Mon compte Devenir membre Newsletters

[Best Practice] Weekendesk se développe tous azimuts

Publié le par

Depuis 2007, Weekendesk a décollé pour devenir le spécialiste des escapades thématisées. Le concept est simple et basé sur le couplage d'une prestation hôtelière à des activités, afin d'offrir aux clients une sélection de packages "clés-en-main". L'offre bat son plein en Europe.

[Best Practice] Weekendesk se développe tous azimuts

Pas moins de 10 000 week-ends sont proposés sur la page d'accueil du site de weekendesk. De quoi s'envoler pour l'Europe ou plus simplement à moins de 2 heures de chez soi. Des séjours clés en mains (n'incluant pas le transport) qui ont fait la réputation de la marque depuis les années 2000. " Nous avons depuis le début de l'aventure fait partir plus de 2,5 millions de personnes en week-end dont près de 700 000 en 2015 et comptons bien poursuivre notre mission : après être devenu un leader en France et en Belgique, nous sommes devenus un acteur incontournable en Espagne et poursuivons notre croissance aux Pays-Bas et en Italie ! ", ambitionne Jérôme Sutter, VP Marketing Acquisition & CRM de Weekendesk.fr.

La clé du succès tient à la qualité et à l'originalité des offres proposées. " Nous avons passé des contrats en direct avec plus de 5000 hôteliers en Europe comprenant un package nuit, petit-déjeuner et une activité interne ou externe à l'hôtel ". Des accords qui permettent aux hôteliers de vendre des nuitées tout au long de l'année. Chaque package à une valeur moyenne de 210 €, hors transport. Weekendesk se commissionne à hauteur de 20% sur chaque vente. Le concept est efficace et permet aux adeptes de s'offrir une bulle de détente le temps d'un week-end. Pas forcément loin de chez eux. " Plus de 80% de nos clients, dans toute l'Europe, partent à moins de deux heures de chez eux ", précise Jérôme Sutter. 49% des départs ont lieu en France et 15% sont des parisiens.

L'entreprise en pleine croissance est rentable. Weekendesk a réalisé plus de 65 millions d'euros de volume d'affaires en 2015 et +30% de croissance. Plus de 25 000 réservations sont enregistrées chaque mois, dont 12 000 en France. Ainsi, plus de 700 000 personnes s'offrent une escapade avec Weekendesk tous les ans. Le marché des courts séjours (week-end clés-en-mains) est très porteur puisqu'il représente une manne de 10 milliards d'euros. De nombreux acteurs montent en puissance sur ce créneau y compris de gros acteurs moins spécialisés comme voyages-sncf ou Booking.com.

L'ambition du groupe est de gagner des parts de marché en Europe en intégrant des visites de grandes villes européennes dans les packs " all inclusive ".

Une logique Data centric

Pour proposer des offres ciblées et analyser au plus juste les attentes de ses clients, Weekendesk dispose d'un trading desk internalisé. " Ce qui nous permet d'être flexible et de cibler les messages en fonction des bassins d'audience. Par ailleurs, nous dépensons 4,5 millions d'euros par an en mix marketing : acquisition, search, affiliation, comparateur, display afin de développer les cycles d'interaction avec les clients ", argumente le directeur marketing. En parallèle, la marque analyse l'ensemble des points de contact et suit le parcours du consommateur sur 30 jours, du 1er au dernier clic.

Du contenu à valeur ajoutée

Le développement du contenu, à travers une newsletter et un webzine, fait également partie des priorités. D'ailleurs, depuis le 10 décembre, les internautes peuvent dorénavant feuilleter le "Magazine Weekendesk" . Avec ce volet éditorial (bons plans, agenda, informations pratiques, anecdotes...) Weekendesk renforce son positionnement de créateur de week-ends (52 par an) et souhaite ainsi inspirer les Français en leur donnant des idées de sorties et de loisirs. " Nous avons conçu et pensé ce webzine pour qu'il incarne pleinement notre positionnement et notre savoir-faire. Aller au-delà des idées reçues et montrer qu'un week-end en Picardie peut apporter autant de bons souvenirs qu'un week-end à Londres ", conclut Laurent Salanié, directeur général de Weekendesk.