Mon compte Devenir membre Newsletters

Les pronostics, l'autre façon de parler de sport sur Internet

Publié le par

Le site de pronostics sportifs Sport4fun se distingue de ses concurrents en essayant d'allier sport et jeu pour fidéliser les internautes qui aiment les deux. Ce positionnement à cheval sur deux secteurs devrait être clarifié prochainement.


Sport4fun est-il un véritable site de sport ? Ou faut-il le classer dans les sites de jeu ? En effet, ce site, lancé en mars 2000 par trois cofondateurs (Eric Moncada, Xavier Mouly et Nicolas Béraud), se positionne au confluent des deux univers. La cible est large puisqu'elle vise tous les amateurs de sport. En s'y inscrivant, l'internaute crée un compte gratuit. Le site lui propose ensuite de parier sur le prochain événement dans ses sports favoris. Des cadeaux récompensent les trois ou six premiers gagnants. Ceux-ci peuvent êtres obtenus en capitalisant des "funnies", monnaie virtuelle de Sport4fun. Forums et chat rassemblent quelques dizaines de personnes et les résultats d'environ 80 sports sont disponibles. Le tout avec une équipe réduite : un seul journaliste sportif s'occupe du contenu. « Mais nous allons proposer des articles avec des sites de sport partenaires », précise Nicolas Béraud. La technologie nécessaire aux pronostics a été développée en interne et la base de données rassemble déjà 250 000 membres, dont les deux tiers sont actifs. Selon le principe du Permission Marketing, Sport4fun propose aux annonceurs de sport de faire des campagnes ciblées. Les informations recueillies auprès des internautes sont l'adresse physique, l'adresse e-mail, l'âge et leurs activités sportives préférées. Lorsqu'ils valident leurs pronostics, les internautes peuvent répondre à une question plus précise, du type : "Allez-vous acheter une voiture cette année ?".

500 000 visiteurs uniques


La facturation aux annonceurs se fait au nombre de contacts. Plusieurs produits ont été mis au point, comme le bouton de validation aux couleurs de l'annonceur, les bannières (350 F le mille), le sponsoring de rubriques et l'habillage de grilles, des campagnes d'e-mailing (2,50 F pour un bouton, 0,70 F pour la newsletter). Sport4fun se propose aussi de délivrer du conseil et d'animer certains sites, comme ceux des fédérations sportives. Le site laisse, en revanche, le développement HTML aux web agencies. Avec un budget marketing limité (5 MF en 2000), Sport4fun revendique 22 millions de pages avec publicité vues par mois et 500 000 visiteurs uniques (source Dart ; NetValue et MMXI en comptabilisent 250 000). « Nous avons su exploiter les clés du média internet, c'est-à-dire l'esprit communautaire et le jeu, sous la forme des pronostics », se félicite Nicolas Béraud. Utilisant les outils du marketing viral, le site hybride sport et jeu estime que deux tiers de son trafic proviennent du bouche à oreille. « Sport4fun ne pouvait exister sans Internet », affirme Nicolas Béraud, qui cite deux études (Datamonitor et Screen Digest) présentant les sites du type de Sport4fun comme ceux qui seront les plus lucratifs en 2005. Après avoir levé 25 MF, il y a un an, auprès de Paribas Affaires Industrielles et FD5, Sport4fun a réalisé une deuxième levée de fonds qui devrait lui permettre d'atteindre rapidement l'équilibre et de développer le concept en Europe (un site italien existe déjà).

Les sites à visiter


www.lequipe.fr www.sporever.fr www.sportal.fr www.sports.com www.sport24.com www.sport4fun.com

Patrick Cappelli