées actuellement. Il y a deux écueils majeurs au développement de la TV interactive à l'heure actuelle : toutes les solutions proposées le sont sous forme de technologie propriétaire et il n'existe aucun standard. D'autre part, le poste de télévision n'est pas fait pour un usage 100 % interactif et les utilisateurs ne veulent pas d'un produit deux en un. » Selon lui, l'avenir de la télévision interactive passe par l'émergence de médias de complément à la télévision, comme Internet aujourd'hui ou le mobile demain. Grâce à "Smach !", il sera notamment possible de générer de nouveaux revenus, par exemple en incitant les utilisateurs à téléphoner à un numéro Audiotel payant pour créditer leurs droits de participer à un jeu télévisé via leur PC et affronter en direct les participants à l'émission pour gagner des prix attractifs, à l'image de l'émission WebRiot diffusée sur MTV aux Etats-Unis. L'offre étant pour le moment au stade d'expérimentation, il faudra patienter un an pour juger de son bien-fondé.