Mon compte Devenir membre Newsletters

Le "petit musclé" des fournisseurs d'accès gratuit à Internet

Publié le par

En un peu plus d'un an, Freesbee a réussi à imposer son savoir-faire et son nom grâce un bagage technologique de pointe, une campagne de communication marquante et une équipe de 180 personnes. Aujourd'hui, le nouveau portail se lance dans la personnalisation pour fédérer ses abonnés autour de la marque.


Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 348 000 abonnés en septembre 2000, dont 120 000 actifs, 180 collaborateurs, 3 000 m2 de bureaux au coeur de Paris, 5 millions de chiffre d'affaires par mois... Freesbee s'est envolé et rien ne semble pouvoir le faire descendre de son nuage. Mais ce décollage ne s'est pas fait sans mal. Car il a fallu de nombreux mois de préparation pour convaincre financiers et partenaires de se joindre au projet, lancé dans un contexte hostile, du temps où Internet ne faisait pas encore l'unanimité. L'aventure a débuté en novembre 1997 avec la création de None Networks, détenue à 15 % par Casino Entreprise, et clé de voûte des trois entités : Freesbee (lancée en juin 1999), Freesbee Santé (septembre 1999) et Freesbee Pro (février 2000). Un premier tour de table, effectué fin 98, a permis aux dirigeants de Freesbee de réunir 173 millions de francs, dont une grande partie a été injectée dans l'infrastructure technique (90 MF), et le restant dans la masse salariale et la publicité. La plate-forme technique, qui peut gérer jusqu'à 50 millions d'utilisateurs, est aujourd'hui un des atouts majeurs de Freesbee. Fort de cette assise technologique, Freesbee lance dès le départ une offre "tout compris" (abonnement et communications locales incluses dans un prix forfaitaire). Mais l'offre, trop en avance par rapport à la compréhension du marché, a été réajustée en septembre. Le FAI propose désormais une option d'abonnement gratuit couplé aux communications locales à un coût plus avantageux que les tarifs de France Télécom. Un rééquilibrage nécessaire pour pouvoir s'aligner sur la concurrence qui, à grand renfort de prix cassés, lance quasiment tous les mois une nouvelle offre.

Un nouveau portail personnalisé pro et grand public


Les capitaux supplémentaires, obtenus au second tour de table début 2000 (200 MF), ont donné les moyens à l'opérateur de poursuivre son évolution vers la phase de personnalisation via le contenu, les liens et la publicité. Ainsi, depuis le 27 septembre, les internautes ont accès à un nouveau portail proche du concept d'un magazine. Pour fidéliser le grand public, Freesbee a récupéré un stock d'informations en demandant aux visiteurs de son site et à ses abonnés de laisser leur adresse, leur date de naissance et même le nombre de mails qu'ils reçoivent régulièrement. Le tout dans l'optique de pouvoir adapter le contenu des pages du portail aux aspirations des internautes. Dans la lignée de la personnalisation, la fidélisation des abonnés est également au programme, grâce à une plus grande convivialité - rendue possible par la création d'un centre d'appels intégré de 80 hot liners disponibles 7 j/ 7 -, mais également par les promotions. Ainsi, depuis le 1er octobre, des offres promotionnelles sur deux mois doublent l'ensemble des forfaits (1 F pour 6 heures), et depuis le 20 septembre, un tirage au sort offre une fois par jour un accès illimité à une personne qui s'est inscrite la veille et aux connectés de la veille déjà abonnés. Ces nouvelles formules sont dynamisées par une campagne de communication musclée, dans la même veine de celle qui avait séduit le public avec son ton décalé au 1er semestre. 80 MF ont ainsi été investis dans le plurimédia pour l'année 2000, contre 13 millions de francs en 1999. Freesbee tire financièrement son épingle du jeu grâce aux minutes de téléphone facturées aux clients, et bien entendu grâce aux recettes publicitaires. Le fournisseur d'accès développe également des produits originaux tels que les offres virtual ISP (Skyrock va, par exemple, devenir prochainement fournisseur d'accès et utiliser la plate-forme technique de Freesbee en sous-traitance).