Mon compte Devenir membre Newsletters

[Salaires] Un directeur e-commerce perçoit 77 K euros annuel en moyenne

Publié le par

Alors que les entreprises accélèrent leur transformation digitale, les directeurs du digital et du e-commerce font leur entrée dans les comités de direction, avec à la clé des augmentations de salaire de 7 à 10%. C'est ce qui ressort de l'étude salaires 2015 de Maesina.

[Salaires] Un directeur e-commerce perçoit 77 K euros annuel en moyenne

La transformation numérique des entreprises dope l'attractivité des profils du digital. C'est ce que qui ressort de la 35ème édition de l'étude salaires 2015 menée par Maesina. Cette étude réalisée en partenariat avec le cabinet de conseil en rémunération Aon Hewitt passe au crible les fonctions marketing, vente, communication et digital.

Cette année, force est de constater que les directeurs digitaux et e-commerce tirent bien leur épingle du jeu. Leur salaire augmente en moyenne de 7 à 10% en 2014,la fonction digitale connaissant un essor important. A titre de comparaison, les marketeurs eux connaissent pour la première fois depuis 5 ans, un ralentissement des augmentations de salaire qui ne dépassent pas 3 %.

L'Etude 2015 reprend les rémunérations détaillées : fixe, variable, avantages, intéressement sur le long terme et rémunération annuelle globale de 22 fonctions les plus représentatives. Elle est réalisée à partir de 232 sociétés étudiées, réparties sur 5 secteurs d'activité.

Cliquez sur l'image pour visualiser le tableau en entier.

A noter, c'est la fonction de directeur digital ou de directeur e-business qui a connu la plus grande augmentation en termes de rémunération,"ces fonctions étant maintenant responsable d'un véritable P&L rentable et partie intégrante du résultat global de la société", souligne l'étude. Pour ces professionnels (Directeur du Digital, Chief Digital Officer, Directeur e-Commerce....), les portes des CODIR s'ouvrent engendrant une très forte revalorisation de leur salaire.

Autre enseignement de l'étude, la crise incite aujourd'hui les sociétés à tirer le meilleur parti pour capter de la croissance et l'expérimentation du " Big Data " et de la " connaissance clients " s'annonce comme l'une des très fortes tendances en 2015. De nouveaux métiers tels que le Chief Data Officer, Data Scientist, ou encore le Business Analyst, deviennent particulièrement prisées par les entreprises. "Toutefois, ces profils restent encore méconnus et assez récents, ce qui rend difficile de définir un cadre " précis " en termes de rémunérations ", conclut l'étude.