Mon compte Devenir membre Newsletters

L'Europe bientôt au zénith grâce au m-commerce ?

Publié le par

Le développement de l'e-commerce européen atteint son apogée au moment même où se profilent de nouveaux enjeux incarnés par l'essor du commerce mobile. Actuellement au stade embryonnaire, cette nouvelle opportunité fait de nombreux émules parmi les dirigeants européens.


Une récente étude menée par Andersen Consulting auprès de 480 dirigeants européens, 60 dotcoms américaines, 40 européennes et 30 d'Afrique du Sud, révèle une brusque progression de l'exploitation du e-commerce par les entreprises de l'économie traditionnelle au cours des 12 derniers mois. 97 % des dirigeants interrogés déclarent recourir à l'Internet pour le développement de leurs entreprises et 70 % d'entre eux ont déjà placé l'Internet au coeur de leur stratégie. 61 % des dirigeants européens sont aujourd'hui convaincus de pouvoir faire du Vieux Continent la plaque tournante du commerce électronique mondial. Malgré les sévères corrections boursières des mois de mars et avril derniers, l'adoption d'Internet pour les fonctions de la vente et du marketing est passée de 53 % à 72 % sur une seule année. Bon gré mal gré, l'e-commerce est donc entré dans les moeurs entrepreneuriales. Les dirigeants n'hésitent d'ailleurs plus à l'adopter, même lorsque le retour sur investissement n'est pas mesurable. Alors qu'un responsable sur deux n'a, en effet, aucune visibilité sur l'issue de l'initiative adoptée, 74 % d'entre eux estiment que l'intégration de l'Internet au coeur de leurs stratégies leur permettra de maintenir leur compétitivité, et 60 % pensent y trouver de nouvelles sources de revenus. Il y a à peine trois ans, grand nombre de dotcoms européennes ont été contraintes de s'expatrier outre-Atlantique pour trouver un marché sur lequel se positionner dans l'attente d'un éveil en Europe. Aujourd'hui, les données ont changé, notamment grâce à l'impulsion du m-commerce, nouveau créneau du marché de la high-tech sur lequel l'Europe est plutôt bien placée. 83 milliards d'euros ont été récemment investis en Grande-Bretagne et en Allemagne pour l'attribution des licences de téléphone mobile de troisième génération. Bien que le Wap n'ait toujours pas prouvé sa viabilité - au point que le Wireless Application Phone est actuellement surnommée par les Américains "Where Are Phones" - le m-commerce fait fantasmer plus d'un dirigeant. Le Crédit Lyonnais estime à 25 % la proportion de données transmises via le téléphone mobile en 2005 (10 fois plus qu'à l'heure actuelle), et si l'on s'en tient à la récente étude réalisée par la société britannique Durlacher, il pèsera en Europe 23 milliards de dollars d'ici 2003.

Les avantages de l'Europe


L'environnement européen n'en reste pas moins difficile à pénétrer. Les différences de réglementations, de cultures, de langages, sans parler des différents niveaux de maturité des marchés qui le composent, sont autant de barrières pour des entreprises peu habituées à ces diversités. D'ailleurs, selon l'étude, 38 % des dirigeants européens déclarent exploiter le commerce électronique pour s'implanter sur de nouveaux marchés, contre 22 % pour leurs homologues américains. Si de grands progrès ont déjà été réalisés avec l'adoption d'une Directive européenne sur le commerce électronique et la libéralisation des marchés locaux de télécommunications, pouvoirs publics et secteurs privés doivent aller plus loin dans la démarche pour que l'Europe tire le meilleur profit des nouvelles opportunités qui s'offrent à elle. « Aujourd'hui, l'expression "e-business" signifie davantage intégrer le "e" dans chacune des activités de l'entreprise, affirme Vernon Ellis, International Chairman d'Andersen Consulting. Pour réussir, chefs d'entreprise et responsables gouvernementaux ne doivent pas se contenter d'adopter les technologies de l'information, mais les associer à un esprit d'entreprise ravivé. »