Mon compte Devenir membre Newsletters

L'incubation a marché à plein régime en 2000

Publié le par

Le cabinet Markess International a réalisé une étude sur les incubateurs qui montre que près de 500 start-up auront été accompagnées par 60 incubateurs en l'an 2000.


L'année 2001 sera-t-elle aussi fructueuse que la précédente pour les start-up Internet ? Au vu de la conjoncture actuelle, on peut en douter. En revanche, l'année 2000 restera comme un bon cru pour ces jeunes sociétés dédiées à l'e-business. C'est en tout cas une des conclusions que l'on peut tirer de l'étude de Markess International, cabinet de conseil et d'analyse spécialisé dans les marchés de l'e-business. L'étude, intitulée "Les nouveaux acteurs de l'e-business : incubateurs de start-up Internet, médias et éditeurs de contenu sur Internet", résulte d'entretiens approfondis avec une dizaine de dirigeants d'incubateurs, enrichis de recherches sur le Net et d'autres sources comme la presse. Fin 2000, 400 à 500 start-up auront été accompagnées par environ une soixantaine d'incubateurs, que Markess définit comme des "sociétés ayant comme rôle d'assister et d'accompagner de jeunes entreprises dans le démarrage de leur activité e-business et mettant à leur disposition tous les moyens dont elles ont besoin". A savoir : des bureaux, du conseil stratégique, de l'aide au recrutement, des supports marketing et de communication et, bien sûr, des financements. Environ 2,5 milliards de francs ont donc été levés par les incubateurs au profit de ces jeunes pousses. Un cinquième de ce montant a été dépensé pour les infrastructures e-business, le reste correspondant aux charges salariales, aux frais administratifs et commerciaux et aux dépenses de communication. La moitié de ces incubateurs a été créée au premier semestre 2000 et 13 % sont d'origine étrangère, essentiellement européenne. On trouve trois catégories : les privés indépendants (27 %), ceux qui sont issus de groupes industriels, de sociétés de conseil ou de fonds d'investissements (25 %) et les incubateurs institutionnels (48 %).