Mon compte Devenir membre Newsletters

L'homme qui valait 1 million

Publié le par

Le fondateur du site de loterie bananalotto.fr n'entend pas se contenter de faire la fortune des internautes, et la sienne par la même occasion. Au-delà d'un succès de façade, il court après une reconnaissance de ses pairs.


Paris XV, 18 rue Mademoiselle De l'extérieur, l'adresse ne paye pas de mine. Et pourtant... Tous les soirs, par la grâce de la main intègre d'un huissier, c'est 1 million de francs qui sont mis en jeu au travers de 7 petites boules portant chacune un numéro. Tirage du loto ? Que nenni. Tirage du Bananalotto. Première loterie on line du Web français, éditée par BingoNet, société créée par Guillaume Multrier. Au moment de se lancer sur Internet, cet ancien de McKinsey n'a pas tergiversé 107 ans avant de se décider à adapter en ligne le jeu le plus populaire du monde. Avec 30 millions de joueurs en France, Bananalotto possède en effet un réservoir de clients potentiels à faire pâlir d'envie n'importe quel patron de site. Reste à savoir transformer ce potentiel en un actif fructueux. S'inspirant des bonnes vieilles recettes de l'Oncle Sam, notre faiseur de bonheur a développé un modèle de jeu capable de séduire les accros du Net comme les débutants. « Les clés du succès sur Internet repose sur la simplicité du concept », aime-t-il à rap- peler. Bananalotto.fr est un jeu de loterie gratuit, point final. Aucune rubrique superflue et aucun contenu rédactionnel ne viennent encombrer la grille magique. Pour décrocher la banane et pouvoir flamber, tout ce que le joueur a à faire est de sélectionner ses numéros, les valider en cliquant sur la bannière publicitaire d'un annonceur - ce qui permet au site de se rémunérer - et d'attendre les résultats du tirage, envoyés par e-mail. Rien de bien original, en somme. Mais Guillaume Multrier n'est pas un adepte du sensationnel. Estimant faire partie d'une génération d'entrepreneurs plus matures, car plus expérimentés, que celle des jeunes lions qui ont défrayé la chronique du Net ces deux dernières années, il prône la sagesse davantage que l'exaltation. « L'euphorie liée au phénomène start-up est retombée. Développer une activité on line n'est pas donné à tout le monde, et surtout pas dans n'importe quelle condition. Il est aujourd'hui de plus en plus difficile de constituer le business plan d'une activité B to C susceptible d'intéresser un investisseur. » Mais cette sagesse ne prend-elle pas le dessus sur l'originalité ? "Habituez-vous à être millionnaire", dit la campagne de pub du site ; "Vous n'êtes plus à l'abri de devenir millionnaire", assure celle de e-Cortal ; "Qui veut gagner des millions ?" demande TF1... Des millions, des millions, toujours des millions. N'y aurait-t-il que le pognon qui se dresse à l'horizon ? Bananalotto n'apporte rien de plus aux internautes qu'une énième possibilité de gagner facilement de l'argent. Et encore, plus sûrement 5 francs que 1 million. Est-ce là une source de motivation suffisante pour son jeune patron ? « Le site n'a aucune autre prétention que celle de faire jouer les gens, et ce n'est pas un hasard si 700 000 joueurs s'y sont déjà inscrits. Mais cela ne signifie pas que je m'en contente. D'autres projets sont dans les cartons. » Notamment celui d'un site au principe identique à celui de Bananalotto, mais sur lequel le profit de chaque clic effectué sur les bannières des annonceurs serait reversé à une association humanitaire, à l'image de ce que fait TheHungerSite aux Etats-Unis. Mais chaque chose en son temps. « Et le temps, c'est justement ce dont nous manquons le plus. » A l'instar de nombreux acteurs du Web français, Guillaume Multrier souhaiterait pouvoir s'investir davantage dans l'environnement institutionnel de cette nouvelle économie qui se met en branle. Il reconnaît volontiers que les patrons des webcompanies n'ont, jusqu'à maintenant, pas complètement tenu leur rôle d'instigateurs, et que la présence d'un organisme de représentation officiel leur permettrait sans doute d'affirmer leurs ambitions et de défendre leurs intérêts communs. « C'est cette absence de concertation qui nous fait encore défaut aujourd'hui. » Mais les idées sur la question ne semblent pas lui manquer, et sans doute finira-t-il par trouver la bonne dans les pages du cahier, au sein duquel il note scrupuleusement toutes les bonnes suggestions qui lui sont faites et les aspirations soudaines qui lui traversent l'esprit.

Repères


29 ans. Diplômé de Supelec en 1994. 1995 : revente d'Action Light, société créée en 1992, spécialisée dans la technique événementielle. 1997 : entre chez McKinsey. Avril 2000 : création de BingoNet, société éditrice de bananlotto.fr. 5 juin 2000 : ouverture du site en France. Août 2000 : premier vainqueur français de 1 MF.

Mot clés : jeu

Tanguy Leclerc