Mon compte Devenir membre Newsletters

Qobuz.com, à l'unisson des mélomanes

Publié le par

Qobuz.com fait rimer variété musicale et qualité. Un credo que défend son fondateur, Yves Riesel, également vice-président du Syndicat national de l'édition phonographique.

Yves Riesel veut faire de Qobuz.com une véritable marque.

Yves Riesel veut faire de Qobuz.com une véritable marque.

Il y a de la passion derrière le site Qobuz.com, nom singulier qui désigne une viole à deux cordes en crin de cheval. Son fondateur, Yves Riesel, croit fermement en l'avenir numérique des contenus musicaux dans leur intégralité. Cela signifie que, sur Qobuz.com, l'équipe recrée tout l'univers du disque, en tant qu'objet physique. Qualité sonore, bien sûr: selon trois niveaux de performance, allant jusqu'au standard de qualité CD, une valeur ajoutée sur un marché ou la qualité est souvent très inférieure. Des textes accompagnent aussi les morceaux, critiques, découvertes, le tout faisant la part belle à un environnement éclectique. Les contenus musicaux sont traités avant leur mise en ligne puis, a posteriori, par l'équipe des «métadonnées», qui travaille à l'indexation et à l'enrichissement des contenus. «Les grandes problématiques des sites de musique en ligne consistent à percevoir quelles seront les évolutions dans les deux à trois ans à venir», explique Yves Riesel.

Une offre qualitative

La plateforme revendique une identité de «service de musique en ligne», plus que celle de simple site. L'idée étant de faire de Qobuz.com une véritable marque. Avec les 11 millions d'euros levés il y a un an, l'équipe s'attache donc à développer son catalogue de musique, mais aussi de nombreux objets culturels périphériques à la musique, tels que des livres, des dessins, des podcasts, une rubrique «Art de vivre», une émission de télévision, etc.

Si le site est, de prime abord, associé à la musique classique, il couvre en réalité une grande variété de styles musicaux. «Qobuz se veut profond dans la musique classique, le jazz, la World musique, le répertoire enfant...», confirme Yves Riesel. Au total, pas moins de 14 genres se côtoient. Les contenus éditoriaux et les informations accompagnant chaque album et artiste sont particulièrement soignés: discographie de l'interprète, dates des prochains concerts, commentaires «d'artisans du disque»... Le catalogue comporte les contenus numériques des quatre majors (EMI Musique France, Universal Music Group, Sony BMG Music Entertainment et Warner Music Group) ainsi que de nombreux labels indépendants.

A l'heure ou les plateformes de streaming font florès, malgré un modèle économique qui se cherche encore, Qobuz.com mise sur le téléchargement et le modèle de «grand disquaire spécialisé» en ligne. Pour Yves Riesel, «Deezer est le NRJ du XXIe siècle», un site d'écoute qui s'adresse à un large public sans pour autant jouer (encore) l'exclusivité ou la valeur ajoutée des contenus... Alors que, de son côté, Qobuz.com s'adresse davantage à des gens qui attendent du conseil et du haut de gamme. Le site ne propose que des extraits à l'écoute. Outre la qualité éditoriale et la fédération de communautés d'amateurs, il mise sur l'excellence du son. «La vraie promesse de la musique en ligne, ce sera une qualité supérieure à celle du CD», affirme Yves Riesel. Le site a réalisé des investissements importants dans des serveurs de stockage. Autre fer de lance, la monétisation des contenus éditoriaux et musicaux permet à l'entreprise de bâtir son modèle économique. A l'avenir, différents canaux de diffusion devraient aussi être déployés, comme le mobile ou encore les «box», qui permettent de regarder la télévision, de se connecter au Web, de téléphoner... Et demain, d'écouter de la musique? «La deuxième génération des services en ligne va commencer à travailler sur la qualité», prédit Yves Riesel. Preuve de dynamisme, la plateforme a été labellisée jeune entreprise innovante par Oséo-Anvar. Un autre label, qui donne le la...