Mon compte Devenir membre Newsletters

Fruit Rouge a la pèche

Publié le par

Mis en ligne en octobre 2006, le site de ventes privées Fruit Rouge s'est concentré sur un marché de niche: celui des créateurs et des marques locales. Un an après son lancement, il entre dans une nouvelle phase de développement.

Le secteur des ventes privées a connu son apogée dès 2005, avec la création d'une cinquantaine de sites qui ont prospéré dans le sillage du leader du marché, VentePrivee.com, créé en 2000. Mais, si tous se sont développés sur des business modèles voisins, ceux qui tirent leur épingle du jeu se distinguent en choisissant un positionnement singulier. C'est dans cet esprit que les fondateurs de Fruit Rouge, Julien Casel et Yves Bozzi, ont souhaité se lancer dans l'aventure Internet. «Compte tenu du nombre d'acteurs présents sur le marché des ventes privées, nous avons dû nous différencier. Nous nous sommes donc lancés sur le créneau des créateurs et des fournisseurs géolocalisés», explique Julien Casel. Concrètement, Fruit Rouge débusque les petits fournisseurs locaux. Et réalise des ventes privées sur des petites quantités. «Parmi nos marques, certaines peuvent réaliser de l'ordre de 100000 euros de chiffre d'affaires, d'autres plus importantes peuvent peser entre 10 et 20 millions d'euros», ajoute le dirigeant. Reality Pearl, Loona, Parnita, Fwo Angels comptent désormais parmi les noms présents sur Fruit Rouge. Lancé avec un budget de 80000 euros - dont 40000 investis dans la création du site et le restant en opérations de webmarketing Fruit Rouge a fait appel, pour développer son graphisme, à l'agence Baobaz, une agence de conseil en stratégie interactive, également spécialisée dans les techniques d'e-marketing.

Actuellement, Fruit Rouge ne compterait pas moins de 700 000 membres.

Actuellement, Fruit Rouge ne compterait pas moins de 700 000 membres.

Julien Casel (Fruit Rouge):

«Nous voulons que le site change de look tous les six mois.»

Communauté de membres

Et, pour parvenir a recruter des membres, la clé du succès d'un site de vente privée, Fruit Rouge s'est orienté dans deux directions. Le parrainage, d'abord. «Nous essayons sans cesse de l'entretenir», remarque Julien Casel. Pour accélérer le rythme des parrainages en ligne, le site a d'ailleurs récemment proposé la recommandation de produits. «Par ce biais, nous avons multiplié par deux le nombre de membres inscrits par jour», souligne Julien Casel.

Quant aux leviers de marketing en ligne actionnés, ils sont spécifiquement dédiés à l'e-mailing, sur un modèle de rémunération au lead. «Nous payons environ un euro de l'inscrit. Le but est maintenant de baisser ce coût, notamment en ayant recours à des jeux concours où l'internaute doit inscrire cinq membres pour participer», explique Julien Casel. Quant à la cible phare du site, elle est constituée principalement de personnes âgées de 25 à 40 ans, dont 80% sont des femmes.

Pour séduire les internautes, Fruit Rouge a déjà, depuis son lancement, procédé à deux refontes. «Nous voulons que le site change de look tous les six mois», explique Julien Casel. Seul impératif selon le cofondateur: «rester dans l esprit acidulé de l entreprise.» Parallèlement à cette animation des contenus, un important projet sera mené sur le CRM en 2008. L'objectif? Communiquer plus finement pour mieux vendre. Ainsi le site prévoit-il, d'ici six à neuf mois, de lancer son propre projet d'e-CRM, déployé en interne. «Nous avons identifié 90 scenarii avec des filtres d'actions associés», souligne le cofondateur. Avec un objectif. Pousser davantage le lien de proximité avec les internautes et palier ainsi le relatif essoufflement des fichiers d'e-mails.

Développer l'international

Parallèlement, Fruit Rouge compte aussi développer son modèle à l'international. Et cela pour prolonger la dynamique obtenue en France, grâce à de bons résultats. «En mai 2007, nous avons atteint le point mort, ce qui nous a fait passer en exploitation positive. Le chiffre d'affaires du site a atteint 2 MEuros à la fin 2007 alors que nous avions prévu défaire, sur l'année, 500 000 euros», se satisfait Julien Casel. Pour accompagner ces ambitions, 350 000 euros ont déjà été levés auprès de business angels. Des financements qui devraient s'intensifier en 2008. «Nous pouvons viser une levée de fonds delà2 MEuros pour développer l'international. Les zones géographiques travaillées prioritairement seront l'Angleterre, l'Asie et l'Amérique du Nord», souligne le dirigeant.

Lancé en octobre 2006, Fruit Rouge emploie 20 personnes. Et revendique plus de 200 ventes et 300 fournisseurs, dont une soixantaine de «réguliers». Actuellement, le site ne compterait pas moins de 700 000 membres. Dès la première année, 60 000 envois de colis ont été réalisés, soit quatre fois plus que les objectifs initiaux... De beaux résultats affichés par ce club de ventes privées, qui se définit comme un «dénicheur de tendances».