Mon compte Devenir membre Newsletters

Happytime, la boîte à idées des loisirs

Publié le par

Happytime.com, centrale de réservations en ligne, veut s'imposer comme la référence en matière de loisirs de proximité. Pour ce faire, elle s'appuie sur une stratégie multicanal.

Stage de F1 sur le circuit de Magnicourt, soins de beauté au caviar, escapade dans un château... Le site Happytime, lancé en juin 2009, se présente comme une centrale de réservations sur le marché des loisirs hexagonal. «La France est un pays avec une offre de loisirs très importante. Et pour cause, les demandes de loisirs de proximité sont de plus en plus nombreuses», assure Benoît Sineau, président d'Happytime. L'ambition du site ? Devenir la boîte à idées des activités de loisirs partout en France, avec plus de 4 000 offres réparties en 1 1 univers différents.

Innovations technologiques

Le portail propose plusieurs innovations comme le choix des créneaux horaires directement en ligne ou la géolocalisation, permettant d'identifier rapidement l'offre de loisirs dans une zone géographique définie. Pour répondre aux spécificités du modèle, une interface, via extranet, rassemble les 1 000 partenaires.

De plus, le système de réservation, technologie au coeur de l'entreprise, est basé sur un calendrier intelligent qui indique si la prestation fait l'objet d'une réservation garantie ou non. «Nous ne faisons pas de l'e-commerce classique. Nos tarifs peuvent varier d'un jour à l'autre, d'un créneau à l'autre et se basent sur des stocks mouvants», explique Eric Friedel, directeur e-commerce d'Happytime. Voilà pourquoi développer cet outil de suivi en temps réel, différenciant sur ce marché, a été crucial. Autre élément-clé pour le portail : le maillage géographique des offres proposées. Pour commencer, l'accent est mis sur les 15 premières villes de France en gardant une logique régionale. Parallèlement, le site entend parfaire son offre B to B. «Pour travailler pleinement ce modèle, il faut «ré-intermédier" la réservation», estime Eric Friedel. C'est-à-dire proposer un outil qui puisse gérer les réservations.

Le portail étudie également l'opportunité de lancer une application sur iPhone et sur le réseau social Facebook. Et envisage d'intégrer les avis des internautes pour que ces derniers puissent commenter les différentes offres de loisirs proposées.

Les cartes Happytime permettent de réserver directement sur le site l'activité de l'univers choisi (ici, l'auto-moto).

Les cartes Happytime permettent de réserver directement sur le site l'activité de l'univers choisi (ici, l'auto-moto).

Coffret nouvelle génération

Enfin et surtout, pour parfaire cette stratégie d'ensemble, le site s'inscrit dans une logique multicanal. Happytime a ainsi fait l'acquisition, en 2009, de l'entreprise HappyBox, l'un des cinq premiers acteurs du marché du coffret-cadeau. Le but ? Faire se rencontrer l'offre disponible sous forme de coffret- cadeau et le portail web. Aboutissement de ce passage de la distribution physique à la distribution web, un coffret nouvelle génération, fonctionnant directement sur la centrale de réservations en ligne, sera lancé à l'été 2010.

Par ailleurs, une fois les réseaux fusionnés, les catalogues et les prestataires - plus de 2 000 sur toute la France -, vont être mis en commun. «Notre stratégie multicanal entre en jeu pour gagner de la notoriété sur le portail. Nos produits physiques nous permettent en effet de nous faire connaître. Et grâce à notre nouvelle offre, toutes les ventes de coffrets vont se transformer en visite sur Internet», souligne Benoît Sineau.

Pour Charles Beigbeder, représentant le fonds d'investissement propriétaire du groupe à 70 % (les 30 % restants étant détenus par le management), les ambitions affichées pour Happytime sont grandes. Le site entend devenir la référence de l'offre de loisirs en France et s'imposer comme un véritable label. « Une fois que le groupe gagnera de l'argent, nous envisagerons des développements à l'international», souligne Charles Beigbeder. En termes de résultats économiques, l'objectif de rentabilité théorique est fixé à 2012, pour un volume prévisionnel d'affaires de l'ordre de 50 millions d'euros. Une évolution à suivre...

Mot clés :

Martine Fuxa