Mon compte Devenir membre Newsletters

Vinomedia.fr : qui a vu boira

Publié le par

En créant un réseau de cavistes, vinomedia.fr espère tirer les plus beaux fruits d'un marché plutôt embouteillé.


Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse... et vite. La livraison en 24 heures maximum est un des arguments de poids de vinomedia.fr, site d'information et de conseil sur le vin, qui intègre depuis le 6 juin dernier une cave en ligne. Pour se positionner de manière viable sur le marché déjà fort bouchonné du commerce vinicole on line, vinomedia.fr obéit à un concept assez original, tant dans le fonctionnement que dans le service. Le fonctionnement : la recette du site repose sur la constitution d'un réseau de cavistes indépendants (150 fin août, 250 prévus à fin 2000) répartis sur l'ensemble du territoire. « Nous misons sur le concept de commerce de proximité. Une fois la commande passée, elle est transmise au caviste le plus proche du domicile du client. Dans les deux heures, ledit caviste appelle le client pour lui demander à quelle heure il souhaite être livré le lendemain », explique Benoît Escoffier, dirigeant de Promédia, groupe de communication éditeur de vinomedia.fr.

Commande à l'unité et paiement à la livraison


Quant au service, il est directement lié à cette organisation. Tout étant relayé par le caviste, la livraison ne doit pas excéder 24 heures, le client peut ainsi commander son vin à l'unité, ne paie qu'à la livraison, et bénéficie d'un stock de 11 000 références (30 000 sont prévues pour fin 2000). A la fin du mois août, le site enregistrait une fréquentation mensuelle de 5 000 visiteurs, soit environ 40 000 pages vìsitées, pour une cinquantaine de commandes passées, la plus petite d'une valeur de 320 francs et la plus grosse de 1 300 francs. Mais le "lancement" véritable de vinomedia.fr en tant que site marchand ne devait avoir lieu qu'en septembre, promotion, marketing direct et publicité à l'appui. Vinomedia.fr vise le million de chiffre d'affaires à la fin de l'année, 4 MF pour 2001, 12 MF pour 2002. A titre de comparaison, l'éditeur du site chateauonline annonce un chiffre d'affaires pour l'année 1999 (premier exercice) de 10 MF. « Notre atout réside dans la légèreté de notre structure de fonctionnement, avance Benoît Escoffier. Les sites concurrents, qui travaillent avec les producteurs et non avec un réseau de revendeurs indépendants, ont pour certains énormément investi à la base. Je ne crois pas que ce marché puisse à terme héberger plus de trois acteurs viables. »