Mon compte Devenir membre Newsletters

Le Lutin Rouge grandit

Publié le par

Créé en 2005, le Lutin Rouge veut s'imposer comme un pure player du jouet incontournable. Une ambition confortée par une récente levée de fonds de 3,6 millions d'euros.

L'idée du Lutin Rouge est née d'un constat de consommateur. «Mon fils adore les Play-mobil, raconte Anthony Celton, fondateur et président du site. Comme ils sont chers, j'en ai cherché sur Internet. Je me suis alors rendu compte que l'offre en matière de jouets était encore restreinte.»

C'est en 2005, alors qu'il est ingénieur chez EADS et après une première expérience sur le Net de conseils boursiers en ligne, qu'il décide de créer un portail de vente de jouets. Son positionnement? Du jouet plutôt haut de gamme. «Nous sommes différents d'Eveil et Jeux, qui vend surtout des articles en marque propre, affirme Anthony Celton. Et Joué Club a, pour l'instant, une offre en ligne très restreinte. Il y a donc une place à prendre, mais il faut être rapide, car la concurrence va grandir.»

Afin de se développer, le site, fort d'un chiffre d'affaires de 1,5 Me en 2007, se lance donc dans la recherche de financements. Avec succès, puisqu'en 2008 il réalise une levée de fonds, menée par Acta Finance, de 3,6 Me auprès d'A Plus Finance et de business angels.

Pour cultiver son originalité, le site compte étoffer sa gamme de jouets en bois.

Pour cultiver son originalité, le site compte étoffer sa gamme de jouets en bois.

Cet apport de capitaux devrait l'aider à réaliser son ambition: devenir un pure player incontournable du jouet. Pour cela, le site entend faire valoir ses spécificités et distribuer davantage de jouets en bois. «On trouve sur notre site des produits proposés dans la grande distribution, comme ceux de Mattel ou d'Hasbro, précise Anthony Celton. Mais ils ne représentent que 3% de notre chiffre d'affaires. Nous allons certainement approfondir notre gamme de jouets en bois.» Un élargissement de l'offre qui viendra compléter les 10 000 produits de 160 marques déjà en ligne, mis en valeur par une nouvelle charte graphique.

Autre défi: harmoniser les ventes tout au long de l'année. «Nous réalisons 80% de notre chiffre d'affaires à Noël, explique Anthony Celton. Même si le jouet est un secteur à forte saisonnalité, nous allons essayer de mieux équilibrer nos revenus.»

Mot clés :

G. R.