Mon compte Devenir membre Newsletters

DossierLes 100 sites marchands qui comptent - classement 2015

Publié le par

5- [Interview] PMU.fr, N° 3 du Top 100

PMU.fr multiplie les initiatives pour simplifier le parcours des parieurs et proposer une expérience omnicanale. Explications avec Samuel Loiseau, le directeur marketing et client chargé de l'activité internet

Quel bilan PMU.fr peut-il tirer pour l'année 2015 ?

En 2015, PMU a réalisé un chiffre d'affaires total de 9,8 milliards d'euros. Le site PMU.fr progresse, avec près de 500 000 clients actifs et 1,6 milliard d'euros de CA (dont 30 % sur le canal mobile). Notre activité est extrêmement liée à l'actualité des spectacles sportifs et hippiques. Le segment des paris sportifs a ainsi souffert en 2015 de l'absence de manifestations d'envergure. L'activité accuse donc un léger recul mais qui n'est pas significatif d'une perte de la bonne santé des plateformes. La moitié des ventes est réalisée en live, lors d'événements en cours ou juste avant le départ, c'est pour­quoi nous avons besoin de sites solides, fluides et offrant des parcours intuitifs.

La plupart des actions engagées en 2015 ont eu pour but d'améliorer l'expérience client. Nous avons lancé de nouveaux produits et de nouvelles interfaces pour une expérience enrichie. La prise de paris sur montres connectées est, par exemple, désormais possible. Une nouvelle gamme de paris hippiques a vu le jour sur PMU.fr, consé­cutivement à une décision de l'autorité de la concurrence. Le PMU propose pour chaque pari et e-pari l'accès aux informations sur les masses d'enjeux, les rapports probables et les combinaisons les plus jouées. Ces informations sont disponibles sur tous les canaux digitaux d'information hippique.

Quels sont les grands chantiers ouverts en 2016 ?

"Cette année, l'enjeu majeur c'est surtout l'Euro de foot en France. Nous lançons à cette occasion un nouveau site de paris sportifs pour être au rendez-vous !"

Notre travail consiste à optimiser les plate­formes en permanence, et donc à piloter de multiples projets. Un nouveau service "one click payment" a été déployé au mois de mai 2016 pour faciliter la vie du client. Nous envisageons également de livrer une nouvelle façon de naviguer entre les segments hippique, sport et poker via un nouveau header pour faciliter le parcours du parieur et le passage d'un univers à un autre.

Cette année, l'enjeu majeur c'est surtout l'Euro de foot en France. Nous prévoyons une accélération importante des volumes de paris sportifs pendant le tournoi, avec cinq fois plus de joueurs qu'en période normale... Nous lançons à cette occasion un nouveau site de paris sportifs pour être au rendez-vous ! Produits mis en avant, promotions plus visibles, parcours client plus fluide, expérience meilleure et cohé­rente sur l'ensemble des écrans, tout est fait pour améliorer la visite et le ressenti.

Quelle vision avez-vous du secteur e-commerce aujourd'hui ?

La problématique du secteur e-commerce c'est le commerce, donc la complémentarité entre les canaux : smartphones, ordinateurs et points de vente. Nous travaillons beaucoup en ce sens sur le pari hippique, le seul segment sur lequel les points de vente PMU sont autorisés. L'objectif étant de permettre prochainement au joueur de préparer son pari sur son mobile avant d'aller le valider dans le point de vente. Ce type de paris exigeant de la sagacité, de la réflexion et de l'intelligence, notre ambition est de rendre le parcours le plus fluide possible.

Mais cette problématique n'est pas propre à notre activité, elle est partagée par de nombreux secteurs. Et la réponse n'est pas seulement technologique, c'est aussi une question de modèle économique et d'expérience client...

Véronique Méot

[Enjeux Ecommerce 2016] La création de valeur à l'honneur

Microsoft achète LinkedIn pour 26,2 milliards de dollars