Recherche
Se connecter
En ce moment En ce moment

Ckado, le second choix... première catégorie

Publié par le

Le site, qui écoule des marchandises de marques de second choix, ouvre de nouvelles familles de produits et se lance dans le secteur tumultueux des ventes événementielles.

  • Imprimer

A l'origine, PC-Ckado, un site de vente en ligne de PC de seconde main, a bâti sa réputation et sa notoriété sur l'écoulement de stocks de second choix de matériel informatique. Une intermédiation et un contact direct avec les fournisseurs, autant qu'un service efficace, car prenant en charge l'exhaustivité de la supply chain de ces produits jugés embarrassants par nombre d'industriels. Aussi, parmi ses fournisseurs historiques, on retrouve d'importants sites d'e-commerce profitant du canal «second choix» pour déstocker leur retour de SAV, leurs produits d'occasions mais aussi des marchandises reconditionnées émanant d'industriels, tels Acer ou HP...

Elargissement

Forte de son expertise sur le segment des PC, l'entreprise toulousaine décide d'ouvrir, en juin 2006, son site à de nouvelles catégories de produits. Electroménager et électronique grand public font alors leur apparition en ligne. Et PC-Ckado se transforme en un nouveau site baptisé, sobrement, «Ckado». «Notre site e-commerce nous permet d'être un intermédiaire à forte valeur ajoutée», explique Olivier de Trémaudan, son fondateur. Car le marché du second choix reste très spécifique. Le sourcing des produits, véritable fer de lance de l'activité, y occupe une place primordiale. Et des sites tels que Mistergooddeal, Price-Minister, etc., se disputent la pôle position sur l'acquisition des stocks les plus intéressants à écouler... Mais pas seulement. Le secteur compte aussi une multitude d'acteurs formant toute une chaîne disparate. Du petit déstockeur au gros industriel, Ckado compte ainsi une centaine de fournisseurs. «Le second choix, c'est un travail d'opportunités», résume Olivier de Trémaudan. Car, si Ckado concentre ses efforts sur son coeur de métier, l'approvisionnement et la gestion de la relation client, ce n'est pas un hasard. Les autres grandes fonctions de l'entreprise, telles que la logistique, le reconditionnement, ou encore les livraisons, restent volontairement des services externalisés.

Olivier de Trémaudan (Ckado):

«Le second choix, c'est un travail d'opportunités.»

Potentiel

Certes, la qualité des acheteurs est primordiale dans cette activité. Mais pas seulement, à en juger par la labellisation Anvar obtenue par l'entreprise en juillet 2006 pour automatiser l'interfaçage de son système d'information avec celui des fournisseurs. L'aide apportée par l'Anvar devrait permettre à Ckado de développer de manière industrielle son système d'information d'ici juin 2007. Un projet intéressant pour l'ensemble des acteurs de la chaîne. Car, pour capter le potentiel du marché, tous les moyens sont bons. «Nous évaluons le marché du second choix high-tech à 700 MEuros en 2005. On peut estimer que 0,8 à 1% du commerce de détail passe en général par le hors-circuit», souligne Olivier de Trémaudan. Dans ce panorama, la pertinence du modèle Internet s'impose. Aux acteurs classiques, solderies et autres brokers disposant de magasins physiques et faisant face à des frais fixes importants, Internet répond par une compétitivité accrue sur les coûts et par une forte capacité à drainer de l'audience. Un magasin géant en somme qui, pour décoller, doit faire un travail de fond sur l'assise de sa notoriété. D'où la nécessité pour Ckado d'accélérer son développement. «Actuellement, nous sommes entrés dans un projet de levée de fonds, 1 à 2 MEuros d'ici la fin de l'année, pour continuer à développer nos systèmes d'information et augmenter nos dépenses marketing Cela nous fera gagner quatre années en développement», estime Olivier de Trémaudan. Une politique offensive pour pousser le site sur son marché.

Ckado, qui a ouvert son site en juin 2006, affiche une audience de 10 à 15 000 visiteurs uniques par jour et un CA de 4 MEuros.

Ckado, qui a ouvert son site en juin 2006, affiche une audience de 10 à 15 000 visiteurs uniques par jour et un CA de 4 MEuros.

Ventes privées

Ces prises de position, à n'en pas douter, sont précieuses sur un marché sans cesse dynamisé par des innovations. Dernière en date pour Ckado, le lancement d'un site de ventes événementielles baptisé «vente-du-diable.com», en octobre dernier. «Les ventes privées permettent aux constructeurs d'écouler un stock rapidement et de manière confidentielle. Il ne faut pas qu'il y ait de confusion entre ces ventes et celles effectuées sur les réseaux classiques», note Olivier de Trémaudan. Pour son lancement, vente- du- diable s'adressera à la base existante des 120 000 clients de Ckado et ouvrira le parrainage de nouveaux membres. Un effet viral de tous les diables espéré par le site du même nom...

Martine Fuxa

Sur le même sujet

CCI Store, une marketplace de services en ligne pour les entrepreneurs
Small Business
CCI Store, une marketplace de services en ligne pour les entrepreneurs
CCIstore.fr

CCI Store, une marketplace de services en ligne pour les entrepreneurs

Par Pierre Lelièvre

Pour accélérer la numérisation des TPE et PME et leur faciliter l'accès aux nombreux services en ligne, CCI France lance une plateforme d'e-services [...]

Campings.com lève 10 millions d'euros
Small Business
Campings.com lève 10 millions d'euros

Campings.com lève 10 millions d'euros

Par Stéphanie Marius

La plateforme Campings.com, créée en 2008 et spécialisée dans l'intermédiation sur la réservation d'hébergements de plein air, augmente son [...]

Le Airbnb de la place de parking se lance à Lyon
Small Business
Le Airbnb de la place de parking se lance à Lyon

Le Airbnb de la place de parking se lance à Lyon

Par Stéphanie Marius

La start-up ParkMatch, dédiée à la location de parking privés entre particuliers, démarre une phase de test terrain dans la ville de Lyon, avant [...]

La start-up de foodtech La Belle Vie lève 5,5 millions d'euros
Small Business
La start-up de foodtech La Belle Vie lève 5,5 millions d'euros

La start-up de foodtech La Belle Vie lève 5,5 millions d'euros

Par Dalila Bouaziz

La foodtech spécialisée dans la livraison de courses du quotidien et produits artisanaux en une heure annonce un tour de table auprès de business [...]

La rédaction vous recommande