Mon compte Devenir membre Newsletters

Poisson d'avril : la RATP fait le buzz avec son opération décalée

Publié le par

Alpes pour Pyrénées. Apéro pour Opéra. Ma Pelle pour Monceau. La régie des transports parisiens a renommé certaines stations du métro parisien à l'occasion du 1er avril. Une opération de communication décalée qui a fait le buzz sur la toile.

Certains usagers des transports en commun parisiens ont du se croire dyslexiques en traversant la station de métro Opéra ce vendredi 1er avril. Sur les emblématiques plaques bleu et blanc adossées aux murs du quai, on pouvait lire en toutes lettres : Apéro. Une hallucination collective ? Non. Un poisson d'avril imaginé par la régie des transports parisiens.

A l'instar de ce carrefour sous-terrain où se croisent les usagers des lignes 3, 7 et 8 du métro parisien, 12 autres stations du réseau ont ainsi été simultanément rebaptisées. La station Pyrénées est devenue Alpes. Alexandre Dumas a cédé la place à son oeuvre : Les 3 Mousquetaires. Parmentier a été simplifié en Pomme de Terre et Télégraphe modernisé en... Tweet. Une façon "d'appuyer" la volonté de Paris "d'être une ville intelligente" commente, non sans humour, la RATP sur son site Internet.

Une tendance sur Twitter France

L''opération, qui n'est pas sans rappeler la série de photographies de l'artiste Janol Apin illustrant, au pied de la lettre, les noms des stations de métro parisiennes, a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Sur Twitter France notamment, où chaque ligne du métro a son fil dédié, RATP s'est imposé, dans la matinée du 1er avril, comme une "tendance" - avant d'être chassé du classement par d'autres mots en lien avec une actualité plus sérieuse. A titre indicatif, une photo de la station "Tweet" partagée sur le réseau social à l'oiseau bleu par la ligne 14 a été partagée plus de 500 fois.

Facebook n'est pas en reste. Sur le réseau social au milliard d'utilisateurs quotidiens, un post renvoyant à une page dédiée du site ratp.fr a recueilli plus de 7000 "likes". Autre preuve de réussite : le vol d'une partie du dispositif spécialement créé. "Apparemment, l'opération a tellement plu que certains ont décidé de repartir avec nos nouvelles plaques" s'amuse sur Facebook un community-manager de la RATP.