Mon compte Devenir membre Newsletters

Visionnaire éclairé

Publié le par

Nombre de vocations entrepreneuriales ont disparu au rythme de la chute des valeurs Internet. Jérôme Adam ne fait pas partie de ce lot-là. Ce jeune chef d'entreprise s'est découvert entrepreneur et compte bien mener à terme l'aventure Visual Friendly.


Malgré un visage juvénile, Jérôme Adam paraît avoir bien plus de 25 ans. Il suffit d'ailleurs de parler quelques minutes avec lui pour être convaincu que le jeune président du directoire de Visual Friendly a déjà acquis une certaine maturité professionnelle et que la création de sa société ne s'est pas faite par hasard. La solution logicielle de cette start-up permet aux éditeurs de sites d'offrir à leurs internautes un service innovant : rendre leurs pages plus accessibles et plus lisibles aux déficients visuels. L'internaute peut en effet choisir ses propres paramètres : changer la police ou la taille des caractères, jouer sur le contraste mais aussi adopter une navigation simple, en regroupant tous les liens hypertextes de la page au même endroit. Jérôme Adam est bien loin du portait type du "start-uper" de l'époque euphorique du Web. Pourtant, comme bien d'autres, il a créé sa société dès sa sortie de l'Essec, courant 2000 avec deux autres collègues de promo. « Je ne crois pas que l'on devient entrepreneur, lance t-il. On l'est, ou du moins on se découvre en tant que tel. » Des découvertes, Jérôme Adam en a fait malgré lui, à l'âge de 15 ans, lorsqu'il perd la vue et doit appréhender un univers inconnu. Son sentiment d'alors est unilatéral : il veut absolument continuer à vivre normalement et achever ses études. Après avoir poursuivi sa scolarité pendant deux ans à l'Institut national des jeunes aveugle de Paris, il retourne en lycée classique, dans sa ville natale de Reims pour décrocher son bac. Il s'oriente ensuite sur Sciences Po Paris, qu'il intègre pour trois ans, se spécialisant dans les ressources humaines et la communication. Période durant laquelle il se forge ses premières qualités d'entrepreneur : séduire et persuader. D'ailleurs, le directeur de Sciences Po de l'époque lui prédit qu'un jour il créera sa société. Un signe avant coureur parmi d'autres. Car Jérôme Adam ne semble pas être de ceux qui abandonnent une partie en cours. Sa cécité l'a empêché de poursuivre en tant que joueur sa passion du football, même s'il reste aujourd'hui un supporter actif. Lorsqu'il intègre Sciences Po, il se met au ski nautique et monte un club d'athlétisme destiné aux déficients visuels. Au cours de ses premières expériences professionnelles aussi, Jérôme Adam se concentre particulièrement sur le public des déficients visuels. Lors d'un stage au sein des Laboratoires Vichy, il orchestre un projet baptisé "La beauté sans miroir", qui donne naissance à un serveur vocal destiné aux non-voyants ou malvoyants. A l'Essec, qu'il intègre après Sciences Po en seconde année, il finit son cycle par un semestre aux Etats-Unis, suivant un MBA à La Nouvelle Orléans. Une occasion de découvrir le Web tout en se penchant sur la problématique du confort visuel des seniors. Des expériences qui lui font réaliser que le public qu'il vise est bien plus large que celui qu'il imaginait. « 95 % des déficients visuels sont des malvoyants, qu'il s'agisse des seniors ou des personnes qui souffrent de fatigues visuelles. Un site web s'adresse ainsi à différents publics internautes. Et pourtant, une seule version du site est disponible. » Le concept de Visual Friendly germe, renforcé par un travail avec les ergonomes du laboratoire de Paris V Descartes. Dernière touche au projet : la rencontre avec l'un des professeurs de l'Essec. Il s'agit de Philippe Hayat..., fondateur de l'incubateur Kangaroo Village qui prend le projet sous sa coupe et y insuffle les fonds d'amorçage. Aujourd'hui, Visual Friendly a déjà parcouru du chemin et compte une vingtaine de personnes. En mai 2001, la jeune pousse lève pour son premier tour de table 2,2 millions d'euros (14,4 MF). Une belle performance dans le contexte actuel, qui doit assurer le développement commercial en France. « Je suis convaincu de l'utilité de notre produit qui intéresse autant les sites institutionnels que les marchands ou les sites de contenu. Il ne s'agit pas de simplement modifier l'aspect du site mais de renforcer son accessibilité et de travailler sur son ergonomie. » Nouvelles Frontières et le site du Premier ministre constituent les deux premières références clients de la start-up, qui devrait annoncer rapidement des signatures avec Yahoo! France, la Fnac ou encore Sport24. L'aventure démarre sous de bons auspices. Comment Jérôme Adam envisage-t-il Visual Friendly d'ici deux ans ? « Je pense que nous aurons entamé notre développement international, et notre approche du marché américain. » Et, s'il lui faut un jour céder sa place pour un manager plus expérimenté, il se dit également prêt à l'accepter. « Si je sens qu'un jour mes compétences sont dépassées, je céderai logiquement la place. Pour monter un autre projet, dans le sport par exemple. »

Repères


1976 : naissance. 1992 : perte de la vue. 1995 : entrée à Sciences Po Paris. 1998 : entrée à l'Essec, doublée en fin de cycle d'un MBA aux Etats-Unis. Août 2000 : création de Visual Friendly. La société est labellisée "Entreprise innovante" par l'Anvar qui apporte 381 000 euros comme aide à l'innovation. Kangaroo Village incube la start-up et y insuffle 1 million de francs en amorçage. Mai 2001 : première levée de fonds de 2,2 millions d'euros auprès du Crédit Lyonnais Asset Management Private Equity et de business angels.