Mon compte Devenir membre Newsletters

Un service gratuit de paiement par e-mail entre particuliers

Publié le par

Recevoir un e-mail peut désormais rapporter gros. Un particulier pourra régler gratuitement un autre particulier, simplement en lui envoyant un e-mail, grâce au service MinutePay lancé ce mois-ci.


Utiliser l'e-mail pour rembourser instantanément un ami, régler un achat sur un site de vente aux enchères en toute sécurité ou participer rapidement à un cadeau collectif... Ce sera désormais possible en France avec le service MinutePay (www.minutepay.com). Le principe est simple : l'acheteur doit tout d'abord ouvrir gratuitement son compte MinutePay et le créditer d'une somme d'argent de son choix, soit par chèque, soit en indiquant son numéro de Carte Bleue, soit en donnant ses coordonnées bancaires pour permettre un virement. L'acheteur n'a plus qu'à adresser un message électronique au vendeur pour le payer. « Mais attention, précise Alain Pinto, directeur marketing international de MinutePay, l'e-mail n'est qu'un moyen de certifier que le paiement a bien eu lieu. » Le message adressé au vendeur ne contient en effet aucune information confidentielle sur l'acheteur, mais simplement un lien vers le site MinutePay qui permettra au vendeur de récupérer la somme d'argent. Si ce vendeur n'a pas encore de compte, il devra remplir un formulaire pour récupérer son dû.

Banque Directe comme partenaire français


Sont à l'origine de ce service inédit en Europe, MinutePay International, holding britannique créée en juin 2000 et détenue par des investisseurs privés américains, le fonds d'investissement Chrysalide (Groupe Danone, CVC Capital Partners, GIMV, Valoris), et BNP-Paribas depuis février 2001. MinutePay International ne cache pas ses ambitions européennes et place la barre très haut. « Nous avons pour objectif de devenir le standard européen des paiements », indique Alain Pinto. Rien que ça ! Une stratégie paneuropéenne dont la première page s'est écrite en France, avant l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni. Pour commercialiser son service, MinutePay International a décidé dans chacun des pays européens visés de créer une filiale en partenariat exclusif avec une banque en ligne. Ainsi, en France, MinutePay France s'est associée à Banque Directe (www.banquedirecte.fr) qui est chargée des opérations inter-bancaires. En échange, Banque Directe propose en exclusivité à ses clients l'ouverture automatique d'un compte MinutePay. Marc Lanvin, directeur clientèle de Banque Directe espère ainsi séduire « 5 à 10 % des internautes qui ont ouvert un compte MinutePay ». Il serait, selon ses prévisions, « 100 000 sur les douze prochains mois ».

Un service avant tout viral


L'économie de MinutePay, totalement gratuit, repose sur la trésorerie des comptes. Pour accélérer l'utilisation de ce service "viral", Alain Pinto précise qu'un système de prime sera accordé pour tout internaute parrainé. Dès septembre prochain, le service sera décliné en France en C to B : le consommateur pourra ainsi régler un cybercommerçant par e-mail. Un service "clef", selon Alain Pinto, qui fait remarquer que « deux tiers des internautes sont réticents à laisser leurs coordonnées bancaires sur le Web. Mais nous n'en sommes aujourd'hui qu'à rencontrer les grands groupes français impliqués dans le commerce électronique. Aucun partenariat n'a encore été signé ». Mais il y a fort à parier que le temps devrait jouer en faveur de MinutePay. Plus les utilisateurs seront nombreux à utiliser le service, plus les marchands réfléchiront à deux fois avant de s'en priver. Aux Etats-Unis, en 18 mois, 10 millions de clients utiliseraient déjà ce moyen de paiement.

Mot clés : E-mail

Emmanuelle Bertrand