Mon compte Devenir membre Newsletters

Electron libre

Publié le par

Capitaliser sur les métiers de la vente privée plutôt que sur l'image de son site. Tel est le credo du fondateur de Showroomprivé. Et cela à vitesse grand V, comme l'atteste le parcours de cet entrepreneur de talent.

Il a l'esprit d'indépendance, et aime les nouveaux challenges. Thierry Petit, le fondateur et dirigeant de Showroomprive.com, a l'énergie des grands entrepreneurs. Et l'impatience des esprits vifs. Son parcours professionnel est rythmé par une formule: «J'avais envie de passer à autre chose.» En 1997, il sort de l'Institut national des télécommunications (INT), diplôme d'ingénieur en poche, et il entame un stage chez Planete Interactive: «Je ne voulais pas exercer le métier d'ingénieur. Le statut de salarié m'a toujours fait peur et plus que tout, je n'ai pas envie qu'on me dise quoi faire. » Débauché par l'agence interactive Brainsoft, il est chargé de créer le département internet. Il conseille des grands groupes tels que L'Oréal, pour lequel il crée un portail internet mondial qui lui vaut de recevoir le prix Microsoft de la meilleure application en 1999. Mais son esprit d'indépendance reprend le dessus. «Je travaillais pour des actionnaires que je ne voyais jamais. Je suis donc parti pour monter ma propre entreprise en profitant de la double compétence marketing et technique que j'avais acquise. » Il s'octroie l'été 1999 pour réfléchir, et découvre mySimon.com, un comparateur de prix américain. L'idée de donner au consommateur la liberté de choisir lui plaît. Alors en septembre 1999, sur le même modèle, il lance Toobo.com. Quatre mois plus tard, il lève des fonds et développe le site. La consécration intervient en juillet 2000, lorsqu'il reçoit de nombreuses offres de rachat. Il confronte les propositions, fait monter les enchères, et revend finalement le site à Liberty Surf, pour 100 millions de francs. « C'est à ce moment-là que j'ai appris le capitalisme», s'amuse-t-il. Millionnaire à 27 ans, c'est pour lui, une période faste qui bouscule ses habitudes. Pour autant, il garde les pieds sur terre et continue de piloter Toobo.com, au sein de Liberty Surf. Mais en octobre 2000, en pleine explosion de la bulle internet, Liberty Surf est revendu à Tiscali. Les règles changent, tout comme la stratégie du groupe. L'envie de passer à autre chose le titille à nouveau: «J'ai tout quitté en 2002, et suis revenu à ce qui m'attirait, la presse écrite. » Sa passion pour le théâtre et l'art contemporain l'amène à prendre la direction du trimestriel Mouvement, «un magazine un peu intello-élitiste-de-gauche».

- 36 ans, 2 enfants 1995 - Obtention d'un diplôme d'ingénieur télécom à l'Institut national des télécommunications. 1996-1999 - Il débute sa carrière au sein d'agences interactives. Septembre 1999 - Création de Toobo.com, revendu en 2000 à Liberty Surf. 2000-2002 - Directeur e-commerce de Toobo.com. Il prend ensuite la direction du magazine Mouvement. 2004-2006 - Il quitte la France pour un tour du monde de deux années. 2006 - Création de Showroomprive.com.

En 2004, il plaque tout pour une tout autre aventure: un tour du monde, sac à l'épaule, avec sa compagne. Inde, Birmanie, Tibet, Australie, Nouvelle-Zélande, Amérique du Sud... Jusqu'en 2006, il parcourt le monde, et revient en France après avoir envisagé de «se poser» en Australie. Jamais à court d'énergie, il reprend contact avec son entourage professionnel, mais cette fois, avec la volonté de repartir à zéro. Il rencontre David Dayan, un entrepreneur reconnu dans le métier du déstockage et de la vente off line. Avec lui et ses deux frères, ils montent Showroomprivé sur leurs fonds propres. «Nous voulions concentrer le business sur du concret, capitaliser sur cette force, et non sur la notoriété ou l'image», explique Thierry Petit. En octobre 2006, Showroomprive.com fait ainsi son apparition sur le Web. Le site connaît un succès fulgurant. Chaque année, il double son volume d'affaires, et pour 2010, Thierry Petit prévoit 140 millions d'euros de chiffre d'affaires et deux millions de commandes. Pour aller plus loin, une levée de fonds de 37 millions d'euros auprès de l'Américain Accel Partners est conclue. D'ici quatre ans, l'entrepreneur ambitionne de passer la barre des 300 à 400 millions d'euros de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, les fortes responsabilités contraignent Thierry Petit à se poser. C'est l'heure de la maturité. Et pour Showroomprivé, son troisième enfant comme il aime à l'appeler, la croissance ne fait que commencer.

Mot clés :

Deschamps François