Mon compte Devenir membre Newsletters

Tendances décryptées par... X-Prime

Publié le par

DU SOCIAL MEDIA AU SOCIAL CRM

En associant les informations collectées sur les réseaux sociaux et leurs données CRM, les entreprises gagneraient beaucoup.

Quatre-vingt pour cent des entreprises françaises sont présentes sur les réseaux sociauxEtude IBM Institute for Business Value analysis, CRM study 2011.. Pourtant, la majorité n'en perçoit pas l'intérêt en termes de relation client et rares sont celles qui connectent les précieuses informations qu'elles y récoltent avec leurs données CRM. Et c'est bien dommage. A l'ère du consom'acteur, la marque n'est plus un fournisseur sans âme . Elle doit engager la conversation pour créer une véritable relation de confiance avec ses cibles. Et si l'on replaçait le client au centre de la stratégie? Les deux parties seraient gagnantes: le client, ravi d'être pris en considération par l'entreprise qui, elle, pourrait bénéficier de feedbacks totalement inédits et exploitables. Aujourd'hui, les entreprises savent regrouper et structurer l'information. Mais il y a mieux, puisqu'elles peuvent désormais utiliser les données accessibles sur les réseaux sociaux. Un bon moyen pour enrichir leur base de données, identifier leurs clients et bien cibler leur communication. Comment faire me direz-vous? En proposant des applications Facebook ou mobiles «quantified self»: des applications capables de recenser et d'analyser des données personnelles. Avène, laboratoire pharmaceutique spécialisé en dermo-cosmétique a tenté le coup. Son application «Sensitive Scale invite l'utilisateur à créer un compte et à communiquer ses données personnelles: âge, sexe, adresse, profession et, bien sûr, type de peau. Carnets d'experts, conseils de professionnels, dashboard évolutif: l'iPhone se transformerait presque en institut de beauté. Et la marque aussi peut se réjouir: en regroupant ces informations avec les profils créés sur son site, elle pousse l'information sur les produits de manière hyper-ciblée.

PINTEREST: LE BUSINESS N'A JAMAIS ETE AUSSI TENDANCE

Finie la dictature du «like». Aujourd'hui on «pin» allègrement avec le nouveau né du social media.

Nouveau-né du social media, Pinterest ne cesse de faire parler de lui. La chance du débutant? Pas si sûr. Encore en bêta privée, le réseau se positionne d'ores et déjà comme le troisième site d'engagement, derrière Facebook et Tumblr. Chaque jour, chaque utilisateur passe en moyenne 90 minutes à épingler, sur un tableau de liège virtuel, ses visuels préférés... Pinterest, c'est 4 000 % de croissance en six mois et toutes les fonctionnalités qui marchent: partage des contenus, curation, marque-pages, bibliothèque de photos... Le site apparaît alors comme un nouveau levier dans la construction de l'identité numérique d'un acteur du Web ou d'une entreprise, notamment en termes d'e-commerce. Autre point fort, les URL de chaque tableau peuvent être personnalisés. Les marques doivent déjà s'en frotter les mains. Imaginez un tableau par produit, avec un URL personnalisé «Pinterest/ marque / produit». Cerise sur le gâteau (sur le cheese cake, pour Pinterest), grâce aux descriptions et aux tags, le référencement de la marque est optimal. Last but not least, Pinterest renforce son lien avec l'e-commerce. Finie la dictature du «like», aujourd'hui on «pin». Avec son propre code de tracking d'affiliation, Pinterest marque un grand coup. Le réseau social est rémunéré au clic sur l'image, s'il redirige l'internaute vers un site d'e-commerce où il effectuera un achat. Ceci grâce à l'utilisation de Skimlinks, un service novateur qui ajoute automatiquement un lien d'affiliation dès qu'il y a un lien vers un produit associé.

POUSSEZ L'INFORMATION, MADAME, IL Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!

Du pousse-pousse des rues de San Francisco au service traiteur , il n'y a qu'un pas, franchi par The crème brûlée cart: le social media.

Le mieux avec le social media, c'est qu'il n'est pas exclusif. Bien loin des grandes multinationales, la marque The crème brûlée cart l'a utilisé pour, elle aussi, tirer son épingle du jeu. Du pousse-pousse des rues de San Francisco au service traiteur il n'y a eu qu'un pas.

Géolocalisation sur Twitter et partage d'avis sur Yelp ont permis au fondateur de Thecremebruleecart.com d'accroître sa visibilité, et donc ses ventes. Aujourd'hui, la marque est présente dans la presse culinaire, a troqué son pousse-pousse contre un camion, et sa communauté Twitter recense plus de 21 000 personnes... Bref, une stratégie aussi appétissante qu'une crème brûlée.