Mon compte Devenir membre Newsletters

Pour être vu sur le Net, il faut désormais payer

Publié le par

La soumission payante est la tendance lourde du moment en matière de référencement. Annuaires et moteurs de recherche ont mis au point des offres pour accélérer la mise en ligne contre paiement ou proposer des liens sponsorisés. Et l'étape suivante, le positionnement payant, a déjà commencé.


Ralph Nader n'est pas content. Ce défenseur des consommateurs d'outre-Atlantique n'apprécie pas que les annuaires comme Yahoo ou les moteurs comme Google proposent aux annonceurs de payer pour figurer en bonne position dans les pages de résultats, ce qui remettrait en cause l'égalité des sites devant les internautes. Ce à quoi les concepteurs d'outils de recherche rétorquent qu'ils ne garantissent aucun positionnement, mais un délai raccourci pour la prise en compte des soumissions de sites. Actuellement, l'attente entre la soumission et l'indexation peut atteindre plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Avec les offres payantes, les sites apparaissent en quelques jours dans les pages de résultats. C'est pourquoi chez Yahoo, Voila ou Lycos, on préfère parler de "soumission" et non de "référencement" payant. Pionnier de cette tendance, Yahoo US a lancé Yahoo Express en février 2000. Cette offre payante garantit le traitement de la demande d'indexation en sept jours ouvrés. Elle fut d'abord optionnelle, et ne touchait que la catégorie "commerce et économie", dans laquelle on trouve la plupart des grandes sociétés. Puis elle s'est étendue à toutes les autres. La troisième et dernière étape en date mise en place par le portail américain, fait que seuls les sites acceptant de payer sont indexés dans cette catégorie phare. « Cela permet d'être certain que les entreprises qui se référencent ont une activité commerciale, argumente Clotilde de Mersan, responsable Business Development chez Yahoo France. A contrario, nous évitons aux petits sites non professionnels d'être noyés au milieu des grands comptes. Et puis, il ne faut pas oublier que ce sont les professionnels eux-mêmes qui ont réclamé ce type d'offre. Ils sont prêts à payer pour être présents sur Yahoo. En France, les webmasters nous disent que notre annuaire leur procure 30 % de leur trafic. » Sur le marché français, c'est Nomade qui a dégainé le premier, avec une offre de soumission payante à 99 euros par an. Suivi de Wanadoo avec Soumission Express (169 euros HT). Lycos va bientôt lancer sa proposition en trois volets (Express, Premium et Premium plus à 99, 149 et 199 euros HT). Quant à la version française de Yahoo Express, elle devrait être proposée ce mois-ci au prix de 250 euros HT (500 pour les sites adultes), pour la seule catégorie "commerce et économie". « Les sites reçoivent une réponse, positive ou négative, sous sept jours. Puis, la base de données est mise à jour en quarante-huit heures. En cas de refus, on en donne la raison et le webmaster a trente jours supplémentaires pour rectifier et refaire une soumission, détaille Clotilde de Mersan. Nous sommes conscients que notre tarif est plus élevé que le prix du marché. Nous ne l'avons pas fixé en fonction de la concurrence, mais en référence aux annuaires professionnels, on et off line, comme les Pages Jaunes. D'ailleurs, le jaune est le code couleur qui a été retenu pour présenter les sites sponsors de la catégorie. » Chez Lycos, la soumission payante est également à l'ordre du jour. Moteur de recherche développé en 1994 à l'université américaine Carnegie Mellon, Lycos est aujourd'hui un hybride d'annuaire (cinq surfeurs s'occupent des cent mille sites de la base) et de moteur. « Nous préférons avoir moins de sites, mais tous à jour, avec des commentaires intéressants, plutôt que soixante pages de résultats peu adéquats. Nous mélangeons les réponses issues d'un mix entre une technologie propriétaire qui a fait ses preuves et la pertinence de la critique humaine », revendique Arnaud Jonglez, services manager. Le moteur HotBot est, quant à lui, centré sur les requêtes plus pointues. En souscrivant à l'offre de soumission payante de Lycos, le site a la garantie d'être examiné par un surfeur dans les cinq jours et de recevoir une réponse dans les quatorze jours. L'offre Premium permet d'avoir cent caractères au lieu de quatre-vingt. Premium Plus offre deux cent caractères, des majuscules et un texte surligné. Ces contrats annuels ont été préparés depuis six mois déjà au niveau européen. Lycos dit avoir reçu des demandes de clients et de prestataires pour ce type d'accélération de l'indexation. « Nous avons eu beaucoup de sollicitations de clients et de prestataires spécialisés en référencement, particulièrement en ce qui concerne les possibilités de package », confirme Arnaud Jonglez. Un second produit, Web Index, va être lancé au tarif de 38 euros par an pour une URL, auxquels s'ajoutent 19 euros par adresse supplémentaire. Il garantit qu'un sniffeur (robot qui scrute les sites) sera envoyé dans les 72 heures, et qu'il effectuera des passages quotidiens pour la mise à jour. Le groupe espère générer 10 à 20 % de son chiffre d'affaires avec ces nouvelles offres.

Démarrer en pole position


Chez Wanadoo, dont la filiale Wanadoo Portail regroupe les portails et annuaires Voila.fr et Wanadoo.fr (70 000 sites dans la base), l'offre payante s'appelle Soumission Express. La demande d'indexation est prise en compte en 48 heures et une réponse arrive sous sept jours ouvrés, pour un coût de 169 euros HT (1), payable en ligne par carte bancaire. « Les clients nous interrogent depuis des mois sur un moyen d'être indexés plus rapidement. Ils sont prêts à payer pour que leur demande soit prise en compte plus vite », déclare David Couchon, responsable des services payants. Mis en activité le 19 septembre, cette offre a déjà attiré plusieurs marques. « Nous allons maintenir une possibilité de soumission gratuite, mais les sites qui payent seront traités en priorité », avoue David Couchon. Cette nouvelle donne n'est pas pour déplaire aux prestataires spécialisés dans le référencement. D'après David Couchon, ils auraient d'ailleurs poussé dans ce sens : « Auparavant, ils vendaient une prestation à leurs clients sans pouvoir en garantir le résultat. De notre côté, nous préparons une offre spéciale à leur intention, avec une remise suivant la quantité de sites proposés », détaille-t-il. S'il n'évoque aucun objectif précis pour ce service, David Couchon estime néanmoins qu'en 2002, tous les annuaires offriront ce genre de prestation. Mais Wanadoo est déjà passé à l'étape suivante, le positionnement payant, avec son offre Pole Positions. La régie de Wanadoo propose aux annonceurs d'acheter la première ou la deuxième place dans les listes de réponses du moteur Voila (qui alimente Wanadoo.fr et Voila.fr). Les sociétés intéressées doivent fournir le titre du site, un descriptif de deux cents caractères maximum et l'URL. Les tarifs varient entre 275 et 610 euros HT par mois en fonction du volume de requêtes, ou entre 91 et 107 euros selon la place, si on opte pour la formule CPM (coût pour mille, au-dessus de 5 500 requêtes par mois). « Nous essayons de respecter la déontologie, mais nous devons rentabiliser nos outils. Ces résultats sont bien identifiés comme des publicités, avec un fond jaune et la mention "sponsor" », argumente François-Xavier Hussherr, directeur adjoint du pôle business chez Wanadoo. Pole Positions a été lancé fin septembre et reçoit déjà un accueil favorable selon Wanadoo. Le taux de transformation multiplié par trois n'y est sans doute pas étranger. Une offre destinée aux professionnels est aussi à l'étude. François-Xavier Hussherr est persuadé que « tout le monde va suivre » et attend plusieurs millions de francs de revenus de cette offre de positionnement payant. « Internet est passé d'une économie gratuite à un modèle payant. C'est celui qui est utilisé par les annuaires du off line, et personne ne le trouve aberrant », conclut-il. (1) tarif de lancement jusqu'au 31 décembre 2001

Pour tout savoir sur le référencement : un site, un livre et une association


Pour s'initier au référencement, il existe plusieurs moyens on et off line. Sur le Web, on peut consulter le site www.promo-web.org. Pédagogique, il est constitué de fiches bien documentées qui passent en revue les principales problématiques de cette technique : sites dynamiques, soumission payante, prestataires, etc. L'ergonomie est simple et les explications accessibles au profane. Pour ceux qui voudraient approfondir encore plus le sujet, le livre de Jean-Pierre Eskenazi, fondateur de NetBooster et pionnier du secteur en France, est un must. Référencement ou comment se rendre visible sur Internet (44 euros, chez Webedition). Enfin, certains prestataires ont fondé l'IPEA (Internet Positioning European Association), association de loi 1901 destinée à mettre en oeuvre une éthique professionnelle, impliquant à la fois les sites web et les outils de recherche. Sur le site www.ipea.com, on trouve une charte de déontologie et diverses informations, dont les coordonnées des membres.