Mon compte Devenir membre Newsletters

Un an d'Internet : la France prend son envol

Publié le par

2000 marque le vrai décollage de l'Internet français, si l'on en croit les résultats du bilan publié par MMXI Europe en novembre.


Spectaculaire, la croissance de l'audience d'Internet au domicile des Français a quasiment doublé en un an, passant de moins de 2 millions en janvier à plus de 4 millions de visiteurs uniques enregistrés au mois de septembre. Bien que jeune, le marché de l'Internet français connaît toutefois un développement très prononcé par rapport à l'Angleterre (+ 97 % contre + 68 %) et l'Allemagne (+ 37 %). Si l'audience s'est significativement accrue, la répartition démographique est sensiblement la même. Les CSP + sont encore majoritairement représentées par 63 % d'internautes de moins de 35 ans, contre 60 % en octobre 99. Même stabilité de la répartition entre internautes hommes et femmes. Alors qu'elles représentaient 32 % de la population en octobre 99, contre 60 % d'hommes, les femmes constituaient 33 % de la population internautes au mois de septembre 2000. De plus en plus "mordus" d'Internet, les Français qui ne s'attardaient que 3,15 h en moyenne par mois sur le réseau en 99 lui consacrent aujourd'hui environ 5 h de leur temps. Tendance confirmée par le taux de pages vues par personne par mois sur cette même période, qui affiche une progression mensuelle de 1 000 pages supplémentaires par internaute. Cette croissance du temps passé en ligne s'observe également sur l'ensemble des pays européens où l'Allemagne enregistre une progression de 32 % et l'Angleterre de 44 %. L'audience des plus gros sites connaît également une progression marquante. Wanadoo était le seul millionnaire de la catégorie, alors qu'ils sont aujourd'hui neuf à avoir atteint ou dépassé ce cap. En tête de liste, avec un taux de pénétration de 50, 6 %, Wanadoo est suivi par Yahoo ! (38,8 %), Microsoft (32,9 %), Free (32,3 %), Liberty Surf (30,5 %), AOL (29,9 %), MSN (26,6 %), Multimania (25,4 %), Voila (22,9 %) et Club-Internet (22,6 %). Concernant le comportement des Français, MMXI indique qu'il sont résolument tchatcheurs et assidus. Un internautes sur trois s'adonne régulièrement au Chat et pour une durée mensuelle moyenne de 1 h 30. Les Français s'emballent de plus en plus pour les jeux en ligne. Parmi ceux-ci, les loteries affichent une véritable montée en puissance, avec un taux de pénétration passé de 3,1 % en mai 2000 à 18,9 % en septembre. Sur cette même période, le nombre de pages vues sur ces sites a quadruplé, passant de 14 à 60 pages vues par mois et par visiteur. Bananalotto, qui a doublé le nombre de visiteurs uniques entre le mois de juillet et le mois de septembre, en est le plus grand bénéficiaire.

Les sites marchands enregistrent une croissance de 180 %


Autres dopeurs d'audience, le sport et la musique ont suscité un véritable engouement auprès des internautes. A eux seuls, les sites de sport regroupent aujourd'hui 727 000 internautes français à domicile. Une performance comparable à celle enregistrée par les sites musicaux, consultés par 911 000 internautes français depuis leur domicile. Loin devant ses concurrents, le site universalmusic.fr, lancé en juin, compte aujourd'hui à lui seul 350 000 visiteurs uniques. Une belle croissance de l'audience a également été enregistrée par les sites financiers, régulièrement consultés par une moyenne de 1,6 million d'internautes. Chef de file de cette catégorie, le site Boursorama a touché le sommet de l'audience au cours du mois de juin, en frôlant les 400 000 visites uniques. Idem pour les sites marchands qui ont triplé leur audience, en passant de 1 million de visiteurs en décembre 99 à 2,7 millions en septembre 2000. Une croissance de 180 % qui rapproche le palmarès de la France de celui de ses voisins allemands et anglais où les catégories marchandes de détail, finance, voyages et enchères enregistrent des taux de pénétration proches des taux français. En conclusion, malgré ses quelques ratés de départ, le développement de l'Internet en France a littéralement explosé courant 2000 et, si l'on s'en tient aux résultats du mois de septembre, tout laisse présager qu'il en sera de même pour le e-commerce dans les mois à venir.