Mon compte Devenir membre Newsletters

Nopub.com, le Net sans la pub

Publié le par

Lancé par Europe Explorer, le service nopub.com permet de naviguer sur le Web sans rencontrer de bannières publicitaires.


Le service nopub.com risque de susciter quelques bouleversements dans le modèle économique actuel du Web. Sachant que la plupart des sites s'appuient sur une rentabilité économique liée à la publicité, quelles sont les implications entraînées par un service qui la masque lors de la navigation ? Suite aux recueils, via ses hot-lines, d'un certain nombre de demandes d'internautes souhaitant voir disparaître de leur écran les bannières, Europe Explorer (France Explore...) a développé le logiciel nopub.com. Disponible depuis le 23 février 2000, il s'agit d'un plug-in de connexion, téléchargeable gratuitement et compatible avec les navigateurs existants. La bannière est masquée par un bandeau nopub et n'est donc pas visible par l'internaute. Prochainement, une bibliothèque de bandeaux devrait être mise à disposition des utilisateurs du service qui auront donc une présentation personnalisée. L'accès Internet est facturé 45 centimes par minute (soit 27 francs par heure) pour les utilisateurs, coût de communication compris. Un coût qui constitue, a priori, la principale limite actuelle du service. Cependant, même s'il l'a téléchargé, l'internaute peut décider d'utiliser ou non le logiciel, celui-ci n'altérant pas les connexions Internet déjà installées sur l'ordinateur. Nopub.com. rentre donc dans la stratégie globale développée par Europe Explorer, à savoir la fourniture de services en ligne sans abonnement.

Des remous à prévoi...


Un problème semble maintenant se poser au niveau de la communication publicitaire du service. Ayant déjà fait l'objet d'insertion dans trois quotidien nationaux, le service bénéficie aussi d'une communication télévisée. Reste que la plupart des médias développant leur propre site vivent aussi de la publicité, ce qui provoque visiblement une certaine réticence quant à la promotion d'un service allant à l'encontre de cette logique économique. Si le service en est encore à ses débuts et si Europe Explorer ne souhaite pas encore communiquer le nombre de téléchargements, il ne devrait pas manquer de susciter quelques remous dans le large landernau du Web. Un feuilleton à rebondissements en perspective.