Mon compte Devenir membre Newsletters

[Portrait] Les 3 vies de Mounir Mahjoubi

Publié le par

Tombé dans le bain de l'Internet dès ses 12 ans, Mounir Mahjoubi met ses compétences numériques au service de l'entrepreneuriat et de la politique aux côtés du mouvement En Marche.

[Portrait] Les 3 vies de Mounir Mahjoubi

Le 13 janvier 2017, il s' exprimait au micro de RTL au sujet de la révolution numérique. Une intervention rapidement planifiée la veille, lors de son interview dans les locaux de l'espace de coworking Liberty Living Lab, sans grande difficulté : Mounir Mahjoubi connaît la puissance des médias, " la radio, écoutée par beaucoup de gens influents, débloque des rendez-vous qui n' aboutissaient pas jusqu'ici ", confiait-il. Cette lucidité lui a permis de mener durant un an sa mission de président du Conseil national du numérique (CNNum) en poussant des dossiers qui lui tenaient à coeur, comme la transformation numérique de l'enseignement supérieur ou l'inclusion numérique, dernier projet sur lequel a planché le trentenaire. Le 19 janvier 2017, il a en effet annoncé sa démission du CNNum pour se consacrer à la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron. Son poste ? Directeur du numérique. Un rôle tout tracé pour celui qui résume sa vie au triangle " entre le numérique, l'entrepreneuriat et la politique ".

Autodidacte du Web

"Autodidacte" du Web, il se souvient avoir "découvert Internet au Palais de la Découverte", à l'âge de 12 ans, et "y être allé tous les week-ends jusqu'à avoir un ordinateur personnel". À 16 ans, il entre chez Club Internet comme technicien, un job étudiant qu'il occupera près de dix ans. Cette passion pour tout ce qui touche au numérique le poussera, à 22 ans, à bâtir un site d'e-commerce de stickers décoratifs. "Un projet qui a bien foiré, résume Mounir Mahjoubi, mais ce premier échec (et pas le dernier) m'a prouvé que j'étais capable de créer ma propre entreprise." Le pied à l'étrier, le serial entrepreneur fonde notamment le réseau d'achat en direct aux producteurs locaux La Ruche qui dit oui, en 2010, et en août dernier, French Bureau, un start-up studio pour développer des projets d'entreprise auprès d'investisseurs ou en propre.

Côté études, un CV bien garni : droit à la Sorbonne, sciences politiques à Columbia, économie à Sciences-Po... et dernièrement, un CAP de cuisine pour assouvir sa nouvelle passion. " J'ai fait beaucoup d'études pour gagner en crédibilité et en pouvoir : je savais qu'Internet renverserait les règles du jeu mais qu'il fallait en amont les maîtriser ", justifie-t-il. Le jeune homme se découvre très tôt une passion militante : membre de la délégation syndicale chez Club Internet et militant au Parti socialiste à 17 ans. Son objectif en 2017 : faire gagner au candidat du mouvement "En marche" la campagne sur le chemin du numérique. Pari gagné pour celui qui est pressenti pour jouer un rôle auprès du nouveau président.

À lire aussi: Mounir Mahjoubi : "La France est devenue une des grandes nations mondiales du numérique"

L'interview #café-croissant

  • Quelles sont vos sources d'information au p'tit déj' ?

J'écoute la station de radio France Inter et j'utilise l'application mobile La Matinale du Monde.

  • Quels sont vos twittos préférés ?

J'ai un fil Twitter très généreux, composé de syndicalistes, de militants politiques, d'activistes, de présidents d'association, de journalistes... qui partagent donc des news très engagées. Par exemple, je suivais beaucoup Laurence Haïm [avec qui il travaille aujourd'hui dans l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron, ndlr] lorsqu'elle était encore correspondante d'iTélé aux États-Unis.

  • Quelle est votre dernière emplette high-tech ?

Je me suis récemment offert un starter kit Arduino ; c'était la première fois que je faisais du montage électronique.