Mon compte Devenir membre Newsletters

Wikipédia, un succès collaboratif mondial

Publié le par

Wikipédia fête, en 2011, son dixième anniversaire. Si sa réussite atteste de la viabilité de son modèle collaboratif gratuit, le contrôle des contenus est toujours en cours d'amélioration.

Le savoir accessible à tous, gratuitement et librement enrichi par les internautes... Voilà les ingrédients qui composent le concept de Wikipédia et nourrissent son succès depuis sa création en 2001 . A cette époque, l'encyclopédie libre est cofondé par Larry Sanger, qui a depuis quitté le projet, et par Jimmy Wales. Ce dernier crée en 2003 la fondation Wikimédia, une organisation à but non lucratif, basée en Floride, qui vise à soutenir Wikipédia et ses projets affiliés. La réussite est immédiate. Une communauté de «Wikipédiens» particulièrement actifs se forme. Et les contributions sur le site se multiplient. Alors que Wikipédia fête son dixième anniversaire, le site compte 17 millions d'articles - dont plus d'un million pour la France -, traduits en 267 langues. Florence Devouard, membre du conseil d'administration de Wikimédia France, et ancienne présidente de la Fondation Wikimédia, explique ce succès par la conjonction de plusieurs facteurs: « Wikipédia est arrivé à un moment où les sites web étaient peu développés. Il y avait donc un vrai besoin de la part des internautes.» Une politique éditoriale, claire, a également joué en sa faveur. Le but est d'avoir un contenu qualifié, notamment sur les sujets polémiques, en multipliant les points de vue. Cela permet d'obtenir une vision juste et neutre », précise-t-elle. La gratuité d'accès et le contrôle des informations par les pairs, font le reste. Surprenant pour certains, salutaire pour d'autres, Wikipédia défend la liberté du contributeur, dès lors que sont respectés les principes fondamentaux du site: neutralité de point de vue, articles publiés sous licence libre et contenus ouverts à tous. Les utilisateurs sont, en outre, soumis à des règles de savoir-vivre, dont le respect des autres «Wikipédiens», même en cas de désaccord. Et ce système fonctionne. En quelques années, Wikipédia s'est forgé une réputation mondiale pour son sérieux.

WlKIPÉDlA L'encyclopédie libre

WlKIPÉDlA L'encyclopédie libre

Contrôler le contenu

Néanmoins le concept ne comporte pas que des avantages, et Wikipédia a déjà fait l'objet de plaintes pour diffamation. Pour parer ce type de situation et éviter les propos infamants, le contrôle, exercé par les contributeurs, est important. Des solutions techniques ont également été mises en place pour renforcer ce dernier. Comme l'explique Florence Devouard, « nous bloquons les proxys anonymes et possédons le système logiciel Salebot, qui assure une maintenance permanente sur l'orthographe et analyse en temps réel les modifications r écentes apportées aux articles ». Traditionnellement, peu avant la période de Noël, Jimmy Wales se mobilise pour assurer la survie de Wikipédia, en lançant un appel aux dons, auprès de ses 380 millions d'utilisateurs. Preuve s'il en fallait de la légitimité de Wikipédia, près de 20 millions de dollars ont été récoltés en 2010, dont 500 000 euros pour la France, avec en moyenne 45 euros par don. Les utilisateurs du site figurent en tête parmi les donateurs. Cependant de grandes entreprises ou des fondations soutiennent aussi l'expansion de Wikipédia. « Un tiers des fonds collectés sont utilisés pour des aspects techniques, le développement de logiciels ou l'hébergement, explique Florence Devouard. Un autre tiers est utilisé pour la dimension administrative, juridique et fiscale du site ; le dernier tiers pour les actions de promotions de Wikipédia, les colloques ou encore les actions de lobbying. » En effet, l'équipe de Wikipédia travaille activement au développement de l'image de l'encyclopédie. Elle noue par exemple des partenariats afin d'offrir plus de contenus aux internautes. « Les archives de bibliothèques, de musées, voire d'Etats peuvent ainsi être ouvertes au public », précise Florence Devouard. Une manière, aussi pour Wikipédia de conserver son avance sur des services comme Google Books.