Mon compte Devenir membre Newsletters

La course à l'intelligence artificielle n'en est qu'à ses débuts

Publié le par

En 2020, le marché mondial de l'intelligence artificielle représentera 6 milliards de dollars. Marketing, retail, relation client... Le champs d'application est vaste. Un marché qui aiguise les appétits.

La course à l'intelligence artificielle n'en est qu'à ses débuts

L'intelligence artificielle est partout. Marketing, retail, relation client... Le champ d'application est vaste. Pourtant, selon Xerfi dans son étude intitulée "Le marché de l'intelligence artificielle", le marché n'en est qu'à ses balbutiements. Estimé à plus de 640 millions de dollars en 2016, le marché mondial devrait exploser pour atteindre 6 milliards de dollars en 2020. D'ailleurs, il n'existe pas une intelligence artificielle, mais plusieurs technologies qui sont assemblées pour répondre à une problématique précise.

Des applications multiples

Gagner en productivité, améliorer la satisfaction client, proposer de services ou produits innovants, faciliter le quotidien des gens. Les promesses de l'intelligence artificielle sont grandes. Vulgarisée auprès du grand public grâce à Siri d'Apple ou Google Now, l'intelligence artificielle est un vrai accélérateur de business. À titre d'exemple, le moteur de recommandation d'Amazon est à l'origine de 30% du chiffre d'affaires du pure player.
Par ailleurs, elle contribue à faciliter la relation client grâce aux conseillers virtuels, fait des recommandations pour mieux exploiter les données clients.

La France, terre d'accueil de l'intelligence artificielle

La France a une carte à jouer dans cette révolution numérique. Preuve de son dynamisme, plusieurs pépites ont vu le jour dans les incubateurs des grandes écoles. Un dynamisme largement soutenu par les pouvoirs publics, avec l'initiative French Tech notamment, et qui séduit. Ainsi, Facebook a choisi Paris pour installer son premier centre européen dédié à l'IA.

Un marché morcelé, qui tend à se structurer

Reste que cet écosystème est surtout composé de start-up, surtout dans le B to B, qui accumulent les levées de fonds. De leur côté, les géants du numérique (Google, Facebook, Amazon, IBM...) voient l'intelligence artificielle comme un moyen d'étoffer leur offre, tout en faisant fructifier le volume de datas collectées. Et se lancent dans la course aux acquisitions et à l'ouverture de centres de recherche spécialisés. Enfin, les entreprises utilisatrices, de leur côté, redoublent d'effort pour s'affranchir des fournisseurs traditionnels, en multipliant les acquisitions (La Poste a ainsi racheté en 2016, ProbaYes, start-up spécialisée l'analyse prédictive), les prises de participation ou les ouvertures de laboratoires de recherche...

À lire aussi :

- L'intelligence artificielle au service du commerce de demain

- "Avec l'intelligence artificielle, on entre dans l'ère du marketing data driven"

- "Avec Watson d'IBM, la technologie est en temps réel"

- Intelligence artificielle: quelle opportunité pour les marques?

- Comment l'intelligence artificielle investit-elle les magasins?