Mon compte Devenir membre Newsletters

Ne pas croire qu'un nom est définitif

Publié le par

Choisi, déposé, surveillé, le nom de domaine doit pouvoir évoluer parallèlement au développement de la dotcom. Ainsi, certaines sociétés passent d'un nom français à un autre plus international pour cause de développement à l'étranger.


La décision de changer de nom de domaine entraîne des répercussions importantes comme recommencer la démarche de référencement et engager une nouvelle campagne de communication. Mais il faut savoir faire évoluer son nom de site si l'on veut qu'il accompagne son développement. Ainsi, lorsque le site toulouer.com est devenu misterrent.com, il ne s'agissait pas seulement d'un changement de langue. « Changer le nom de son site n'a pas été une décision facile à prendre, d'autant que toutlouer est plus signifiant que misterrent », déclare Guillaume Chauvet, cofondateur du site de location. Mais, pour installer sa marque sur une échelle européenne, il fallait passer d'un nom français, incompréhensible hors des frontières de l'hexagone, à un patronyme international, donc anglais. « Le nom était trop réducteur. De plus, beaucoup d'étrangers louent toutes sortes de choses durant leurs vacances en France. Par conséquent Misterrent s'est imposé », détaille Christian Devaulx, de l'agence The Adstore. Pour lui, le vocable mister induit une notion de service et a un côté pédagogique. De plus, il permet de bloquer les entrants sur ce marché de la location. L'agence a également participé au changement de nom de Magique Emilie devenue Magic Maman. « Le mot maman est reconnu internationalement. En changeant de nom, le site a pu élargir sa gamme de produits et donc son marché », explique Christian Devaulx, qui conseille de prendre la décision de changer le nom de son site le plus tôt possible. Ainsi, toutlouer qui n'avait pas encore communiqué sur son nom, va le faire pour MisterRent, de même que le site Magic Maman. Un système automatique permettant de renvoyer les internautes d'une URL à l'autre. Toujours dans la catégorie changement pour cause d'expansion : iti.fr, service d'itinéraire en ligne, est devenu mappy.com. Le nom est construit sur l'association de map (carte en anglais) et happy (heureux). Mais la conquête de marchés étrangers n'est pas la seule raison d'un changement de nom de domaine.

Dépoussiérer son image


L'ex-Cybercâble devenu Noos (nom grec qui signifie intuition) a voulu se débarrasser d'un terme (câble) synonyme d'échec. On se souvient en effet du "plan câble", censé apporter les fibres optiques dans tous les foyers, mais qui s'est arrêté après avoir englouti des millions. « Ce terme était mal perçu et il fallait vite en changer, explique Anne Olivry, directrice de création de l'agence Demoniak qui a trouvé le nom Noos. C'est un nom enveloppant, qui n'est pas lié à une technologie, ouvert à toutes les significations. » Parfois, une grande société crée un nom complètement détaché d'elle pour tester un nouveau service. Ce fut le cas avec les distributeurs Carrefour et Cora lors de la création de leurs supermarchés en ligne Ooshop et Houra. Si ces aventures avaient tourné court, les échecs n'auraient pas été imputés aux maisons mères. A l'inverse, en cas de succès, il est toujours possible de rebaptiser les sites du nom des sociétés. « Au départ, Carrefour a voulu dissocier cette activité en créant un nouveau nom. Puis, le groupe a fait savoir que le site lui appartenait et le chiffre d'affaires a été multiplié par deux. Car une grande marque a une valeur de crédibilité », estime Laurence Martel, directrice de création chez Bessis. Le fait de rajouter un .com à son nom de société, comme l'a fait la Fnac, permet aussi de dépoussiérer son image et de manifester à peu de frais la volonté d'entreprise de passer à l'ère digitale. Même les entreprises spécialisées dans le nom de domaine peuvent décider de changer d'appellation. Ainsi Carambole, filiale de Spray, s'est d'abord appelée Domain Technology. Après quatre ans d'activité, elle a décidé de changer pour pouvoir étendre la gamme de ses services. Le choix du nom de ce fruit tropical a été fait car il est "lisible" partout. Spécialiste du nom de domaine, la société a bien évidemment vérifié que Carambole était disponible dans les différentes extensions et les pays où elle voulait s'implanter. Et, pour éviter les confusions orthographiques, les noms karambol et carambol ont également été déposés. Enfin, Carambole ne fait plus référence à une technique particulière, mais laisse la porte ouverte aux interprétations.