Mon compte Devenir membre Newsletters

Des performances au beau fixe

Publié le par

Après un Noël plutôt réussi pour les e-marchands, 2011 s'annonce dynamique. Dans le domaine de la publicité display comme pour les opérations d'e-mail marketing, les maîtres mots restent l'efficacité et le ROI.

Performance des e-mails: le luxe arrive en tête

Experian CheetahMail, expert de l'e-mail marketing, a rendu publique une étude sur la performance des e-mailings au premier semestre 2010, parmi neuf secteurs d'activité étudiés:

Source: Mozaic - Segmentation des consommateurs et profiling clients pour analyser votre base de données clients et optimiser l'ensemble de votre stratégie marketing. Experian.fr.

Le luxe présente les meilleures performances sur le 1er semestre 2010. L'utilisation de la vidéo dans l'e-mail et l'intérêt des abonnés pour les marques expliquent en partie ce succès. La vidéo est un moyen idéal pour fidéliser les abonnés, car elle permet d'offrir un univers plus créatif.

Performances par jour

Il n'existe pas de jour «miracle», seule une série de tests vous permettra d'identifier les jours sur lesquels il est intéressant de capitaliser sur votre base de données.

Source: Experian CheetahMail, Benchmark e-mail marketing, premier semestre 2010.

Chiffres-clés de l'e-pub en 2010

2,3 milliards d'euros
C'est le montant des investissements réalisés dans la publicité en ligne en 2010 en France. Ils ont progressé de 9 % par rapport à 2009. En 2011, ils devraient atteindre 2,51 milliards d'euros (+ 12 %).


960 millions d'euros
C'est le total des sommes investies dans l'achat de mots-clés et de liens sponsorisés (search) en 2010, soit + 9 % en un an. Il reste le format le plus utilisé par les annonceurs sur Internet.


540 millions d'euros
C'est le montant des investissements réalisés sur le display. Ce format s'est développé plus rapidement que les autres en 2010 (+ 12 %), grâce à la croissance de la vidéo.


+ 23 %
C'est le taux de croissance de la publicité sur mobile en 2010. Si en valeur cela ne représente que 27 millions d'euros, c'est pourtant une progression significative, notamment grâce à l'arrivée de nouveaux annonceurs de la grande consommation, du luxe, ou encore de l'habillement.


Source: 5e Observatoire de l'e-pub SRI - Capgemini Consulting