Mon compte Devenir membre Newsletters

Dix personnalités qui ont marqué l'année de l'e-commerce

Publié le par

Dans le cadre de ses troisièmes Trophées, E-commerce Magazine organise l'élection de l'Homme e-commerce de l'année 2009. Lecteurs et professionnels sont appelés à choisir parmi les dix personnalités sélectionnées par la rédaction, celle dont la stratégie et les résultats leur apparaissent les plus exemplaires.

Pour cette troisième élection de l'Homme e-commerce de l'Année, la rédaction du magazine a recherché des entreprises et des managers qui ont marqué le millésime 2008 et le premier semestre 2009 du commerce électronique.

A travers cette sélection, c'est une nouvelle fois toute la variété du commerce électronique - tant en termes de secteurs couverts, d'origines que de tailles d'entreprises -, qui est mise en avant. Qu'il s'agisse d'enseignes de VAD «traditionnelle», de distribution spécialisée, de grands magasins, de pure players... Et ce, dans des domaines aussi divers que le vin, l'électronique grand public, les loisirs culturels, l'aménagement de la maison, la beauté, les ventes privées... Et même l'alimentaire, avec un concept bien spécifique.

Etablir une liste de ce type n'est jamais un exercice facile. Surtout sur un secteur toujours en développement. Et, même si sa croissance est quelque peu ralentie par la conjoncture économique, les initiatives et créations de sites continuent de fleurir. Alors que, dans le même temps, les enseignes ayant investi le Web marchand depuis de nombreuses années récoltent le fruit de leurs travaux et investissements et, souvent, de leur ténacité. D'où la volonté de la rédaction d'E-commerce magazine de choisir à la fois de nouveaux entrants, mais dont le modèle a déjà eu le temps de faire ses preuves, et des e-commerçants déjà bien installés dans le paysage. Tous sont représentés par des managers, dont la personnalité a été également un critère de choix significatif. Certains sont bien connus, d'autres moins; mais tous ont en commun la passion de leur métier et contribuent à faire en sorte que leur entreprise se développe, se distingue par ses résultats, ses innovations, sa politique marketing, de relation client...

Dans les pages qui suivent, une présentation synthétique des éléments les plus marquants concernant la vie récente des entreprises et un bref résumé du parcours professionnel des dix nommés pour cette élection de l'Homme de l'année devraient vous aider à faire votre choix. Les résultats de cette troisième édition seront rendus publics fin septembre prochain dans le cadre de la soirée des 3es Trophées E-commerce et, bien sûr, dans le numéro d'E-commerce Magazine qui lui succédera. F. R.

Catherine Colin P-dg de MADE IN DESIGN

Catherine Colin P-dg de MADE IN DESIGN

La décoration tous azimuts

Avec ses 10 ans d'existence, Made in Design fait figure de précurseur en matière de site de décoration. Créé par Catherine Colin en 1999, le portail est resté fidèle à sa ligne fondatrice: proposer des objets design à des prix accessibles. Une formule qui plaît, puisque le site a atteint la rentabilité deux ans après son lancement. Face à une concurrence toujours accrue, Made in Design ne se repose pas pour autant sur ses lauriers. Chaque semaine, entre 50 et 100 nouvelles références sont ainsi proposées, afin de suivre au plus près les tendances. Et 2008 a été une année des plus dynamiques. «Nous avons lancé des ventes privées qui ont lieu tous les 15 jours, explique Catherine Colin, p-dg du site. Elles rencontrent beaucoup de succès et animent le portail.» Made in Design s'attaque désormais également au marché des professionnels. En avril 2008, un portail a en effet été ouvert, proposant aux entreprises de les conseiller dans l'aménagement de leur espace. Canal + et les Galeries Lafayette ont déjà fait appel à ce service. Autres développements: après s'être implanté au Royaume-Uni, Made in Design s'installe maintenant en Italie et en Allemagne. Jusque-là financé en fonds propres, le site devrait bénéficier d'une levée de fonds de 4 millions d'euros dans le courant de l'année. Une entrée de capitaux qui devrait, entre autres, permettre une refonte du portail. Et de jouer la carte du communautaire, car Made in Design, décidément jamais à court d'ambition, compte fédérer les - nombreux - fans de déco. G.R.

Denis Convert Directeur du développement Europe de MY M&M'S

Denis Convert Directeur du développement Europe de MY M&M'S

Mars attaque la Toile

Depuis 2007, les M&M's, connus jusque- là pour «fondre dans la bouche et pas dans la main», accompagnent également les moments forts de la vie. Le site My M&M's, qui appartient au groupe Mars, permet en effet de faire inscrire le message de son choix sur les célèbres chocolats. Un service qui existe depuis 2002 aux Etats-Unis, mais qui a eu du mal à voir le jour en France. «Une partie des équipes était sceptique et affirmait que le concept n'était pas adapté au marché national», raconte Denis Convert, directeur du développement Europe de My M&M's. Qui se bat néanmoins pour que la version française voie le jour. Pari gagné. Le site est conçu en un temps record - six mois - et est officiellement lancé en janvier 2007. «Comme le budget était limité, nous avons vraiment adopté un esprit start-up, affirme Denis Convert. Nous avons créé une petite équipe dédiée au projet, qui va de la logistique au service clients, en passant par le marketing.» Une philosophie payante, puisque le portail, qui a bénéficié d'une bonne couverture dans la presse, est aujourd'hui rentable. Il reçoit, selon les événements comme la Saint-Valentin ou la fête des Mères, entre 8 000 et 30 000 visites par jour. «Le volume de nos commandes double d'année en année, nous en prévoyons 80 000 en 2009», explique Denis Convert. Et preuve que le concept était bien exportable, My M&M's a été lancé en Belgique et aux Pays-Bas en 2008, ainsi qu'en Allemagne et en Italie au début de l'année.. GR.

Arnaud Dubly Président d'ESPACE MAX

Arnaud Dubly Président d'ESPACE MAX

L'infatigable business man

Depuis 2005, les fashionistas n'ont plus à se déplacer pour profiter des bonnes affaires d'Espace Max. Les articles proposés dans le dépôt du XVIe arrondissement parisien sont également disponibles sur le Net. En reprenant l'affaire, fin 2004, Arnaud Dubly souhaite ouvrir un deuxième espace de vente, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Il envisage finalement une évolution plus radicale. «Nous avons assisté au succès foudroyant de Vente-privée, relate-t-il. Il aurait été logique que nous nous lancions sur ce créneau en premier. Nous avons décidé de nous rattraper en créant un site en quelques mois.» Dès le départ, son positionnement, le même qu'aujourd'hui, est clair. «Notre créneau, c'est le haut de gamme et les créateurs», clame-t-il. En juin 2008, le site a fait l'objet d'un relooking et propose, en plus des ventes événementielles, deux autres modes d'achat. Des griffes prestigieuses disposent de leurs boutiques, accessibles depuis Espace Max. Autre nouveauté: la rubrique «Speed Shopping» propose des articles des collections en cours qui n'ont pas une bonne rotation en boutique, avec des rabais. Cette refonte témoigne de la volonté de la société d'investir de plus en plus dans le on line, même s'il n'est pas question pour autant de supprimer le réseau physique. Et, cette année, Espace Max est bien décidé à creuser son sillon. En avril, le site a ainsi amené la Place Vendôme dans le salon de ses 2,5 millions de membres en organisant une vente Boucheron, pour laquelle un portail avait été créé. G.R.

Denis Duval Directeur e-business de 3 SUISSES INTERNATIONAL

Denis Duval Directeur e-business de 3 SUISSES INTERNATIONAL

L'homme de l'innovation

Profiter de la crise pour innover. Une règle générale qui prend tout son sens dans le cas des 3 Suisses. «Nous sommes dans une phase de transition, reconnaît Denis Duval, directeur e-business de 3 Suisses International. Et nous sommes obligés de nous réorganiser.» Pour assurer cette transition, l'homme ne manque pas d'idées originales, comme le lancement, pendant l'été 2008, d'une chaîne «Le Chouchou» sur Dailymotion. «L'un des axes principaux est de développer notre relation avec nos clients, explique Denis Duval. Ainsi, nous accordons, depuis 2008, beaucoup plus de place aux commentaires sur nos produits.» Pour se moderniser, les 3 Suisses ont également développé des e-boutiques spécialisées. «En partenariat avec Spreadshirt, nous proposons des chemises sur mesure depuis l'année dernière», poursuit Denis Duval. Pour faire connaître ces innovations, le VADiste a utilisé tous les leviers de l'e-marketing. «Des millions d'euros ont été dépensés sur le display, l'e-mailing, le référencement naturel et payant, l'affiliation...», précise-t-il. Des investissements qui semblent payer. En 2008, l'enseigne aurait réalisé la moitié de son chiffre d'affaires sur le Web, une proportion qui pourrait atteindre les deux tiers, d'ici deux ans... G.R.

Xavier Flamand Directeur général de FNAC.COM

Xavier Flamand Directeur général de FNAC.COM

Du retail au Net

Si Xavier Flamand se dit fan de BD, cette passion n'a pas constitué sa seule motivation pour intégrer la Fnac. «Après mes études de commerce, j'avais la vocation du retail, explique-t-il. Et comme je me sens autant à l'aise avec les produits techniques qu'éditoriaux, je n'ai pas hésité à saisir l'opportunité de diriger un magasin de cette enseigne.» Quelques années plus tard, Xavier Flamand est devenu le «Monsieur Net» de la Fnac. «C'est une suite logique, car mon parcours me permet de maîtriser le multicanal», affirme-t-il. En 2008, Fnac.com a indéniablement montré sa volonté d'offrir de nouveaux services à l'internaute, à l'image de «MyFnac». Lancé en novembre, il s'agit d'un espace personnalisé où l'internaute peut enrichir régulièrement sa «Fnacothèque». Des propositions de produits en accord avec ses goûts lui sont faites. Le site propose aux internautes un moteur de recherche, sorti à l'été 2008, qui tente d'apporter le même conseil sur les produits techniques qu'un vendeur le ferait en magasin. Deux modes de recherche sont ainsi proposés: «simple», pour le grand public, avec des indicateurs portant sur l'utilisation du produit, et «expert», pour les internautes avertis ou professionnels avec des critères plus pointus. Du côté de la logistique, le site Fnac.com s'est doté de moyens importants: les références en stock sont ainsi passées de 40 000 à 120 000 en un an. Et, en 2009, l'agitateur de curiosité est encore actif sur le Web: une «market place» vient d'être lancée. Destinée aux vendeurs professionnels et aux particuliers, elle ouvre le site au marché de l'occasion. Une «V2 mobile», adaptée à l'iPhone, devrait également voir le jour en septembre. F. B.

Bernard Le Marois Directeur général de WINE &CO

Bernard Le Marois Directeur général de WINE &CO

Bon cru pour l'innovation

Originaire du Nord et formé au marketing direct, Bernard Le Marois est un passionné de la vente directe. Dans le Bordelais, au sein de Wine&Co, site de vente en ligne de vins et spiritueux, il concilie depuis 2002 son amour du vin et sa passion pour l Net. Avec succès. Le chiffre d'affaires du site a en effet fortement progressé pour atteindre 6 millions d'euros en 2008. Wine&Co cherche également à relever un challenge important concernant la fidélisation de ses clients. Le coût de recrutement d'un client s'élèverai en effet à 25 euros, c'est pourquoi le site se démène pour garder ses 50 000 clients fidèles le véritable trésor de guerre de l'entrepris sur un marché difficile. Parallèlement à son modèle de base, le site a innové l'année dernière. Et créé le portail Cuisine&saveur.fr ainsi qu'une place de marché, entièrement dédiée au vin, 16% de la clientèle achetantre... Lancée en novembre dernier, cette plateforme a réalisé 300 000 euros de chiffre d'affaires en deux mois, le site percevant un commission de 10% sur les ventes. Actuelle collaborateurs. Le site poursuit sa croissance et nourrit de grandes ambitions: «Réaliser, d'ici à trois ans, 20 millions d'euros de chiffre d'affaires», espère son dirigeant. M.F

Rachel Marouani Directrice du marketing clients Europe et directrice générale e-commerce de SEPHORA

@ Bruno Delessard

Rachel Marouani Directrice du marketing clients Europe et directrice générale e-commerce de SEPHORA

«Monomaniaque» du client

Passionnée par le commerce puis par le Web, Rachel Marouani a senti très tôt que l'alliance des deux allait faire naître «la» forme de distribution de demain. Cette intuition s'est confirmée grâce à son expérience internationale chez Accor. «Le Web met l'entreprise face à de nouveaux enjeux, qui sont colossaux, es- time-t-elle. Il impose aussi une notion de vitesse. Ce qui est passionnant, c'est d'organiser cette vitesse.» Depuis son arrivée chez Sephora, Rachel Marouani s'est attachée à faire du site un nouveau mode de distribution, soutenue par la volonté stratégique du président de l'enseigne, Jacques Lévy. Avec trois objectifs: vendre en ligne l'ensemble de l'offre, bien servir les clients et en recruter de nouveaux.

Par ailleurs, elle a mené une politique basée sur la cohérence entre les canaux et sur l'implication du réseau dans le cadre des réflexions dédiées à Internet; ce dernier étant devenu un véritable ambassadeur du site. Le tout appuyé par une vraie démarche d'e-CRM. Se définissant comme une «monomaniaque du client», Rachel Marouani a trouvé un terrain de choix pour mettre en pratique ses convictions. Fort de plus de 200 marques et 9 000 références, le site e-commerce de Sephora est devenu, en trois ans, le leader de la beauté sélective en ligne - loin devant ses concurrents directs -, le premier magasin en termes de fréquentation et le deuxième en termes de chiffre d'affaires. F.R.

Steve Rosenblum P-dg de PIXMANIA.COM

@ Marc Bertrand

Steve Rosenblum P-dg de PIXMANIA.COM

Développeur de talent

Steve Rosenblum préside aux destinées de Pixmania, depuis le lancement du site, en 2000. Infatigable entrepreneur, il se lance en solo dans de nombreux projets avant de reprendre, en 1999, l'entreprise familiale avec son frère, Jean-Emile. Pour en faire, en l'espace de neuf ans, le succès que l'on connaît. Pour le site, l'année 2008 aura été marquée par de nombreuses réalisations. En tête desquelles l'accélération du développement de la plateforme PixPlace, augurant d'un nouveau modèle mixte entre média et e-commerce. Pas moins de 850 partenaires ont ainsi rejoint PixPlace, en France et en Angleterre. L'idée n'est autre que d'étendre la plateforme de Pixmania à tout ce qui peut s'acheter sur le Web via de nombreux partenariats. Résultat de cette stratégie innovante? Le groupe a continué d'enregistrer une forte croissance de son chiffre d'affaires, de l'ordre de 20% sur la zone euro, tout en maintenant un taux de rentabilité, de l'ordre de 3%, pour un chiffre d'affaires total de 770 millions d'euros en 2008. Pixmania a également poursuivi le développement de ses gammes de produits. De nouvelles familles ont ainsi été créées sur le site, à l'instar du gros électroménager, du jouet, de la puériculture ou encore du livre. Autre innovation, Pixmania a développé une offre logistique de cross-docking. Son principe? Les marchands qui souhaitent livrer leur catalogue en Europe disposent d'une prestation complète alliant logistique, call center et traduction des sites.M. F.

Stéphane Setbon Président de MY FAB

Stéphane Setbon Président de MY FAB

Entrepreneur jouant collectif

A l'heure où l'on ne cesse de parler de moralisation du capitalisme, My Fab affiche une longueur d'avance. Lancé en avril 2008, ce site a pour but, selon Stéphane Setbon, son cofondateur et président, de «redonner aux produits leurs vrais prix, les marques ayant exagéré sur leurs marges.» Et pour mettre en pratique cet acte militant, My Fab a déployé un modèle économique original. Le portail propose, en effet, de faire fabriquer des articles de mode et de décoration à la demande. Les membres de la communauté votent et seuls les objets ayant remporté le plus de suffrages sont produits. La carte des achats collectifs, ici utilisée pour obtenir de meilleur prix, est à l'origine même de My Fab. Quatre autres co- fondateurs, Ning Li, Adrien Dassault, Patrick Bohbot et Miguel Gomard, ont pris des risques, payants autant médiatiquement que commercialement, avec ce concept innovant. «Nous avons été les premiers surpris par la couverture presse de notre concept, assure Stéphane Setbon. Et les commandes ont suivi.» A tel point que My Fab compte aujourd'hui 60 employés, dont une quarantaine en Chine, berceau de sa production. Le site, déjà rentable, espère réaliser 10 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009. Des résultats qui lui donnent les moyens de lancer des versions italienne, espagnole, allemande et anglaise, avant la fin de l'année. L'achat malin passe donc les frontières. G.R.

Bruno Teboul Ex-directeur marketing Internet et e-commerce DES GALERIES LAFAYETTE

Bruno Teboul Ex-directeur marketing Internet et e-commerce DES GALERIES LAFAYETTE

Visionnaire et pragmatique

La distribution spécialisée et le luxe en MM ligne, Bruno Teboul connaît bien. Dès août 2000, il fonde et dirige une filiale du groupe PPR, Printemps.com, avant de participer à la création du site Brandalley en 2005. Il quittera l'aventure pour monter le site Fashionandluxe.com, en octobre 2006. Le projet est ambitieux, un brin (trop) précurseur sur un marché du luxe encore relativement sourd aux sirènes du Web. Qu'à cela ne tienne, l'expertise de Bruno Teboul intéresse un grand distributeur, les Galeries Lafayette, entreprise au sein de laquelle il va insuffler une culture web. Il y lance Galerielafayette.com, sur un positionnement de «select shop». Et démarche les marques mais aussi en interne, pour créer de réelles synergies multicanal. Le 21 avril 2008, le magasin est en ligne et ouvre officiellement ses portes à des clients de toute l'Europe. Une centaine de marques de la mode et du luxe y sont présentes, à l'instar de Kenzo, Boucheron, Gucci, Chaumet... et même Cartier. Corners théâtralisés, univers graphique des marques valorisé, le projet trouve son positionnement de manière très qualitative. Bruno Teboul travaille à faire évoluer la boutique en ligne vers un véritable modèle de grand magasin. Désormais, l'homme nourrit de nouvelles ambitions. Il vient de rejoindre l'un des leaders mondiaux de la distribution, pour lequel il officiera, bien sûr, toujours sur le Web. M.F.

L'INNOVATION RECOMPENSEE

En parallèle de cette élection, E-commerce Magazine organise les Trophées e-commerce dont l'objectif est de récompenser les démarches innovantes menées en 2008-2009 par les partenaires des sites marchands. Six catégories ont été définies: Design/ Ergonomie, Stratégie de conquête, Stratégie de fidélisation, Back-Office et Logistique, Innovation technologique et Internet mobile. Un jury de professionnels de l'e-commerce déterminera le palmarès qui sera présenté lors de la même soirée que les résultats de l'Homme e-commerce 2009.
Pour en savoir plus:
www.ecommercemag.fr
ou www.trophees-ecommerce.fr

Parcours

Après des études de droit et un DESS d'administration des entreprises, Catherine Colin entame une carrière de consultante en ressources humaines. Pendant douze ans, elle exerce dans des secteurs comme la Banque, le BTP ou l'Industrie. Une expérience qui lui a permis d'étudier les stratégies de diverses entreprises et d'être ainsi à même de lancer la sienne en 1999 en alliant passion et business.

Parcours

Diplômé de l'ESC de Dijon, Denis Convert a travaillé pendant 10 ans chez Bongrain. Il s'y est occupé du développement en Europe de l'Est et a vécu deux ans en Pologne. Il intègre en 2000 le service marketing des glaces et du chocolat chez Mars. En 2004, il prend la direction commerciale du circuit hors grande distribution. Puis il devient directeur du développement Europe de My M&M's.

Parcours

Après des études à Sciences Po et un MBA à Stanford (Etats-Unis), Arnaud Dubly vend pendant une dizaine d'années «des usines clés en main à travers le monde». Il reprend ensuite l'entreprise de textile familiale. Il la revend en 2001 à un groupe italien, tout en restant à sa tête. Après avoir démissionné en 2004, il devient consultant pour une banque. Séduit par Espace Max, il rachète la société.

Parcours

Après une maîtrise de Langues Etrangères Appliquées, Denis Duval travaille à la chambre de commerce de Londres et à l'Alliance française de Manchester. Mais sa passion pour l'informatique le rattrape. En 1997, il entre chez Décathlon où il devient chef de projet intranet puis Internet. De 2001 à 2002, il occupe un poste similaire chez Covefi (aujourd'hui Monabanq), avant d'en prendre la direction du marketing. Il intègre, en 2005, le groupe 3 Suisses International.

Parcours

Après des études à HEC, Xavier Flamand commence sa carrière comme consultant chez McKinsey & Company. Il entre ensuite à la Fnac en 2003, en tant que directeur d'un magasin en région parisienne. Après avoir fait ses armes sur le terrain, il devient directeur commercial pour la Belgique en 2005. En 2007, il est nommé directeur de l'activité numérique de la Fnac.

Parcours

Après un parcours commencé comme chef de projet au sein de Canal+, Bernard Le Marois est nommé responsable marketing de La Lyonnaise des Eaux. Il y développe une organisation orientée client. En 2000, il prend le poste de directeur marketing de Millésima, leader de la vente par VPC de grands crus classés en Europe, avant d'être nommé, en 2002, directeur de Wine &Co, filiale de LVMH et Millésima.

Parcours

Diplômée du Celsa et d'un master de l'Essec, Rachel Marouani a débuté chez Alain Afflelou, avant d'être directrice marketing et communication de Frantour. Elle évolue ensuite au sein du groupe Accor, en tant que directrice de la vente directe d'Accor Loisirs et Tourisme, puis comme directrice marketing commercialisation au sein de la branche Internet, AccorHotels.com. Elle rejoint Sephora en 2005.

Parcours

A Montréal, après ses études, Steve Rosenblum monte une première entreprise de photographie avant d'en créer une seconde de personnalisation de montres qu'il commercialise en Asie, à Hong Kong, Jakarta et Taïwan entre 1996 et 1998. En 1999, il rejoint le groupe familial Fotovista. Il crée Pixmania en 2000 et, en décembre 2001, il rachète avec son frère, sous la forme d'un LBO, 100% du groupe avec un fonds d'investissement. En avril 2006, le groupe anglais DSGi Plc a racheté 77% du capital de Fotovista.

Parcours

Agé de 34 ans, Stéphane Setbon est sorti d'HEC en 2000. Il a ensuite travaillé pendant quatre ans chez Suez, puis durant trois ans chez Rothschild, où il s'est occupé de l'introduction en Bourse de jeunes entreprises innovantes. C'est cette expérience qui lui a donné non seulement le déclic, mais aussi le réseau, pour créer sa propre affaire.

Parcours

Diplômé d'un 3e cycle à l'X (1994) et d'un Executive MBA à HEC (2003), Bruno Teboul participe au lancement du site d'enchères QXL.com dès 1998, et devient dg, en 2000, de Printemps.com SA. En 2004, il intègre La Poste comme directeur marketing des e-services, puis cofonde Brandalley en 2005. Il crée Fashionandluxe.com en 2006, avant de prendre la direction marketing internet et e-commerce des Galeries Lafayette.

REGLEMENT DE L'ELECTION DE L'HOMME E-COMMERCE DE L'ANNEE

Article 1
Contexte
Le magazine E-commerce organise un concours intitulé «L'Election de l'Homme e-commerce de l'année».


Article 2
Objectif de l'élection
Le principe du concours est d'élire les trois dirigeants dont la stratégie et l'action ont fait l'émergence ou la réussite d'un site ou d'un concept d'e-commerce.


Article 3
Durée
Le concours se déroulera du 17 juin 2009 au 4 septembre 2009, date limite de réception des bulletins de vote, le cachet de La Poste faisant foi. Toutefois, si les circonstances l'exigent, le magazine E-commerce se réserve le droit d'interrompre, de modifier, de reporter ou d'annuler cette opération ainsi que les modalités afférentes, sans que sa responsabilité puisse être engagée.


Article 4
Modalités de participation
Pour effectuer leur vote, les lecteurs devront utiliser les bulletins de vote figurant dans E-commerce n°18 de juin - août 2009. Ils pourront également voter en ligne depuis le site internet www.trophees-ecommerce.fr. Un seul vote par personne sera admis.
Les bulletins devront être retournés avant le 4 septembre 2009 à:
Editialis - E-commerce
Election de l'Homme e-commerce de l'année
13 rue Louis-Pasteur 92513 Boulogne-Billancourt Cedex


Article 5
Méthodologie
1- Sélection des candidats
La rédaction d'E-commerce Magazine a sélectionné 10 candidats en fonction des critères suivants:
- pertinence de la stratégie,
- ambition des objectifs,
- constance de la stratégie,
- résultats incontestables.
2- Vote des lecteurs
Les lecteurs pourront voter soit grâce au bulletin de vote figurant dans le magazine soit grâce au bulletin de vote en ligne.
3- Classement final
Les managers cités se verront attribuer 5 points pour ceux cités en n°1, 3 points pour ceux cités en n°2 et 1 point pour ceux cités en n°3. Le vainqueur sera celui qui aura obtenu le plus grand nombre de points. En cas d'ex æquo, le vainqueur sera celui qui aura été cité le plus grand nombre de fois en n°1.


Article 6
Remise du prix
Le prix sera décerné au cours de la soirée des «Trophées E-commerce» qui se tiendra en septembre 2009 à Paris.


Article 7
Acceptation Le fait de participer à la présente opération implique l'acceptation du règlement dans toutes ses conditions et la renonciation à tout recours contre cette opération, ses modalités d'exécution et les organisateurs.