Mon compte Devenir membre Newsletters

Qui veut gagner...

Publié le par

@ A. Olszak

On savait les acteurs du Web des virtuoses du buzz sur la Toile. On ne les attendait pas forcément dans la rue, capables d'y créer l'événement. Et pourtant. Voilà qu'une opération lancée par Mailorama.fr, un site de cash-back, a défrayé la chronique. Son principe? Le samedi 14 novembre 2009, un bus à étage devait circuler dans les rues de Paris et distribuer, sans contrepartie, à des passants choisis au hasard, des billets de 10, 20, 100 et même 500 euros. En fait, l'opération s'est soldée par un fiasco. Devant l'affluence de milliers de participants, les organisateurs ont renoncé à la dernière minute à la distribution providentielle. Qui s'est terminée en bousculade et mouvement de casseurs! Le site, appartenant au groupe Rentabiliweb, entendait, par cette opération, d'un coût global de quelques centaines de milliers d'euros, faire connaître son existence. Et celle de son modèle. Le cash-back, dont le principe est de redistribuer un pourcentage de leurs achats aux internautes eux-mêmes, reste un marché certes en évolution, mais encore loin d'avoir atteint sa maturité en France. Cette pratique commerciale, très développée en Grande-Bretagne, devrait cependant décoller dans l'Hexagone selon les observateurs (lire Tribune Agence page 21). Néanmoins, l'aspect quelque peu amoral de cette distribution aveugle de billets en a choqué plus d'un. On oscillait sur la Toile entre commentaires indignés (Comment est-il possible de communiquer ainsi en ces temps de crise?) et messages intéressés (Cela tombe à pic... Connaissez-vous le lieu de la distribution?). Bref, comme toute opération de communication retentissante, celle-ci n'a laissé personne indifférent. De la rue à la Toile, l'effet buzz a, une fois encore, fait la démonstration de sa grande puissance. Même si, en l'occurrence, le coup médiatique s'est vite transformé en coup de grisou.

Par Martine Fuxa, rédactrice en chef