Mon compte Devenir membre Newsletters

Creative Valley s'apprête à lancer un fonds de 100 millions d'euros

Publié le par

Lancé il y a deux ans, l'incubateur Creative Valley installé au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), a accueilli jeudi dernier Michel Sapin le ministre des Finances. L'occasion d'annoncer le lancement d'un fonds d'amorçage de 100 millions d'euros.

Creative Valley s'apprête à lancer un fonds de 100 millions d'euros

Créé par Yann Gozlan, Creative Valley est un incubateur qui accompagne des étudiants en fin d'études dans leur aventure entrepreneuriale. Cette approche s'inspire d'écoles prestigieuses américaines comme Harvard ou MIT.

Creative Valley rassemble une vingtaine d'écoles comme HEC, Épitech, École 42, etc. et représentant plus de 18 000 étudiants. Elle a pour objectif de voir émerger une nouvelle génération d'entreprises à forte composante numérique. Plus de 100 projets ont déjà été soutenus dans la robotique, l'e-commerce, la réalité virtuelle... La pépinière mobilise des acteurs français publics mais aussi privés.

Un fonds de 100 millions d'euros

Michel Sapin, le ministre des Finances, s'est rendu jeudi dernier dans les locaux de Creative Valley pour encourager les porteurs de projets et les aider à se développer grâce au lancement d'un fonds d'investissement de 100 millions d'euros, Creative Invest, en partenariat avec Auriga Partners.

Michel Sapin, ministre des Finances

A ce sujet, le ministre a rappelé l'existence d'outils financiers comme la BPI ou les business angels mais a reconnu face aux porteurs de projets qu'il fallait "inventer une manière d'être qui s'adapte à vos besoins, qui comprenne votre business model". "Je n'ai pas aujourd'hui de réponses à toutes ces situations mais il est important de les visualiser pour trouver des solutions dans les prochains mois", a-t-il rajouté.

D'ici 5 ans, Creative Invest est destiné à détenir un portefeuille de 60 participations dans les start-up identifiées comme les plus prometteuses dans les domaines du numérique, de l'habitat du futur ou la e-santé. Le président de l'association Yann Gozlan souhaite en effet ouvrir 12 centres de ce type en Ile-de-France et obtenir d'ici 3 ans la création de 4 000 emplois directs dans le digital et l'innovation ainsi que 20 000 emplois indirects.