Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment animer son site grâce aux jeux et aux widgets

Publié le par

Pour rester attractif, un site internet doit vivre. Les e-marchands l'ont bien compris et certains se tournent vers de nouvelles techniques d'animation, telles que les jeux, de plus en plus sophistiqués, ou les outils 2.0. Quant aux widgets, ils permettent d'établir une relation privilégiée avec l'internaute.

LES ETAPES-CLES

1 Bien utiliser les jeux

Longtemps, le jeu a été uniquement synonyme de collecte d'adresses et de données sur les internautes. Si cette fonction n'a, bien sûr, pas disparu, certaines opérations prennent aujourd'hui une autre dimension. Une tendance qui est apparue il y a deux ans chez les sites importants, et depuis un an pour les plateformes de taille plus modeste. L'un des intérêts du jeu est de créer du trafic sur votre portail et, in fine, d'augmenter vos ventes. Le jeu, pour remplir sa mission d'animation de site, doit être de qualité et interactif. Les internautes étant aujourd'hui matures, les simples tirages au sort ne vont, par exemple, pas être efficaces. Le jeu doit leur proposer une expérience. Pour cela, les moyens techniques sont de plus en plus sophistiqués. Le jeu peut ainsi être développé en Flash, proposer de la 2D, voire, pour les budgets les plus importants, de la 3D. Il faut également penser à installer le jeu dans la durée, afin de laisser au buzz le temps de se créer. La durée idéale est comprise entre un et trois mois. Car si le jeu est, bien sûr, un bon outil de fidélisation, il peut également constituer un levier de conquête.

2 Jouer la carte des flux RSS

Le flux RSS est un fichier texte en format XML qui relaye en temps réel des informations de natures diverses. Les sites marchands peuvent l'utiliser pour tenir leurs clients au courant des nouveautés ou des dernières offres promotionnelles ou bien encore leur proposer des alertes sur un article en particulier. Pour le recevoir, l'internaute doit s'y abonner gratuitement. Simple à mettre en place, il peut constituer une première étape avant d'en créer un autre, plus sophistiqué.

3 Choisir le bon widget

Le widget est une application, que l'on peut installer sur son bureau ou sur une page web personnelle. Avec sa traduction de «gadget», le widget peut apparaître comme un simple effet de mode, faisant partie de la panoplie 2.0. Mais de plus en plus de sites prennent conscience de son intérêt et commencent à en développer. En effet, après avoir déjà séduit les portails médias, le widget, venu des Etats-Unis, intéresse les e-marchands depuis environ un an.

Il existe deux types de widgets: le petit logiciel qui se met directement sur le bureau et le widget web qui est, lui, le copier-coller d'un code. Ce dernier est plus difficile à concevoir, car le code sera différent pour chaque interface. Et celles-ci sont nombreuses, puisqu'il peut s'agir de bureaux d'ordinateurs variés, d'agrégateurs (Netvibes, iGoogle, PageFlakes et WebWag), de blogs (Blogger, TypePad...), et, pour ceux désirant jouer la carte du mobile, de l'iPhone.

La plupart des agences proposent les deux types de widgets et sauront vous conseiller pour savoir quel est le mieux adapté à votre contenu et à votre cible. De façon très générale, si vous vous adressez à une cible technophile avec un widget très innovant, la version web est préconisée. Pour un public moins familier, l'option application semble la pluS indiquée.

4 Privilégier la qualité du contenu

A l'instar du jeu et du flux RSS, le widget doit offrir un service pour inciter l'internaute à le télécharger. Vous devez donc réfléchir soigneusement au contenu que vous souhaitez proposer. Selon son positionnement, différentes approches sont possibles. «CDiscount a une démarche offensive de vente, illustre-Laurent Taton, pdg de Nosibay, société spécialisée dans les solutions d'e-marketing. Ce site s'adresse à un public d'«accros» à qui il propose des offres spéciales. Le «plus» du widget est de jouer avec l'urgence en diffusant des messages du type «dans 5 minutes, on massacre les prix sur les iPods».-» Certains sites peuvent choisir une approche plus-«prétexte».-«Les 3 Suisses, dont la cible ne sait pas forcément ce qu'est un widget, en a proposé un réunissant des services comme la météo, le programme télé et l'horoscope, continue Laurent Taton. Evidemment, le vépéciste en profite pour diffuser certaines de ses offres.» Le widget peut aussi être davantage personnalisé. «Celui de My Fnacmusic avertit ainsi l'internaute de l'actualité culturelle en fonction de ses centres d'intérêt, souligne-t-il. Le must est le widget couplé au CRM.»

5 Rendre la relation moins intrusive

Lune des grandes forces du widget est de créer un lien fort entre l'annonceur et l'internaute. Ce dernier a, en effet, librement choisi de le télécharger et de l'avoir sur son bureau ou son agrégateur. Cela permet au site d'être en contact permanent avec son client. Dans certains cas, le widget peut constituer une alternative à l'e-mailing. Aujourd'hui, beaucoup d'internautes sont lassés par les nombreux mails de sites marchands qu'ils reçoivent chaque jour. Le widget est beaucoup moins intrusif et plus efficace, notamment pour les ventes flash. Quand un mail annonce l'une de ces ventes, deux jours avant, à l'internaute, il y a de fortes chances pour qu'il l'oublie, alors que le widget pourra le prévenir 5 minutes avant le début de l'opération.

Etude de cas

Jeux: Ici Promo, gagnant en notoriété

Icipromo.com est une galerie commerciale virtuelle, où différentes enseignes proposent du déstockage. «Nous avons lancé le site fin 2007, explique Franck Levy, le fondateur d'Ici Promo, une galerie commerciale virtuelle. Comme nous avions besoin de nous faire connaître, nous avons décidé, l'année dernière, de profiter des soldes d'été pour organiser une opération de conquête.» Viral Games lui propose alors un jeu d'une durée de deux mois pour un montant de 20 000 euros, campagne de communication?- consistant principalement en de l'affiliation - comprise.
Le mécanisme est simple: il s'agit pour l'internaute de «gratter» avec sa souris des tickets pour peut-être gagner des bons d'achat. S'il parraine un ami, une deuxième chance lui est offerte. «Les résultats ont été très satisfaisants, affirme-t-il. 60 000 personnes ont participé, dont un tiers grâce à la viralité. En tout, le jeu a attiré près de 30 000 visiteurs sur le site.» Franck Levy émet un seul regret. «Un montant minimum d'achat de 30 euros était exigé pour bénéficier de la réduction, explique-t-il. Je pense que cela a bloqué certains internautes. 20% des participants ont malgré tout utilisé leurs bons.» Il se dit prêt à recommencer, même s'il juge l'investissement financier assez important.

Conseils d'experts

Serei lor, p-dg de Viral Games
Faire gagner aux internautes des bons d'achat est un excellent moyen pour les inciter à venir sur son site internet. Il faut que ces bons aient une valeur réellement intéressante, je préconise 7, 15 et 30 euros. Parmi les autres dotations qui ne nécessitent pas de gros budgets mais restent attractives, on peut citer les voyages ou les coffrets-cadeaux.
Christophe Bosquet, directeur associé d'effiliation
Depuis fin 2008, nous proposons des widgets, car ils constituent un bon outil pour l'affiliation. Ils permettent, en effet, d'animer un programme et sont un très bon support publicitaire. Ainsi, un internaute n'aura envie de le télécharger sur son bureau que s'il présente une utilité. Un e-marchand peut proposer des offres exclusives ou, comme levier de fidélisation, un suivi de compte.
Alexis Rollin, président deRnD
Le widget peut être un bon complément du jeu. Nous avons développé pour Orange
«La photo mystère»qui consiste à découvrir ce qui se cache derrière une image cryptée. Pour dévoiler la photo, le joueur doit découvrir des points d'interrogation présents sur les principales chaînes de contenu d'Orange. Ce jeu est collaboratif. En effet, le widget permet de connaître le stade de dévoilement de la photo et de donner sa réponse. Cet usage utilise au maximum l'une des forces du widget: l'information en temps réel.

ETUDES DE CAS

Widget: Vente-Privée crée sa propre bulle

Lancé le 3 juin 2008, VP Bubble se présente sous forme de pastilles qui se déploient au passage de la souris pour tenir les membres de Vente-Privée informés de l'actualité du portail. «Etant l'un des sites phares du marché, il était important pour nous d'être parmi les premiers e-marchands à lancer un widget, déclare Julien Bizet, chef de projet marketing du site chez Vente-Privée. Nous voulions que nos clients puissent accéder à plusieurs informations d'un seul coup d'oeil.» C'est notamment pour cette raison que le choix de Vente-Privée s'est porté sur le widget sous forme de carrousel proposé par Nosibay. «La qualité du graphisme est primordiale, affirme Julien Bizet. Nous avons choisi des bulles pour leur côté ludique.» Les clients sont ainsi alertés du début des ventes, disposent d'un suivi de commande et de livraison et peuvent envoyer des invitations pour parrainer leurs amis. Ils peuvent également visionner les bandes-annonces des marques vendues sur le site. Ce widget se veut une alternative à l'e-mailing, jugé trop intrusif par certains clients. «Il s'agit vraiment d'un outil de fidélisation puisque, pour le télécharger, il faut être membre, précise Julien Bizet. Environ 130 000 de nos clients l'ont aujourd'hui installé. En moyenne, 56 000 d'entre eux s'y connectent simultanément.» Ce widget apporte du trafic au portail. «Près de 10% de nos membres accèdent à notre site via VP Bubble, indique Julien Bizet. Nous allons bientôt également tracker le nombre de ventes issues d'une de ses alertes.» La plupart des internautes utilisent le widget entre 21 h et 22 h, chez eux. VP Bubble est, en effet, un widget de type application, qui nécessite donc l'autorisation de l'administrateur pour être installé, ce qui n'est pas évident quand il s'agit de son ordinateur de travail. «Nous envisageons de sortir également une version web cette année, explique Julien Bizet. Nous avons hésité, car notre coeur de cible n'est pas forcément technophile et adepte de Netvibes ou IGoogle. En revanche, Facebook et Myspace ont une audience beaucoup plus large, qui correspond davantage à notre clientèle majoritairement féminine.» En parallèle, Vente-Privée réfléchit à une deuxième version de son widget. «Nous souhaiterions créer un lien encore plus fort avec nos clients en leur donnant des informations supplémentaires en rapport avec notre blog», précise-t-il. VP Bubble a été lancé en Italie, Espagne et Allemagne. Et il sortira en mai en Angleterre, le temps pour le site d'émerger dans un environnement concurrentiel.

ZOOM

Le prix de ces nouveaux outils

Le flux RSS
«Dans la plupart des plateformes e-commerce, il suffit de choisir dans les paramétrages «générer un flux RSS», ce qui ne coûte rien, explique Alexis Rollin, président de RnD. Si, en termes d'information, la matière manque, les agences peuvent fournir du contenu et cela revient entre 1000 et 10000 euros.»
Le jeu
«Il faut compter entre 10000 et 15000 euros, auxquels il faut ajouter de
10000 à 20000 euros de communication, estime Serei Lor, p-dg de Viral Games. Les sites ayant un plus petit budget peuvent opter pour un jeu-type à 5000 euros qui sera habillé à leurs couleurs.»
Le widget
«Une version web commence à 3 000 euros et peut monter à 15000 euros pour un modèle sophistiqué, affirme Laurent Taton, p-dg de Nosibay. La fourchette pour les applications de bureau est comprise entre 8000 et20000 euros.»

CONSEILS D'EXPERTS

Franck Giroudon, vice-président marketing chez Nexway
Certains types de sites se prêtent particulièrement bien au développe- ment d'un widget. Plus un portail est spécialisé dans des univers fédérateurs comme le jeu vidéo, plus il a de chances d'avoir une communauté qui sera prête à télécharger l'application. Et le côté viral fonctionnera mieux.
Anthony Kuntz, président de Kréactive technologies
Peu de widgets des e-marchands sont aujourd'hui réellement au point. On voit encore trop de comparateurs de prix avec une mauvaise ergonomie La sobriété est également recommandée afin que l'internaute ne se sente pas agressé. Ainsi, il faut absolument éviter les animations trop intrusives, comme les pop-up.
sabine Maréchal, p-dg de l'agitateur e-media
L'originalité est l'une des composantes primordiales de la réussite d'un jeu. Trop de sites veulent utiliser les mêmes mécanismes que ceux de leurs concurrents. C'est dommage, car un jeu réussi engendre un excellent ROI. Une marque ayant une forte image peut ainsi quintupler son trafic et celles moins connues pourront l'augmenter d'au moins 20%.