Mon compte Devenir membre Newsletters

cybersommelier.fr

Publié le par

De son bureau, le sommelier de chateauonline.com cultive son amour de la vigne avec autant de ferveur que s'il servait en salle. Si sa cave est virtuelle, les vins qu'il sélectionne sont tous passés par son palais avant de finir, d'un coup de clic, sur la table des internautes.


En bon disciple de Bacchus, Jean-Michel Deluc vit intensément son histoire d'amour avec le vin. Mais contrairement au Dieu de la vigne, s'il avoue avoir goûté plus de 10 000 bouteilles depuis qu'il exerce son métier de sommelier pour chateauonline.com, ce n'est pas pour connaître les joies de l'ivresse, mais pour sélectionner les 1 500 meilleurs crus qui ont le privilège d'être référencés sur le site. Cette cave virtuelle, il l'a concoctée avec autant de soin que s'il s'agissait de celle d'un de ces palaces dans lesquels il a exercé ses talents 20 ans durant. Car, qu'il se présente sur une table ou qu'il s'affiche sur un écran d'ordinateur, le vin préserve toute sa noblesse. Et le mettre en valeur provient du même art, que le sommelier serve une tablée ou dialogue par e-mail avec les clients d'un site internet. Internet justement, Jean-Michel Deluc l'a découvert par hasard, tout comme le vin d'ailleurs. « Adolescent, je rêvais de devenir professeur de français ou instituteur. Mais j'ai échoué au concours de Normal Sup et, finalement, suivi une formation à l'Ecole hôtelière. C'est en Angleterre, où j'étais parti parfaire mon anglais que, presque malgré moi, j'ai dû apprendre le métier de sommelier. » Pourtant, pour être né en 1955, année d'un millésime remarquable, il devait bien se douter que les démons du pousse-au-crime l'envoûteraient un jour ou l'autre. Internet est venu à lui sous la personne de Grégory Salinger qui, pour légitimer le positionnement du site chateauonline.com qu'il venait de lancer avec Alexandre Basdereff, cherchait à s'adjoindre les services d'un spécialiste afin de profiter de son savoir et de sa renommée. « Méfiant, je l'ai invité dans une cave pour pouvoir discuter de vin avec lui et tester la crédibilité du site à travers ses propres connaissances vinicoles », reconnaît-il aujourd'hui. Finalement séduit par le projet, il ira même jusqu'à le financer en partie. Conquis par les possibilités que lui offre le Web pour exercer son métier, ce "cybersommelier" goûte, critique et conseille avec autant de plaisir qu'auparavant, même si le service lui manque parfois. « Mais ce que j'ai perdu en prestige, je l'ai gagné en liberté, concède-t-il. Au Fouquet's ou au Ritz, je n'étais qu'un numéro. Mon nom ne m'appartenait même quasiment pas. Sur Château On Line, c'est moi la référence, et j'ai toutes les libertés pour choisir tel ou tel vin. » L'autre sensation qu'il avoue ressentir à la fois très fortement et agréablement, c'est la proximité avec les consommateurs que crée l'outil Internet. Paradoxalement, la distance qui le sépare des amateurs de vins atténue leur complexe vis-à-vis de lui, qui incarne le "savant", celui qui sait en toute occasion recommander le bon vin à la bonne personne ou marier tel vin avec tel plat, sans faute de goût aucune, et qui met parfois mal à l'aise, lorsqu'il s'agit de commander un vin au restaurant. « Je n'ai jamais eu autant de contacts avec les fournisseurs et les consommateurs que depuis que je travaille sur Internet », confie-t-il. En répondant par e-mail aux questions des internautes, ou en discutant avec eux lors de forums, Jean-Michel Deluc s'est rapproché de leurs préoccupations quotidiennes. Car la majorité des visiteurs du site ne le consulte pas pour acheter systématiquement de très grands vins, mais davantage pour y puiser des conseils afin de constituer leur cave, trouver des bonnes affaires ou découvrir de nouveaux arrivages. Reste une question : être sommelier sur un site web est-il discréditant aux yeux de la profession ? « Ca le serait si je n'avais pas vingt ans d'expérience derrière moi, déclare-t-il. Mais je ne suis pas un jeune loup débarqué d'on ne sait où. Ma réputation et mes activités annexes à Château On Line parlent pour moi. » Sa crédibilité, il la mesure également tous les jours en consultant les ventes réalisées par le site. Et au vu de ses résultats actuels, il n'a pas lieu de s'inquiéter outre mesure. Le challenge qu'il se fixe désormais est un record du monde. « Celui de réunir le plus grand nombre d'internautes lors d'une dégustation simultanée. » Pourquoi un tel record ? « Pour rien, si ce n'est d'avoir la satisfaction de profiter au maximum du potentiel d'Internet. Et puis ce serait la meilleure campagne de communication que nous ayons jamais réalisée à l'international. »

Dates clés


Né le 5 septembre 1955 à Auch (Gers). 1972/74 : Ecole hôtelière de Toulouse. 1976/79 : Café Royal à Londres, Chef de rang, Maître d'hôtel. 1981 : Club Méditerranée en Nouvelle-Calédonie, Directeur de restaurant. 1981/83 : Fouquet's à Paris, Sommelier. 1983/84 : Hôtel Ritz à Paris, Assistant Chef sommelier. 1984/87 : Bar de l'X à Paris, Gérant sommelier. 1990/94 : Restaurant l'Espadon, Chef sommelier. 1994/97 : Hôtel Ritz à Paris, Chef Sommelier. Depuis 1997 : Chef sommelier sur chateauonline.com. Secrétaire Général de la Commission des Maîtres Sommeliers de France depuis 1999.