Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment imposer le nouveau concept de GéoIntelligence

Publié le par

Né il y a tout juste un an, Asterop entend faire de son site Internet un nouveau modèle décisionnel Business to Business.


Les techniques de Business Intelligence, de gestion de la relation client (CRM) et des études marketing constituent aujourd'hui les véritables poumons de l'entreprise. Pourtant, lorsqu'il s'agit de mettre sur pied un programme qui lui permette d'optimiser les données récoltées par le biais de ces techniques, elle se retrouve souvent dépourvue, faute de savoir comment les utiliser à bon escient. C'est pour répondre à cette problématique que Christophe Girardier, Gérard Dahan et Luc Coiffier, ont eu l'idée de créer en février 1999, Asterop, le premier "portail de GéoIntelligence". Qu'entendent-ils par "GéoIntelligence" ? « C'est un concept qui permet aux entreprises de croiser leurs fichiers clients avec des bases de données du marché sur lequel elles évoluent, afin de calculer leur potentiel de ventes et d'identifier géographiquement leurs gisements de croissance inexploités », explique Christophe Girardier, P-dg d'Asterop. L'explosion d'Internet et l'appétit des investisseurs ont convaincu nos trois associés de proposer leur offre sur le Web. Sélectionnée aux 1ères rencontres de Capital IT, Asterop boucle en mars 99 un premier tour de table de 5,2 MF - financé par Trinova, Défi Start-Up, l'Anvar et quatre business angels - qui lui permet de lancer la première version de son site.

Une offre en trois versions


Et de s'inscrire d'emblée dans une logique de développement international, en s'appuyant sur une promesse forte : fournir aux PME/PMI et aux directions opérationnelles des grandes entreprises, un outil quotidien d'analyse marketing et d'optimisation des réseaux commerciaux accessible par une connexion à Internet. Pour ce faire, Asterop s'est dotée d'une banque de données géostatistiques volumineuse, avec des données marketing et cartographiques collectées auprès d'éditeurs tels que Dun & Bradstreet, TeleAtlas, l'IGN, l'Insee et Census Bureau aux USA.

L'offre Asterop se divise en trois versions.


La première concerne le service on line et cible plus particulièrement les PME/PMI. Le site propose aux visiteurs une application baptisée "Connaissance du territoire" qui, sur la base du choix d'un territoire de vente (département, région ou secteur commercial) et d'un niveau d'étude (zones urbaines, communes, quartiers), permet d'accéder au bouquet de données géostatistiques mondiales d'Asterop en vue d'analyser tout indicateur ou variable statistique sur les individus ou les entreprises situés dans ce même territoire, afin d'en appréhender les réalités en termes de potentiel de vente. Ce service est facturé à l'acte (entre 100 F et 3 000 F HT) ou sous forme d'abonnements sur 6 mois (trois forfaits de 3 000 F, 6 000 F et 10 000 F HT chacun). La deuxième version, "Business GeoIntelligence End User" est déployable sur un Intranet. Vendue sous forme de licences, elle est destinée aux grands groupes pour un usage interne en version monoposte ou client-serveur. Enfin, la version "Business GeoIntelligence Suite Component" est livrée sous forme de composants pour les intégrateurs, sociétés de service et éditeurs du marché du Business Intelligence. Concrètement, grâce aux solutions développées par Asterop, une chaîne de magasins d'articles de sport qui souhaite lancer une nouvelle ligne en France pourra, par exemple, identifier les grandes agglomérations urbaines potentiellement intéressantes et choisir, dans chacune d'elles, les zones d'implantation offrant les meilleurs potentiels de vente. Fort d'une augmentation de capital de 15 MF et devant le potentiel du marché qui s'ouvre à Asterop, Christophe Girardier se montre ambitieux : « Cet apport de fonds va nous permettre d'étendre notre base de données à la Grande-Bretagne, à l'Allemagne et au Japon, ainsi que de recruter 30 personnes dans les 6 mois à venir. Nous nous sommes fixés comme objectif d'atteindre un chiffre d'affaires de 150 MF en 2001, dont 50 % devraient être assurés par les transactions en ligne. »

Mot clés : Vente |

Tanguy Leclerc