Mon compte Devenir membre Newsletters

Connaissez-vous la théorie du noeud papillon ?

Publié le par

D'après une étude menée par des chercheurs d'IBM, en partenariat avec Altavista, Compaq et Inkotomi, sur le Web, près d'une page sur quatre ne mènerait nulle part et serait déconnectée du réseau. La navigation sur le Web s'effectuerait en fait sur le modèle d'un circuit ressemblant à un noeud papillon. Au coeur se trouverait une région qui représente 30 % des pages web très interconnectées, provenant des sites indexés par les moteurs de recherche. 24 % des sites auraient établi des liens avec cette région, un autre quart étant constitué de sites dont un lien a été établi à partir de ce coeur. Les 22 % de pages restantes seraient quant à elles isolées ou déconnectées du réseau.

+ 18,5 %


Selon une étude comportementale des internautes de la société MMXI-Europe, réalisée entre octobre 1999 et mars 2000, la fréquentation individuelle d'Internet en France, au Royaume-Uni et en Allemagne a augmenté de 18,5 %, passant ainsi de 260 à 308 minutes par mois. Les résultats démontrent que c'est en France que l'augmentation est la plus forte : + 35 %, avec un passage de 189 à 255 minutes, devant l'Allemagne (+ 24 %) et le Royaume-Uni (+ 7 %).

22,68 Md$


Les capitaux risqueurs ont investi 22,68 milliards de dollars dans des start-up au premier trimestre 2000 aux Etats-Unis, soit plus qu'au dernier trimestre 1999 (21 Md$) et nettement plus qu'au premier trimestre de la même année (6,16 Md$). Le nombre de sociétés financées à quant à lui doublé en un an, atteignant un record de 1 557. Sur le seul premier trimestre 2000, 17 start-up ont levé en un seul tour plus de 100 millions de dollars, contre 44 sur l'année 99 et 6 en 98.

8 m $


Le vendeur de noms de domaine hitdomains.com a mis en vente hell.com, considéré comme l'une des "marques" les plus puissantes au monde. Le prix de vente a été estimé à 8 millions de dollars. Selon Monte Cahn, président de HitDomains, peu de noms de domaine possèdent un tel potentiel d'attraction. Les chiffres semblent lui donner raison : alors qu'un que le site ne proposait aucun contenu et qu'il n'était répertorié sur aucun moteur de recherche, portail ou autres sites, il recevait plus d'un million de tentatives de connexion par mois.

7,3 Md$


Selon un étude de Jupiter Communications, l'e-mail marketing devrait connaître une véritable explosion dans les années qui viennent, et atteindre 7,3 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2005, contre 164 millions en 1999. Une embellie due au faible coût d'utilisation du e-mailing joint à un taux de réponse nettement supérieur aux autres outils de communication en ligne. L'étude pointe néanmoins quelques difficultés que devront résoudre les entreprises, notamment celle de faire émerger son message de la masse. En 1999, un internaute américain a, en moyenne, reçu 40 messages marketing ; en 2005, il en recevra 1 600 dans l'année.

+ 30 %


Le nombre de fournisseurs d'accès à Internet en Europe a augmenté de 30 % en 1999, révèle une étude réalisée par Analysys sur les 16 premiers marchés européens. Le potentiel de croissance du marché européen demeure toujours aussi significatif avec un taux de pénétration inférieur aux 45 % du marché américain. Mais les différences entre pays sont criantes : si le nombre d'internautes suédois et norvégiens représente respectivement 42 et 39 % de la population, en Grèce et en Italie, le score est de 3 et 9 %.

80 %


des 500 premières entreprises mondiales utilisent leurs sites web pour recruter, révèle une enquête menée par le cabinet de recrutement iLogos Research. Elles n'étaient que 29 % en 1998 et 60 % en 1999.

516 MF


C'est le montant des revenus publicitaires en France sur l'ensemble de l'année 1999, selon l'étude IAB/PricewaterhouseCoopers. Cela correspond à une croissance de 353 %, soit plus de quatre fois les revenus de 1998 (114 MF). La catégorie moteurs de recherche/portails/sites de communautés reste en tête avec 42 % des investissements, suivie par les fournisseurs d'accès (21 %), les sites business/finance/économie (11 %), divertissements/loisirs (9 %) et information/actualités (9 %).

2/3


des internautes participent d'une manière ou d'une autre à un programme de fidélisation. En revanche, 22 % seulement considèrent que de tels programmes ont une réelle influence sur leur comportement d'achat. Le principal critère de sélection d'un site web reste la politique de retour des produits (40 %), devant la qualité du service clients et la largeur de l'assortiment (37 %). Source : Jupiter Communications.

48,2 %


Aux Etats-Unis, la parité hommes/femmes existe sur Internet, puisque le nombre de femmes internautes est quasiment égal à celui des hommes (48,2 % de femmes et 51,8 % d'hommes) alors qu'en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne, les internautes à domicile sont majoritairement représentés par les hommes. France : femmes 32,9 % / hommes 67,1 %. Grande-Bretagne : femmes 38,7 % / hommes 61,3 %. Allemagne : femmes 35,8 % / 64,2% .