Mon compte Devenir membre Newsletters

Ces sites qui font payer... de guerre lasse

Publié le par

De plus en plus de sites américains, pressés par la chute de leurs recettes publicitaires, deviennent payants. Un pari risqué dans un monde habitué à la gratuité.


Des jeux en ligne aux enchères sur Yahoo!, les Américains doivent désormais sortir leur porte-monnaie pour des services qui leur étaient offerts gracieusement hier. Dernières "victimes" en date, les fans de base-ball, qui pouvaient suivre gratuitement les matchs de leurs équipes favorites sur le Web, sont mis à contribution pour la nouvelle saison qui a débuté en avril. La Major League de Baseball a instauré un abonnement de 9,95 dollars par saison pour les retransmissions audio sur son site. Il en coûtera 4,95 $ par mois sur le site de RealNetworks, prix incluant une copie gratuite de son logiciel audio Realplayer Plus. « Les gens ne payaient pas sur l'Internet parce que personne ne le leur demandait, déclare Larry Jacobson, le numéro deux de RealNetworks. De même qu'ils paient aujourd'hui pour la chaîne sportive ESPN, dans leur abonnement de télévision par câble, ils paieront demain pour le Web. » Le voyagiste bestfares.com, qui fait payer l'accès à ses offres spéciales, a aussi réussi à se frayer un chemin dans un espace peuplé de sites gratuits. Le site, créé en 1996 par le magazine Bestfares, recense les promotions de compagnies aériennes dont il a vent ou qu'il négocie. Plus de 170 000 personnes acceptent de payer 60 $ par an pour bénéficier de ces offres, là où une pléthore de sites concurrents proposent leurs services gratuitement. Bestfares s'enorgueillit aussi de gagner beaucoup d'argent - sans toutefois citer de chiffre pour ses bénéfices - là où nombre de ses concurrents sont dans le rouge, pour un chiffre d'affaires supérieur à 10 M$. Pour autant, ces deux exemples sont loin de faire florès. Les offres d'enchères ont chuté de 90 % sur Yahoo! lorsque le portail a commencé à faire payer son service en janvier. Le site, qui a vu ses recettes publicitaires fondre avec le ralentissement économique américain et la déroute des dotcoms, essaie ainsi timidement de tester d'autres sources de revenus. Le célèbre groupe de conseil Forrester Research estime néanmoins que ces orientations stratégiques, sensées comblées les déficits de la pub on line, risquent d'engendrer une forte résistance des consommateurs, qui doivent déjà payer 20 dollars par mois pour avoir accès au Web.

Mot clés :

Tanguy Leclerc