Mon compte Devenir membre Newsletters

Démocratisation

Publié le par

Rendez-vous traditionnel du secteur, la dernière assemblée générale de la Fevad, Fédération e-commerce et vente à distance, qui s'est tenue le 11 juin dernier, a rassemblé un public record. La preuve du dynamisme à la fois d'un métier que le commerce électronique a totalement régénéré, mais aussi de son instance professionnelle dont le nombre de membres ne cesse de croître. Un dynamisme global une nouvelle fois illustré par des taux de croissance à deux chiffres. Mais ce que l'on retiendra plus particulièrement de la nouvelle livraison du Baromètre Fevad-Médiamétrie/ /NetRatings, quatrième du nom, c'est que la démocratisation en marche de l'e-commerce est une réalité. A la fois en termes d'acheteurs et de produits achetés. Dans le premier cas, l'étude relève en effet que les femmes, les seniors, les classes moyennes et la province sont autant de catégories qui sont aujourd'hui proches ou au niveau de la moyenne nationale de 60% d'internautes acheteurs en ligne, au cours des six derniers mois. Dans le second, elle constate que la variété des produits commandés ne cesse d'augmenter. Avec des progressions sensibles pour des secteurs tels que l'habillement, les jeux, les parfums... L'image cliché d'un canal de distribution de niche, utilisé par déjeunes adultes, plutôt CSP + et achetant des produits culturels et des voyages n'est donc plus qu'un souvenir. Raison invoquée de ces élargissements: la confiance en l'achat électronique qui se traduit par un taux de satisfaction record de 97%. De quoi se réjouir et envisager l'avenir d'un regard serein, grâce à cet ensemble d'indicateurs positifs? Oui, mais... Car il y a un «mais». En l'occurrence celui que François Momboisse, fraîchement réélu à la présidence de la fédération, a souligné avec force devant le secrétaire d'Etat Eric Besson. A savoir la fragilité financière des entreprises du secteur, aux marges faibles et contraintes à de lourds investissements pour accompagner la croissance. Un propos réaliste qui montre que, s'il se démocratise, l'e-commerce n'en reste pas moins encore en construction.

@ Marc Bertrand

Par François Rouffiac, directeur de la rédaction