Mon compte Devenir membre Newsletters

Des panels pour le Web

Publié le par

En tant que nouveau média, le Web se devait de posséder ses propres outils de mesure d'audience, au même titre que la télévision ou la radio. C'est chose faite avec les panels d'internautes créés par MMXI Europe, NetValue, et Médiamétrie/ACNielsen.


Pour Annabelle Jaeger, directrice de la communication de NetValue, il existe deux approches dans les outils de mesure du Web : "site centric", centrée sur les sites, et "user centric", focalisée sur l'utilisateur. C'est cette deuxième approche que développe Netvalue, fondée en 1998. Il s'agit pour elle d'étudier le comportement des internautes sur le Web mais aussi des autres protocoles de l'Internet : chat, e-mail, forum de discussion, streaming audio/video. Pour ce faire, NetValue a mis au point des panels d'internautes en partenariat exclusif avec la Sofres. Des interviews téléphoniques ont lieu en continu toute l'année et les panels sont restructurés tous les trois mois. Le logiciel maison NetMeter est implanté sur le PC de ces panélistes et travaille en tâche de fond. Les informations remontent sur les serveurs de NetValue qui les traite et les qualifie. Les panels sont composés de 2 000 internautes domestiques et actifs par pays européens (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Suède) et 5 000 aux Etats-Unis. Ces études donnent lieu à l'édition de rapports papier ou consultables en ligne avec NetValue Online. Des panels exclusifs établis personnellement pour un client sont disponibles. NetValue annonce 70 clients. La cible principale de ces études de comportement vise les grands comptes, tous secteurs confondus. Pour respecter les préceptes de la CNIL, le panéliste signe un contrat visé par cette instance. Il est rémunéré environ 500 F par an, en liquide. Autre acteur récent sur ce marché : MMXI Europe. Il s'agit d'une alliance entre l'américain Médiamétrix et Ipsos (GfK en Allemagne, Sifo en Suède) créé en août 1999. Les panels MMXI sont composés de 3 000 internautes par pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Suède) et la société possède déjà une centaine de clients en Europe. MMXI a d'abord créé un "access panel", composé d'individus qui ont déjà participé à des études, puis l'a complété avec des appels téléphoniques aléatoires. L'objectif est d'arriver à 10 000 panélistes pour la fin de l'année. Le logiciel PC Meter (mis au point par la société du créateur de Médiamétrix, Todd Johnson) est placé sur le système d'exploitation des ordinateurs des panélistes. Il peut étudier leur comportement sur le Web mais aussi sur les systèmes propriétaires comme AOL. Le nouveau produit nommé Zone Lab Meter permet d'étudier le téléchargement en ligne de fichiers audio et vidéo (streaming). La société édite des rapports annuels avec mise à jour mensuelle. Troisième acteur du panel Web : Médiamétrie, associé à ACNielsen et NetRatings. La société franco-américaine Médiamétrie eRatings.com, qui va développer l'outil Nielsen//NetRatings, est possédée à 50 % par Médiamétrie, 30 % par Net Ratings et 20 % par ACNielsen eRatings.com ; cette dernière étant une joint-venture entre ACNielsen Corp. et NetRatings Inc., société spécialisée dans l'analyse et la mesure d'audience Internet. Médiamétrie possédait déjà l'outil Cybermétrie de mesure collective des sites français (35 à ce jour). La nouvelle société va se concentrer sur la mesure d'audience et de publicité vue du côté des internautes individuels. Premier client annoncé de ce nouveau panel : L'Oréal. Le logiciel Insight est une application sous Java développée par Net Ratings. Il permet de créer une interface personnalisée et un paramétrage de la base de données (MyNielsenNetRatings). Il se déclenche à l'ouverture du navigateur du panéliste. Les clients y accèdent en temps réel. Le soft BannerTrack s'occuper de suivre les clicks sur les bannières publicitaires. Le panel de Médiamétrie est composé de 8 000 personnes. Ils devraient être 25 000 en 2001. L'édition de tableaux de bord permettra aux abonnés de posséder toutes les informations qu'ils souhaitent sur le comportement des internautes y compris sur AOL. La filiale de ACNielsen, NetRatings et Médiamétrie compte séduire une trentaine de clients français d'ici fin 2000, dont les centrales d'achats, les dot coms et d'autres sociétés de la "vielle économie". Reste le problème des panels d'internautes professionnels, qui surfent depuis leur lieu de travail. Les trois sociétés travaillent sur ce chantier, autrement délicat que son pendant domestique. En effet, les entreprises sont assez réticentes à l'idée que certains employés soient surveillés en permanence. « C'est très difficile à mettre en oeuvre », avoue Annabelle Jaeger. Chez MMXI, Arielle Dinard annonce 500 panélistes en milieu professionnel cet été. Ce chiffre devrait être de 1 500 chez Médiamétrie/eRatings à la fin de cette année.