Mon compte Devenir membre Newsletters

Internet mobile, le marché décolle

Publié le par

L'agence de marketing mobile Phonevalley annonce l'explosion des usages, des services et de la publicité sur mobile.


Il serait en plein boom, le marché de l'Internet mobile, et atteindrait son plein épanouissement en 2010. Telle est, en substance, la conviction d'Alexandre Mars, fondateur et dirigeant de l'agence de marketing mobile Phonevalley. « Une étape-clé vient d'être franchie fin 2006 avec la généralisation du haut débit, des infrastructures et des terminaux de plus en plus haut de gamme. Dès 2007, nous assisterons à une explosion des usages de services sur l'Internet mobile et, par effet d'entraînement, des investissements publicitaires injectés sur ce canal », prophétise le dirigeant, qui compare l'avènement de l'Internet sur mobile de 2007 à celui du Web sur les ordinateurs entre 2000 et 2002.

Du push au pull marketing

Reste que ce type de prévisions était déjà d'actualité en 2000 lorsque le Wap était censé surclasser le Web. Il n'en fut rien et, hors l'émergence d'opérations de push marketing par SMS, l'Internet mobile n'a pas franchement emballé des foules d'annonceurs ou d'éditeurs. « Il est toujours difficile d'entraîner des annonceurs sur un nouveau média, mais la différence, aujourd'hui, c'est que l'on retrouve sur le mobile le même environnement que sur le Web », analyse Alexandre Mars. En effet, avec la démocratisation des terminaux de dernière génération, les décalages ergonomiques sont gommés, la navigation se fait de la même manière que sur le Web et avec le même niveau de confort. Les mêmes services (e-commerce, information, réservation etc.) et outils (moteurs de recherche, portails multiservices) font progressivement leur apparition sur ce canal de connexion, les grands carrefours d'audience du Web sont en cours de clonage sur le réseau mobile et, enfin, les critères de mesure sont identiques. « On parle désormais de visiteurs uniques, de pages vues, de temps passé en ligne, de CPM et de CPC », fait valoir le p-dg. Bref, émerge clairement une dimension “pull”, jusque-là embryonnaire, qui rend en tout point comparables les deux canaux tant pour les utilisateurs, que pour les éditeurs et les annonceurs.

Le marché publicitaire émerge

D'où des perspectives d'y voir se développer un véritable marché publicitaire. L'arrivée des bannières ou des liens cliquables sur ce réseau n'a d'ailleurs pas manqué de susciter l'intérêt d'annonceurs traditionnellement présents en télévision. La possibilité de transmettre des MMS vidéo est un atout supplémentaire dont les majors du cinéma et de la musique font déjà intense usage pour présenter des bandes-annonces ou promouvoir de nouveaux artistes. « Les marques de produits ou de services devant montrer le produit pour séduire le public commencent à intégrer ce canal à leur plan médias », constate Alexandre Mars. Il faut dire qu'à parité d'environnement média avec le Web, l'Internet mobile présente, en plus, quelques spécificités non négligeables. Sur 49,8 millions d'utilisateurs de téléphone portable, 30 millions sont compatibles MMS, 13,2 millions utilisent des fonctions multimédias et 4,6 millions disposent d'un accès 3/G. Quant au taux de renouvellement des terminaux mobiles, il se situe entre dix-huit et vingt-quatre mois seulement. De quoi parier sur un doublement du parc d'utilisateurs équipés d'un téléphone de nouvelle génération d'ici deux ans.