Mon compte Devenir membre Newsletters

Egolf-balls, début de parcours

Publié le par

Ce nouveau site marchand, lancé en juin, propose aux internautes des balles de golf d'occasion et recyclées.

Fini de reprocher au golf son manque de respect pour l'environnement. En lançant le site marchant Egolf-balls, Pierre Alzon, président de l'Acsel (Association de l'économie numérique) et fondateur de ce nouveau site, nourrit en autre cette ambition. Les joueurs de la discipline peuvent maintenant jouer avec des balles de golfs recyclées, fraîchement récupérées dans les étangs et lacs entourant les parcours. «J'avais l'idée de lancer le site Egolf-balls, et lorsque j'ai su que deux de mes amis venaient de racheter une usine de recyclage dans le Nord de l'Espagne, je leur ai exposé le projet et nous nous sommes lancés», explique Pierre Alzon. Concrètement, des contrats ont été scellés avec les circuits de golf pour récupérer les balles «noyées». «Nous devons prendre en compte les difficultés d'accès, la profondeur des points d'eau, sachant qu'en France, ils sont généralement peu profonds.», précise Pierre Alzon.

Quand le plongeur part à la pêche aux balles, son filet peut en contenir jusqu'à 500. «Nous récoltons environ 5000 balles sur une petite journée, et jusqu'à 15000 les bonnes journées», ajoute le fondateur du site. Une volumétrie significative, car la France compte 500 000 joueurs de golf, dont 30 000 licenciés (ayant la possibilité d'exercer en compétition), pour 900 circuits de golfs. Dans sa conception, le site a été imaginé comme une application iPhone, dans le but de simplifier au maximum la navigation.

L'ambition de Pierre Alzon reste de se développer en Europe, sachant que d'ici quelques mois, la version anglaise du site verra le jour. «Nous souhaitons déployer la même logique d'interface dans tous les pays, avec trois enjeux majeurs à prendre en compte: la langue, l'offre et le profil des joueurs».

Sur les marchés anglais et allemand, ou la concurrence est plus vive, d'autres axes de différenciation sont à l'étude...

Mot clés :

G. A.