Mon compte Devenir membre Newsletters

Défauts de jeunesse

Publié le par

« Même si les web agencies sont encore jeunes, il est urgent pour les annonceurs de savoir à qui ils ont affaire. »


"Web agency". Ce terme a fleuri à la vitesse grand V dans le monde de la communication. A tel point que de nombreux acteurs s'en sont emparé, y mettant le contenu qu'ils voulaient. Créant alors une évidente confusion des genres. Même si le Net en était le dénominateur commun. Du "simple" designer de sites web, au groupe de communication opérationnelle intégrant verticalement des savoir-faire, tels que gestion de bases de données, centre d'appels... en passant par la SSII reconvertie, plus ou moins, à la communication, l'agence "classique" ajoutant sous le même toit le on au off line, le département devenu ensuite filiale spécialisée, l'agence de marketing services intégrant l'interactivité... et évidemment les structures nées avec et pour le Web, la palette des "web agencies" est large. Et l'on ne se privera pas d'y ajouter les cabinets de conseil qui, parallèlement à leur ruée de concert sur la prometteuse gestion de la relation client, n'ont pas laissé de côté le créneau du "e" dans leurs plans de développement stratégique. Même si, bien sûr, ils ne revendiquent guère l'appellation désormais courante. Une appellation que certaines agences, compte tenu de sa banalisation et du peu de valeur ajoutée qui en découle, aimeraient changer pour le terme plus noble, et sans doute plus réaliste, d'"architectes interactifs". Tout au moins si l'on en croit les réactions enregistrées à l'occasion du bilan de l'année 2000 que nous effectuons dans ce numéro. Un bilan qui, sur le plan purement quantitatif, n'a pas été simple à établir. Les web agencies ne font pas encore vraiment preuve de la même maturité en la matière que leurs aînées. Entre les non-réponses, les chiffres d'affaires et les marges brutes... impossible de réaliser un classement digne de ce nom et réellement représentatif du secteur. Tout en le regrettant, on se contentera, pour cette année, d'un panorama par ordre alphabétique (voir p. 6). Panorama qui permet cependant de tirer un certain nombre d'enseignements quant à la nature et la santé de leur activité. Cette absence de rigueur et de transparence est en fait assez naturelle. La profession est jeune, encore peu structurée, même si la délégation Communication Interactive de l'AACC compte déjà une bonne douzaine de membres. Laissons lui donc le temps de se définir, de s'organiser et, sans doute, de s'assainir. Un peu de temps. Mais pas trop. Car, pour les annonceurs, il est quand même urgent de savoir à qui ils ont affaire.