Mon compte Devenir membre Newsletters

Le Mouvement "Reviens Léon" devient "WonderLéon"

Publié le par

L'appel des scale-up françaises aux jeunes professionnels de la tech, incités à revenir travailler en France, prend de l'ampleur et acquiert une dimension européenne.

Le Mouvement 'Reviens Léon' devient 'WonderLéon'

Le mouvement Reviens Léon, lancé fin mai 2015 en France, fait des émules. À l'époque, une dizaine d'entreprises de la FrenchTech s'étaient réunies dans le but de renforcer leur attractivité vis-à-vis des jeunes talents hexagonaux partis tenter leur chance aux États-Unis, en Australie, en Chine... Le programme visait également les jeunes professionnels étrangers intéressés par le boom de la tech en France. Il était également possible de rejoindre ces entreprises via leurs bureaux ouverts à l'étranger. 20000 candidats issus de 100 pays ont postulé, pour un total de 2600 recrutements.

Deux ans plus tard, le mouvement devient européen et se renomme WonderLéon. La dimension internationale du mouvement s'accélère et 70% des prochains recrutements prévus devraient concerner des professionnels internationaux. Le nombre d'entreprises partenaires s'accroît et le programme s'ouvre notamment aux start-up, lesquelles pourront communiquer leurs offres d'emploi sur le "job-board" WonderLéon. Les grands groupes sont invités à participer. WonderLéon crée également des synergies entre recruteurs pour favoriser le partage de bonnes pratiques et organise des panels et meet-up au sein des événements dédiés à la tech.

Le groupement publie également une étude en partenariat avec EY, CSA et la chaire entrepreneuriale de l'ESCP. Les résultats montrent un véritable enthousiasme mais des difficultés qui perdurent: si un quart des effectifs des start-up et scale-up françaises est international, 80% des dirigeants se plaignent de la difficulté à recruter des talents étrangers en France, en raison, notamment, de la complexité du droit du travail ou des difficultés administratives.

Pour aller plus loin:

Diaporama"Reviens Léon" : l'appel des start-up françaises aux expatriés