Mon compte Devenir membre Newsletters

#ECP16 : La Chine, nouvelle opportunité du e-commerce français

Publié le par

Pour la première fois, la Chine a dépassé les États-Unis en devenant en 2016 le plus grand marché de la distribution. Alibaba, géant chinois du e-commerce, a doublé Walmart en termes de volumes de transaction d'après son nouveau DG France Sébastien Badault, présent sur le salon E-Commerce Paris.

#ECP16 : La Chine, nouvelle opportunité du e-commerce français

La Chine s'intéresse de près à la France. Sébastien Badault l'assure. Le directeur général France d'Alibaba s'est rendu sur le salon E-Commerce Paris avec l'ambition de briser les mythes sur le marché de la distribution chinois. Installé dans les bureaux français récemment ouverts, Sébastien Badault admet que la Chine connaît, de manière inédite, une croissance faible avec un taux de 6,9% en 2015. Pour autant, ces chiffres ne devraient pas décourager les entrepreneurs français.

" L'économie chinoise est loin d'être grippée "

Plusieurs facteurs annoncent une croissance fulgurante dans les prochaines années en Chine, selon le dirigeant français d'Alibaba. Le marché chinois est en train de devenir un véritable foyer d'acheteurs. La classe moyenne chinoise, passée de 7 à 30% de la population, représente aujourd'hui 100 millions de foyers supplémentaires, en tout dix fois plus qu'en France.

Également très surveillés, les jeunes nés entre les années 1980 et 2000 qui ont une consommation deux fois supérieure à la génération d'avant. Ils voyagent plus et sont plus sensibles aux marques. Ajouté à cela, le développement fulgurant du e-commerce ces dernières années devrait achever de convaincre les plus sceptiques que le marché chinois est un marché d'avenir : alors qu'en 2010 seulement 3% des transactions se faisaient en ligne, ce chiffre a triplé depuis. La consommation online des Chinois est deux fois supérieure à celle des Européens. Le e-commerce devrait représenter 42% de la croissance du retail en Chine en 2020.

" Le consommateur chinois n'est pas moins évolué que dans les pays occidentaux "

Cet a priori bien répandu est battu en brèche par Sébastien Badault, qui rappelle que 15% des Chinois font leurs achats en ligne, contre seulement 2% des consommateurs français. Cette pratique est encouragée par la fluidité des paiements, que les acteurs chinois du e-commerce ont compris très tôt. Le consommateur chinois paye plus spontanément avec son téléphone grâce aux QR codes : loyer, canettes de soda, même ses dettes...

" Le consommateur chinois est ouvert aux produits premium "

Et notamment aux produits cosmétiques et mode. Les Chinois recherchent des marques internationales, exception faite du high-tech. Ils représentent déjà un tiers des ventes d'entreprises comme les Galeries Lafayette et le Printemps en France.

" Le marché chinois s'intéresse aux produits français "

La mode, la cosmétique, la nourriture et le vin, ainsi que l'univers enfant sont les produits les plus recherchés par les Chinois en ligne. Pour chacune de ces catégories, la France est leader ou dans le trio de tête en termes de parts de marché mais aussi d'image, surtout auprès des consommateurs chinois. Près de 200 marques françaises sont présentes sur la plateforme Alibaba (Décathlon, L'Oréal, L'Occitane, Cache-Cache), des grands groupes mais aussi des PME. Alibaba veut promouvoir le " Made in France for China ", ce qu'il a déjà commencé à entreprendre en s'associant à la région Provence pour la vente de produits locaux sur une plateforme d'e-commerce chinoise dédiée.

" Il ne faut pas nécessairement être présent en Chine pour s'y développer "

Et Alibaba compte bien jouer sur ce créneau en installant ses bureaux en France. L'ambition du groupe est d'accompagner les entreprises françaises dans leur développement en Chine, mais aussi dans la mise en place de solutions de paiement pour les touristes chinois dans l'Hexagone. Un troisième axe envisagé serait le soutien des e-marchands chinois dans la distribution de leurs produits high-tech et de mode en France. Pour Sébastien Badault, n'importe quelle marque est donc bel et bien capable de vendre ses produits en Chine.