Mon compte Devenir membre Newsletters

Les tendances 2012

Publié le par

Pour E-commerce magazine, le cabinet Ginger a demandé à un panel d'e-marchands leurs axes stratégiques et leurs espoirs pour les années à venir. Au registre de leurs priorités: m-commerce, européanisation, acquisition clients et réduction des coûts.

En parallèle du top 100 des sites marchands, E-commerce magazine a réalisé, en partenariat avec le cabinet Ginger, une enquête en ligne auprès des ecommerçants français. Du 15 mars au 15 mai 2012, 105 représentants de sites d'ecommerce ont répondu à un bref questionnaire sur leurs projets et leurs attentes. De quoi permettre de dessiner quelques tendances pour le secteur en 20 12. Résultats.

En 2012, avez-vous prévu de développer votre activité à l'international?

Un tiers des e-marchands interrogés dans le cadre de notre enquête ont d'ores et déjà passé le cap de l'internationalisation, sans doute pour prendre l'avantage sur d'éventuels challengers. Quatre sites sur dix leur emboîteront le pas en 2012 ou dans les années à venir, confirmant que des opportunités de croissance sont à saisir au-delà des frontières hexagonales. 27 % des e-marchands interrogés n'envisagent pas la vente hors de France, n'ayant pas atteint une taille critique suffisante ou dissuadés par les contraintes du commerce transfrontalier et la nécessité d'une présence locale.

Dans quelles zones étendrez-vous en priorité votre activité?

Alors que trois quarts des répondants gardent un oeil sur l'étranger, ils sont une majorité à concentrer leurs efforts en Europe de l'Ouest et dans l'Union européenne (56 %). Pour cause: le nombre de Français qui font confiance aux sites hébergés chez leurs voisins va croissant. Dépassant la barrière de la langue (l'UE compte pas moins de 23 langues officielles), les Européens se retrouvent majoritairement dans une monnaie et des références culturelles communes. La Commission européenne encourage le commerce transfrontalier en faisant de la protection des consommateurs un cheval de bataille (parfois au détriment des e-marchands, jugeront certains). Sans compter qu'un vivier renouvelé rejoint, chaque année, les rangs des e-acheteurs: en 2012, le baromètre CRR Kelkoo prévoit une croissance de l'e-commerce en Europe de 16 %. En plus des marchés matures (RoyaumeUni, Allemagne et pays scandinaves), les e-marchands français s'intéressent donc aux marchés émergents, en ciblant particulièrement l'Espagne et l'Italie.

En revanche, rares sont ceux qui comptent s'aventurer en dehors du continent européen, comme l'enseigne notre enquête. Là encore, la proximité tient lieu de critère déterminant: 7 % des sondés lorgnent prioritairement vers l'Afrique, tandis que seulement 1 % d'entre eux privilégie l'Océanie.

Aujourd'hui, quelles sont vos principales préoccupations?

Quand on leur demande sur quels aspects du métier ils concentrent leurs efforts, les e-marchands interrogés disent privilégier la conquête et la fidélisation de leur clientèle. Au coeur de leurs préoccupations également, la situation financière de la société et l'augmentation du chiffre d'affaires nécessaire à son développement. Les choix relatifs à la qualité de service arrivent en second plan dans les réponses des webmarchands.

 

En 2012, envisagez-vous de diversifier vos canaux de vente?

A la lecture du graphique, un premier constat: une large majorité des e-marchands interrogés (86 %) ont mené une réflexion sur la stratégie à adopter sur mobile. Six sites sur dix ont ou auront dans les prochains mois une déclinaison sur les terminaux portables, application m-commerce ou site marchand optimisé pour mobile, voire les deux. Un engouement qui pourrait trouver une explication dans la vente record de smartphones dans le monde à Noël: + 140 % par rapport à 2010, d'après Flurry Analytics. Les tablettes s'affirment également comme un canal de vente efficace, puisque 82 % des utilisateurs d'iPad interrogés par la Fevad ont consulté des sites ou des applications marchandes au premier trimestre 2012. La pénétration sans cesse grandissante de ces terminaux devrait inciter un certain nombre d'e-marchands à franchir le pas, GfK estimant que 3 millions de tablettes trouveront acquéreur en France en 2012. Cette année doit, en outre, voire apparaître de nombreux modèles fonctionnant sous Windows 8 RT.

Mais développement du multicanal ne signifie pas pour autant déploiement tous azimuts. Si près de la moitié des e-marchands interrogés (48 %) ont déjà mis en place la vente par téléphone, près d'un répondant sur deux ne semble pas concerné par la création d'un point de vente physique. Ils sont même 56 % à ne pas se sentir concernés par le f-commerce, peut-être découragés par les mésaventures retentissantes des enseignes Gap, JC Penney et Nordstrom aux Etats-Unis, contraintes ces derniers mois de fermer leurs f-boutiques en dépit d'un grand nombre de «fans». A l'inverse, 10 % des e-marchands interrogés ressentent l'urgence d'investir dans le social commerce dès 2012, un secteur censé peser, selon Booz & Company, 30 milliards de dollars en 2015.

En tant que-marchand, qu'attendez-vous du futur président de la République française?

A en croire les résultats de notre enquête, les attentes des e-marchands à l'égard du quinquennat qui débute sont nombreuses. Plus des trois quarts des répondants se sentent concernés par les propositions ci-dessus. En tête des mesures souhaitées, l'allégement de la fiscalité et du coût du travail. Vient ensuite l'idée d'un soutien à l'économie numérique, qui trouve écho ans le Programme numérique rédigé en juin 2011 par le PS. Le parti du président proposait d'aider à la constitution du capital des start-up par l'intervention de la Banque publique d'investissement, qui devrait être créée en 2013. Comme son principal adversaire, François Hollande proposait, en outre, d'instaurer un Small business act pour aider les PME, lesquelles ont besoin d'être soutenues dans leurs embauches, comme l'estiment plus de la moitié des e-commerçants interrogés.