Mon compte Devenir membre Newsletters

Eclatant exemple

Publié le par

@ © Marc Bertrand

Au-delà de récompenser une personne et son parcours, l'élection de la Personnalité e-commerce de Tannée est révélatrice de tendances qui impactent le marché en profondeur. Il y a deux ans, avec notre premier lauréat, Jacques-Antoine Granjon, c'était le concept de ventes privées en ligne et sa réussite qui étaient salués à travers son inventeur. L'an passé, Michel Campan, élu pour son oeuvre interactive et e-commerciale chez Lancôme, symbolisait la montée en puissance des marques, qui plus est de luxe, dans le monde des e-marchands. A travers Rachel Marouani, directrice du marketing clients Europe et directrice générale e-commerce de Sephora, c'est une tout autre dimension qui est saluée. Depuis l'origine de l'e-commerce se pose, pour les entreprises à réseau, la problématique de la cohabitation entre points de vente physiques et site de vente en ligne. Très rares sont celles qui n'ont pas rencontré de difficultés à convaincre leurs agences, distributeurs, magasins... que le site n'était ni leur fossoyeur, ni leur concurrent déloyal. Dire que cette cohabitation est aujourd'hui idéale dans toutes les organisations reste sans doute encore bien éloigné de la réalité terrain. Et pourtant, quand l'intérêt commun est compris par tous, quand les synergies fonctionnent, quand le marketing client est déployé de manière uniforme, quand le CRM est réellement opérationnel..., le dispositif ne peut que se révéler performant. Sephora en apporte un éclatant exemple. Soutenue par la volonté stratégique de son président - ce qui constitue l'un des facteurs-clés de succès de la démarche -, Rachel Marouani a su faire passer sa passion du retail et du client au sein d'une enseigne qui a désormais dépassé la si courante organisation en silos. Plus que le leadership sur le marché de la beauté sélective on line, qui est déjà une performance en soi, c'est sans doute cette réussite d'une vraie politique multi-canal qui a été saluée par nos abonnés et lecteurs.

Par François Rouffiac, directeur délégué des rédactions.