Mon compte Devenir membre Newsletters

Les internautes anglais disent "no" aux contenus payants

Publié le par

Si l'on en croit une étude de Forrester Research en Grande-Bretagne, les internautes anglais ne sont pas prêts à débourser une somme quelconque pour obtenir des contenus sur les sites de médias.


«En pensant que le contenu possède une valeur intrinsèque, mesurée uniquement par des départements obsédés par le retour sur investissement, les producteurs de contenus en ligne ne récolteront pas les bénéfices maximums de leurs projets de nouveaux médias, indique l'analyste Rebecca Ulph, de Forrester Research UK. Les consommateurs accèdent aux contenus quand ils en ont besoin et non au moment où les médias décident de les leur proposer. » Dans son étude, Forrester a étudié 32 sites britanniques, médias et pure players. Le cabinet d'études a déterminé une typologie des médias en ligne en trois parties, afin de déterminer leur potentiel de paiement. Les "payment pushers" (incitation au paiement) sont les sites internet capables de générer des paiements additionnels. Les "relationship reapers" ("moissonneurs" de relations) représentent les sites qui permettent d'approfondir et d'étendre les relations avec les utilisateurs pour créer des revenus publicitaires. La partie "brand builders" (bâtisseurs de marques) vise les nouveaux médias qui se concentrent uniquement sur les revenus publicitaires et la mise en valeur des marques. « Les producteurs de contenus en ligne doivent adopter une vision centrée sur le besoin du client et définir des objectifs d'activité pour leur stratégies Internet en distinguant les différents bénéfices de chaque stratégie », affirme Rebecca Ulph. D'après elle, les chaînes de télévision et les journaux locaux sont les mieux placés pour déclencher les paiements des internautes.

Mot clés :

Patrick Cappelli